Bonjour le monde!
Publié : 11 février 2022

Cartes marines GLOSSAIRE

GLOSSAIRE des cartes marines, termes et abréviations utilisés dans l'industrie maritime

(* la source: NOAA - la L'administration nationale des océans et de l'atmosphère (USA), l'agence scientifique et réglementaire américaine)

Une source faisant autorité pour les termes utilisés en cartographie (cartographie), en cartographie marine et en géodésie utilisés dans le programme de cartographie marine. Les termes et les définitions présentent un intérêt cartographique spécifique et peuvent être trouvés dans ce manuel, sur des cartes individuelles, des sources applicables ou rencontrés dans la recherche archivistique. Dans la mesure du possible, les définitions contradictoires, controversées, incomplètes ou faisant double emploi ont été exclues de ce glossaire. Plusieurs définitions pour un seul terme sont incluses, le cas échéant. Les définitions utilisées dans ce glossaire sont tirées de sources gouvernementales faisant autorité, mais principalement du département américain du Commerce, Coast and Geodetic Survey, Nautical Chart Manual, Seventh (1992) Edition, Volume Two: Definitions, Abbreviations, Symbology, and References, Washington , DC, 1992

Mots (dans les définitions) définis dans audacieux type, sont définis ailleurs dans ce glossaire

Cette annexe est destinée à servir à la fois de document de référence de base et de didacticiel. Bien qu'il soit vrai que le vocabulaire de travail de la plupart des navigateurs soit moins étendu que celui présenté ici, les navigateurs sont encouragés à se familiariser avec le contenu de cette annexe.


voir également: la liste des termes d'abréviation utilisé dans les cartes marines


voir également: la Glossaire de la navigation maritime


voir également: Symboles et termes utilisés sur les cartes de navigation (Cartes nautiques papier et électroniques)


= = = TERMINOLOGIE DES CARTES MARINES – GLOSSAIRE DES CARTES NAUTIQUES = = =

Abandonné. Un adjectif faisant référence à une installation artificielle qui n'est plus utilisée pour son objectif initial, comme dans "mine abandonnée". Le terme peut être utilisé avec un symbole (par exemple, à côté d'un symbole d'aéroport, ou avec un nom de lieu, par exemple, Elma (Abandonné)).

Abîme. Un endroit très profond, insondable. Le terme est utilisé pour désigner une partie profonde particulière de l'océan, ou toute partie en dessous de 500 brasses.

Accumulation. Accumulation progressive d'un terrain sur une longue période, uniquement sous l'action des forces de la nature, sur une plage par dépôt d'eau ou de matériaux en suspension dans l'air. L'accrétion artificielle est une accumulation similaire de terres par des moyens délibérés. Aussi appelé aggxada£ion.

À la dérive. Flottant ou non attaché au rivage ou au fond.

Téléphérique. Dispositif de transport constitué d'un câble sans fin supporté par des pylônes. Des voitures attachées au câble sont utilisées pour déplacer des personnes ou des matériaux.

Balise aéronautique. Aide visuelle à la navigation, affichant des éclairs de lumière blanche ou colorée ou les deux, utilisée pour indiquer l'emplacement des aéroports, des points de repère et de certains points des voies aériennes fédérales en terrain montagneux et pour marquer les dangers.

Lumière aéronautique. Aide lumineuse ou lumineuse à la navigation destinée principalement à la navigation aérienne. L'un destiné principalement à la navigation maritime s'appelle un "feu marin". Souvent abrégé en « aéro léger ».

Radiophare aéronautique. Radiophare dont le service est destiné principalement au profit des aéronefs.

À flot. Flottant, par opposition à être échoué.

Échoué. Se toucher, se reposer ou se loger au fond d'une eau peu profonde. Le contraire est à flot. Lorsqu'un navire repose sur quelque chose de solide autre que les blocs d'une cale sèche ou d'une cale de halage, on dit qu'il est échoué. Un navire « prend terre » lorsque la marée l'échoue faute d'une profondeur d'eau suffisante, phénomène assez fréquent dans les bassins ouverts.

Aide à la navigation (ATON). Bouées, balises, signaux de brume, feux, radiophares, marques d'alignement, position radio fi <ing systems, radars, inertial systems, and generally any charted or otherwise published device serving the interests of safe navigation. See also: Aide à la navigation.

Aérodrome. Installation d'atterrissage pour aéronefs, généralement sans terminal passagers. Les services offerts pour la fourniture et la maintenance des avions sont nettement inférieurs à ceux d'un aéroport (qv). Les aérodromes ont généralement des limites légales qui sont délimitées à 1: 50 000 et des cartes à plus grande échelle.

Aéroport. Installation d'atterrissage pour aéronefs, généralement avec plus d'une piste et avec des installations pour le traitement des passagers et du fret aérien et pour l'entretien des aéronefs. Les limites légales de l'aéroport sont généralement délimitées à des échelles cartographiques de 1:50 000 et plus.

Piste d'atterrissage. Installation d'atterrissage pour aéronefs composée d'une seule piste, généralement en gravier. Les pistes d'atterrissage ont rarement une clôture ou une limite légale délimitée.

Alternance. Un feu montrant différentes couleurs en alternance, ou un feu fixe continu, qui montre un changement de couleur.

Altitude. (1) La distance d'un emplacement au-dessus d'une surface de référence. La surface de référence la plus courante est le niveau de la mer. (2) La distance d'un emplacement au-dessus de la surface physique de la terre.

Ancrage. Endroit où un navire ancre ou peut ancrer. Zone réservée aux navires ancrés dans un port. Un endroit propice au mouillage est abrité du vent et de la mer, n'interfère pas avec le trafic portuaire et a un fond marin qui donne une bonne tenue aux ancres. L'espace de mouillage attribué à un navire doit comprendre un cercle dont le rayon est égal à la longueur combinée du câble d'ancre et du navire. Une profondeur de 7 à 8 brasses à marée basse est généralement considérée comme suffisante pour les besoins ordinaires. Pour d'autres types d'ancrage, voir le chapitre 7.

Carte de mouillage. Une carte marine indiquant les mouillages prescrits ou recommandés. Une telle carte peut être une carte portuaire surimprimée d'une série de cercles, chacun indiquant un mouillage individuel.

Littoral apparent. Il s'agit de la limite vers la mer de la végétation marine, telle que la mangrove, l'herbe des marais ou les arbres dans l'eau, qui apparaîtraient raisonnablement au marin de loin comme le rivage rapide. La limite vers la mer du varech, des herbes basses dans l'eau et d'autres végétations basses ne constitue normalement pas un rivage apparent.

Contour approximatif. Un contour substitué à un contour normal chaque fois qu'il y a une question quant à sa fiabilité (la fiabilité est définie comme étant précise dans la moitié de l'intervalle de contour).

Emplacement approximatif. En cartographie, une position qui est considérée comme étant inférieure à la précision du troisième ordre, mais qui est généralement considérée comme étant à moins de 100 pieds de son emplacement géographique correct. La méthode de localisation peut être une indication de la précision enregistrée.

Aqueduc. Conduit ou canal artificiel pour le transport de l'eau, souvent surélevé, en particulier pour le transport d'une grande quantité d'eau qui s'écoule par gravitation.

Archipel. Une étendue d'eau parsemée de nombreuses îles ou d'un groupe d'îles ; aussi, un tel groupe d'îles.

Arc de visibilité. Portion de l'horizon au-dessus de laquelle une aide lumineuse à la navigation est visible. L'arc d'un secteur de feu, désigné par ses relèvements limites, observé depuis le large.

Caractéristique de la zone. Par définition, élément s'étendant sur une zone. Il est représenté sur les cartes par un contour, une couleur unie ou tramée, des hachures, un motif régulier de symboles répartis sur la zone, ou une combinaison de ceux-ci.

Caractéristique surfacique. Caractéristique topographique, comme le sable, les marécages, la végétation, etc., qui s'étend sur une zone. Elle est représentée sur la carte ou le graphique publié par une couleur unie ou tramée, par un ensemble de symboles préparés ou par une ligne de délimitation.

Secteur à éviter. Mesure de routage comprenant une zone à l'intérieur de limites définies dans laquelle soit la navigation est particulièrement dangereuse, soit il est exceptionnellement important d'éviter les accidents et qui devrait être évitée par tous les navires ou certaines classes de navires.

Bras de mer. Une partie étroite de la projection de la mer à partir du corps principal. L'expression est souvent abrégée en "bras".

Arroyo. Le cours d'un cours d'eau intermittent coupé en pente raide dans la terre meuble ; une coulée; une vallée en forme de tranchée aux parois abruptes. (Local dans le sud-ouest.)

Lampe articulée. Une lumière articulée est une structure tubulaire verticale qui oscille autour d'un raccord universel relié à un lest. La structure est maintenue droite par la flottabilité d'une chambre de flottaison immergée. Il est conçu principalement pour baliser des chenaux étroits avec une plus grande précision que les bouées conventionnelles.

Port artificiel. Un port où l'abri souhaitable contre le vent et la mer a été obtenu artificiellement par la construction de taupes, de jetées, de brise-lames et de jetées. S'applique également aux ports créés par le naufrage de barges en béton, de navires et autres pour former un mouillage abrité temporaire. Voir également: Port naturel.

Île artificielle. Une île construite à des fins de développement minier ou énergétique.

Atoll. Une ou plusieurs îles coralliennes constituées d'une ceinture de récifs coralliens entourant un lagon central.

Aide sonore à la navigation. Aide à la navigation transmettant des informations par ondes sonores.

Note des autorités. La note incluse sur un tableau qui donne les noms des agences fédérales qui ont contribué à l'information utilisée dans la compilation.

Inondé. Situé de manière à ce que le sommet soit lavé par intermittence par les vagues ou l'action des marées. Le terme s'applique à la fois à fi <ed objects such as rocks, and to floating objects with their tops flush with or slightly above the surface of the water. See also: Rock inondé; Submergé.

Axe. (1) Toute ligne le long de laquelle des mesures sont effectuées pour déterminer les coordonnées d'un point, ou toute ligne à partir de laquelle des angles sont mesurés dans le même but. Un axe sert généralement de référence de ligne de sorte que l'une des coordonnées d'un point situé sur l'axe est zéro. (2) Une ligne par rapport à laquelle une figure géométrique est symétrique. (S) Toute ligne autour de laquelle un corps tourne ou tourne. (k) Une ligne reliant deux points distincts (par exemple, les pôles magnétiques de la terre sont reliés par le magnétique un <is).

Asimith. Un angle horizontal calculé dans le sens des aiguilles d'une montre à partir du méridien.

Gamme arrière. Portée observée à l'arrière, en particulier utilisée comme guide pour un engin s'éloignant des objets formant la portée.

Arrière-plage. Partie d'une plage qui est généralement sèche, n'étant atteinte que par les marées les plus hautes, et par extension, une étroite bande de côte relativement plate bordant la mer. Voir également: Estran. Zone du rivage ou de la plage située entre l'estran et le littoral et sur laquelle les vagues n'agissent que lors de violentes tempêtes, en particulier lorsqu'elles sont combinées avec des eaux exceptionnellement hautes. Aussi backbeach, Il comprend le bexm ou bexmx.

Chauve. Un haut bouton arrondi ou un sommet de montagne, dépourvu de forêt. (Local dans les États du sud.)

Banque. (1) Une élévation du fond marin généralement située sur un plateau et au-dessus de laquelle la profondeur de l'eau est relativement faible mais suffisante pour une navigation de surface sûre. Des récifs ou des hauts-fonds, dangereux pour la navigation de surface, peuvent s'élever au-dessus des profondeurs générales d'un banc.

(2) Une zone peu profonde de sable mouvant, de gravier, de boue, etc., comme un banc de sable, un banc de boue, etc. (S) Une crête de tout matériau tel que de la terre, de la roche, de la neige, etc. une crête, comme un banc de brouillard ou un banc de nuages. (k) Le bord d'un déblai ou d'un remblai. (5) La marge d'un cours d'eau. (6) Un certain nombre d'appareils similaires connectés de manière à être utilisés comme un seul appareil.

Bar. Une crête ou un monticule de sable, de gravier ou d'autres matériaux non consolidés sous le niveau des hautes eaux, en particulier à l'embouchure d'une rivière ou d'un estuaire, ou situé à une courte distance et généralement parallèle à la plage, et qui peut gêner la navigation.

Nu Roche. Une roche s'étendant au-dessus du niveau de référence des hautes eaux moyennes. Sur les cartes NOAA, les symboles de roche nue sont utilisés pour les rochers s'étendant à plus de 1 pied au-dessus des hautes eaux moyennes sur la côte atlantique et à plus de 2 pieds au-dessus des hautes eaux moyennes sur la côte pacifique. Voir: Roche; Rock inondé; Roche engloutie.

Plage barrière. Barre essentiellement parallèle au rivage, dont la crête est au-dessus des hautes eaux.

Île-barrière. Partie détachée d'un cordon littoral entre deux bras de mer.

Lagune barrière. Une baie à peu près parallèle à la côte et séparée de l'océan ouvert par des îles-barrières. Aussi le plan d'eau entouré d'îles coralliennes et de récifs, auquel cas il peut être appelé un «lagon d'atoll».

Barrière de corail. Un récif corallien qui est à peu près parallèle à la terre mais qui se trouve à une certaine distance au large, avec des eaux plus profondes adjacentes à la terre, par opposition à un « récif frangeant » étroitement attaché au rivage. Voir également: Récif frangeant.

Échelle à barres. Une ligne ou une série de lignes sur un graphique, subdivisées et étiquetées avec les distances représentées sur le graphique. Aussi appelé xcale gxaphique. Voir également: Escalader.

Pont à bascule. Une travée à un ou deux vantaux, avec les extrémités vers le rivage articulées, permettant à la travée d'être élevée verticalement.

Enquête de base. Un levé hydrographique si complet et minutieux qu'il n'a pas besoin d'être complété par d'autres levés et qu'il est suffisant pour remplacer, à des fins de cartographie, tous les levés hydrographiques antérieurs de la zone.

Bassin. (1) Une dépression du fond marin plus ou moins équidimensionnelle en vue de dessus et d'étendue variable.

(2) Un plan d'eau entouré de murs de quai, généralement créés ou agrandis par excavation, suffisamment grand pour recevoir un ou plusieurs navires dans un but précis.

Voir également: Cale sèche; Bassin non tidal ; Bassin de ScourJing ; Bassin de marée ; Bassin tournant . (S) Une zone de terre qui se déverse dans un lac ou une mer par une rivière et ses affluents. (k) Une zone d'eau presque enclavée qui part d'un bras de mer, d'un estuaire ou d'un détroit.

Bassin, marée. Un bassin affecté par les marées, en particulier un bassin dans lequel l'eau peut être maintenue à un niveau souhaité au moyen d'une vanne.

Carte bathymétrique. Une carte topographique du fond de l'océan ou du lit d'un lac.

Bathymétrie. La détermination des profondeurs des océans. La configuration générale du fond marin telle que déterminée par l'analyse du profil des données de profondeur.

Baie. (Cénéral) Une échancrure de la côte ; une baie; un accessoire subordonné à une plus grande masse d'eau; un plan d'eau entre et à l'intérieur de deux promontoires (selon la convention de Ceneva). Une échancrure bien marquée dont la pénétration est tellement proportionnée à la largeur de son embouchure qu'elle contient des eaux enclavées et constitue plus qu'une simple courbure de la côte. La surface d'une telle indentation doit être aussi grande ou plus grande que le demi-cercle dont le diamètre est une ligne tracée à travers l'embouchure de l'indentation.

Deltas des baies. Des deltas se sont formés à l'embouchure des cours d'eau qui se déversent dans des baies ou des estuaires. Leur avance vers les embouchures des baies éteint souvent les lagunes derrière les barreaux des baies ou remplit complètement les baies ouvertes, simplifiant ainsi le littoral. Lorsque le delta se forme en fond de baie, c'est un del£a de tête de baie,

Barre de Baymouth. Une barre s'étendant partiellement ou entièrement à travers l'embouchure d'une baie.

Bayou. Petite voie navigable lente ou ruisseau estuarien, généralement à marée ou avec un courant lent ou imperceptible, et dont le cours passe généralement par des basses terres ou des marécages, affluent ou se connectant à d'autres plans d'eau. Diverses significations spécifiques ont été impliquées dans différentes parties du sud des États-Unis. Parfois appelé xlough.

Plage. La zone de matériaux non consolidés qui s'étend vers la terre depuis la laisse de basse mer jusqu'à l'endroit où il y a un changement marqué dans la forme matérielle ou physiographique, ou jusqu'à la ligne de végétation permanente (habituellement la limite effective des vagues de tempête). Une plage comprend l'estran et l'arrière-plage. La plage le long de la marge de la mer peut être appelée une xeabeach,

Berme de plage. Partie presque horizontale de la plage ou de l'arrière-plage formée par le dépôt de matériaux sous l'action des vagues. Certaines plages n'ont pas de bermes, d'autres en ont une ou plusieurs.

Visage de plage. La partie de la plage normalement exposée à l'action du déferlement des vagues. L'estran d'une plage.

Balise. Aide à la navigation lumineuse ou non lumineuse fixée à la surface de la terre. (Les feux et les balises de jour constituent tous deux des "balises".)

Boussole à faisceau. Un instrument de dessin pour dessiner des cercles avec un grand rayon. La pointe et le stylo, ou la pointe du crayon, sont des unités séparées, montées pour glisser et se serrer sur une longue barre ou "poutre" de sorte que la distance entre elles soit égale au rayon souhaité.

Palier. La direction horizontale d'une ligne de visée entre deux objets à la surface de la terre.

Lit. Sol sur lequel repose une étendue d'eau. Le terme est généralement utilisé avec un modificateur pour indiquer le type de masse d'eau, comme lit de rivière ou lit de mer. Voir également: Bas.

Bouée à la cloche. Un flotteur en acier surmonté d'une courte tour à claire-voie dans laquelle la cloche est fi <ed. Most bell buoys are sounded by the motion of the buoy in the sea. In a few buoys, the bells are struck by compressed gas or electrically operated hammers.

Banc. (1) Un plan d'érosion plat ou en pente douce incliné vers la mer. (2) Une zone presque horizontale à peu près au niveau des hautes eaux maximales du côté mer d'une digue.

Berme. La partie presque horizontale d'une plage ou d'un arrière-plage ayant une chute abrupte et formée par le dépôt de matériaux sous l'action des vagues, et marque la limite des marées hautes ordinaires.

Couchette. Endroit où repose un navire lorsqu'il est amarré ou ancré. Lieu d'arrimage d'un navire.

Bifurcation. Une division d'un canal en deux branches, une fourche.

Bouée de bifurcation. Une bouée qui, vue d'un navire venant de la haute mer, ou dans la même direction que le courant principal du courant de crue, ou dans la direction établie par l'autorité compétente, indique l'endroit où un chenal se divise en deux. Voir également: Bouée de jonction.

Anse. Un virage ou une courbe ; un coude dans une côte formant une baie ouvrante ; une petite baie ouverte formée par une échancrure dans la côte ; une caractéristique mineure qui offre peu de protection aux navires.

Courbe de teinte bleue. Une teinte bleue est indiquée dans les zones d'eau de la courbe, qui est considérée comme la courbe de danger pour les navires censés utiliser cette carte particulière.

Bluffer. Un promontoire ou un promontoire audacieux et escarpé. Rive haute et escarpée ou falaise basse.

Falaises et falaises. Une définition rigoureuse d'un bluff ou d'une falaise, ou une distinction précise entre les deux, est difficile, voire impossible. Une caractéristique appelée falaise dans une zone peut être appelée falaise dans une autre. Cependant, la plupart des références décrivent une falaise comme une surface presque verticale composée de roche. D'autres promontoires avec des surfaces abruptes, mais ne présentant pas à la fois la face presque verticale et la structure rocheuse devraient être appelés des falaises.

Ports de plaisance et marinas. Zones d'eau abritée, généralement à l'intérieur des havres ou des ports, réservées à l'utilisation de petites embarcations, généralement avec des amarres, des bouées et, dans le cas des marinas, des installations d'accostage.

Hangar à bateaux. Un bâtiment sur ou près d'un rivage pour le stockage des bateaux.

Tourbière. Un petit marais ouvert qui cède sous le pied.

Côte audacieuse. Masse terrestre proéminente qui s'élève à pic depuis la mer.

Bollard. Un poteau (généralement en acier ou en béton armé) solidement fixé sur un quai, un quai, etc., pour amarrer des navires au moyen de lignes partant du navire et fixées au poteau.

Boom. Une barrière flottante en bois utilisée pour protéger une rivière ou l'embouchure d'un port ou pour créer une zone abritée à des fins de stockage. Aussi appelée bûche,

Pause frontalière. Technique cartographique utilisée lorsqu'il est nécessaire d'étendre les détails cartographiques d'une carte ou d'un graphique au-delà de la ligne de démarcation dans la marge. Cette technique peut éliminer la nécessité de produire une feuille supplémentaire. Aussi appelé blix£ex,

Bordure du graphique. La ligne nette définissant les limites de la zone cartographiée.

Ennuyer. Une montée très rapide de la marée dans laquelle l'eau qui avance présente un front abrupt d'une hauteur considérable. Les forages se produisent généralement dans les estuaires peu profonds où l'amplitude des marées est importante.

Bas. Le sol sous un plan d'eau. Les termes lit, floox et bo££om ont à peu près la même signification, mais le lit désigne plus spécifiquement l'ensemble de la zone creusée supportant un plan d'eau, le sol désigne la surface essentiellement horizontale constituant le niveau principal du sol sous un corps. d'eau, et le fond fait référence à tout sol recouvert d'eau.

Caractéristiques du fond. Désignations utilisées sur les relevés et les cartes marines pour indiquer la cohérence, la couleur et la classification du fond marin. Aussi appelé na£uxe ou quali£y ou chaxac£ex du sein,

Terre du bas. Terre basse formée par un dépôt alluvial le long d'un cours d'eau ou dans un bassin lacustre ; une plaine inondable.

Rocher. L'un des nombreux descripteurs de la « nature du fond marin » utilisés dans le tableau n° 1 Une pierre arrondie détachée de plus de 256 mm de diamètre (c'est-à-dire plus grosse que la tête d'une personne).

Ligne de démarcation. Une ligne séparant deux zones. Dans des cas spécifiques, le mot « frontière » est souvent omis, comme dans la ligne d'état ; ou le mot «ligne» est omis, comme dans la frontière internationale, la frontière du comté, etc. Le terme ligne de délimitation est utilisé pour spécifier les frontières entre les territoires politiques, comme dans les frontières d'État entre deux États.

Méridien de délimitation. Un méridien qui coïncide avec une partie de la ligne nette sur une carte.

Limite parallèle. Un parallèle qui coïncide avec une partie de la ligne nette sur un graphique.

Bowditch. Titre populaire pour la publication n° 9, Rmexican Pxac£ical Naviga£ox,

Branche. Un ruisseau ou un ruisseau, tel qu'utilisé localement dans les États du sud. Également utilisé pour désigner l'une des bifurcations d'un cours d'eau, comme une fourche.

Briseur. Une vague se brisant sur le rivage, au-dessus d'un récif, etc. Les déferlantes peuvent être grossièrement classées en trois types, bien que les catégories puissent se chevaucher : (1) les déferlantes déferlantes se brisent progressivement sur une distance considérable, (2) les déferlantes plongeantes ont tendance à s'enrouler et briser avec un fracas, et (S) les déferlantes déferlantes culminent, mais au lieu de se renverser ou de plonger, elles surgissent sur la plage.

Digue. Un brise-lames est un dispositif protégeant une zone côtière, un port, un mouillage ou un bassin des vagues. Un brise-lames flottant est un engin constitué de matériaux flottants reliés par des chaînes ou des câbles d'amarrage attachés à des ancres ou à des blocs de pierre de manière à former un bassin à l'intérieur duquel les navires peuvent être protégés de la violence des vagues. Un brise-lames peut être attaché ou séparé du rivage. Voir également: Jetée.

Pont. Le terme « pont » désigne un pont légal sur les eaux navigables des États-Unis, y compris les approches, les défenses et leurs dépendances, qui sont utilisés et exploités dans le but de transporter le trafic ferroviaire, ou à la fois le trafic ferroviaire et routier.

Ruisseau. Un ruisseau de moins de longueur et de volume qu'un ruisseau, tel qu'il est utilisé localement dans le nord-est. En général, l'une des plus petites branches ou ramifications ultimes d'un système de drainage.

Bâtiments. Les bâtiments existent dans toutes les tailles et formes et présentent divers degrés de proéminence. Ceux qui ont une véritable valeur historique sont discutés sous Marque LandJ. Beaucoup d'autres, cependant, sont suffisamment proéminents pour aider le navigateur à s'orienter, en particulier dans les zones portuaires. Ce sont des bâtiments tels que de grands entrepôts, des usines, des installations de maintenance, etc., qui aideront le marin, par exemple, à identifier un poste d'amarrage particulier.

Zone de construction. Une zone où les bâtiments sont si proches les uns des autres que, pour la clarté cartographique, une teinte ou des hachures sont utilisées pour indiquer l'étendue de la zone. Les bâtiments emblématiques sont généralement représentés dans la zone. Les agences cartographiques définissent généralement par échelle l'étendue de la congestion requise avant l'utilisation de la teinte ou de la hachure de la zone, ainsi que les dimensions minimales de ces zones ou des zones claires dans les zones teintées ou hachurées.

Marchandises en vrac. Habituellement, une cargaison homogène arrimée en vrac (c'est-à-dire en vrac dans la cale et non enfermée dans un conteneur tel que bo <es, bales, bags, etc.). Bulk cargos may be free-flowing articles (such as oil, grain, or ore) which can be pumped or run through a chute or handled by dumping, or articles that require mechanical handling (such as coke, bricks, or pig iron).

Cloison. Une structure ou une cloison pour retenir ou empêcher le glissement du terrain. Un objectif secondaire est de protéger les hautes terres contre les dommages causés par l'action des vagues. Les cloisons sont fréquemment remplies derrière, augmentant ainsi l'utilité de la zone de terrain adjacente.

Bouée. Objet flottant, autre qu'un bateau-phare, amarré ou ancré au fond, et aide à la navigation.

Balisage. Un système de bouées. Celui dans lequel les bouées se voient attribuer la forme, la couleur et la distinction du nombre en fonction de l'emplacement par rapport à l'obstruction la plus proche est appelé un xyx£em caxdinal, celui dans lequel les bouées se voient attribuer la forme, la couleur et la distinction du nombre comme moyen d'indiquer navigable eaux est appelée un la£exal xyx£em, Voir aussi : Système de balisage maritime de l'AISM.

Butte. Une colline isolée, en particulier une avec des flancs escarpés ou escarpés.

Cairn. Monticule de pierres brutes ou de béton, en particulier servant ou destiné à servir de point de repère. Les pierres sont habituellement empilées en forme de pyramide ou de ruche.

Caisson. Une porte étanche pour une écluse, un bassin, etc. Une structure en acier qui flotte ou glisse en place pour fermer l'entrée d'une cale sèche, d'une écluse ou d'un bassin sans marée.

Lettres d'appel. Lettres d'identification, comprenant parfois des chiffres, attribuées par l'autorité compétente à une station de radio. Aux États-Unis, une telle identification est attribuée par la Fedexal ✓ommunica£ionx ✓ommixxion (FCC).

Canal. (1) Une voie navigable artificielle pour la navigation. (2) Un long chenal naturel assez rectiligne avec des flancs en forte pente. (S) Tout cours d'eau ou canal. (k) Un courant côtier lent, tel qu'il est utilisé localement sur la côte atlantique des États-Unis.

Peut bouée. Bouée non lumineuse dont la partie supérieure du corps (au-dessus de la ligne de flottaison), ou la plus grande partie de la superstructure, a la forme d'un cylindre ou presque. Aussi appelée bouée cylindrique,

Canyon. Sur le fond marin, dépression relativement étroite et profonde aux flancs escarpés, dont le fond présente généralement une pente continue.

Cap. Une zone terrestre relativement étendue s'avançant vers la mer à partir d'un continent, ou d'une grande île, qui marque en évidence un changement ou interrompt notablement la tendance côtière.

Capitaine du Port. L'officier de la garde côtière américaine, sous le commandement d'un commandant de district, ainsi désigné par le commandant dans le but de donner une direction immédiate aux activités d'application de la loi de la garde côtière américaine dans sa zone d'affectation.

Le point cardinal. L'une des quatre directions principales ; nord, est, sud ou ouest. Les directions à mi-chemin entre les points cardinaux sont appelées points intercardinaux.

Système cardinal. Système de balisage généralement utilisé pour signaler les dangers là où la côte est flanquée de nombreuses îles, rochers et hauts-fonds, ainsi que pour signaler les dangers en pleine mer. Dans ce système, le relèvement (vrai) de la marque par rapport au danger est indiqué jusqu'au point cardinal le plus proche.

Carsé. Un fond de rivière bas et fertile. (Origine écossaise.)

Cartographe. Personne qui pratique la cartographie, en particulier un membre de la profession régulièrement concerné par toute étape de l'évaluation, de la compilation, de la conception ou de la rédaction d'une carte ou d'un graphique.

Caractéristique cartographique. Terme appliqué aux éléments naturels ou culturels indiqués sur une carte ou un graphique. Les trois catégories principales sont : « élément ponctuel », « élément linéaire » et « élément de surface ».

Licence cartographique. La liberté de modifier les informations du manuscrit afin d'améliorer la clarté du tableau ou de la carte.

Cartographie. L'art, la science et la technologie de faire des graphiques ou des cartes, ainsi que leur étude en tant que documents scientifiques et œuvres d'art. Dans ce contexte, les cartes peuvent être considérées comme incluant tous les types de cartes, plans, diagrammes et coupes, modèles tridimensionnels et globes représentant la terre ou tout corps céleste à n'importe quelle échelle.

Cascade. Une chute d'eau sur des rochers à forte pente, généralement relativement petite ou faisant partie d'une série.

Cataracte. Chute d'eau, généralement plus grande qu'une cascade, au-dessus d'un précipice.

Passerelle. Voir: Pont ForeJandJaft.

Chaussée. Voie surélevée, comme pour une route, à travers un sol humide ou de l'eau. Une chaussée est une chaussée surélevée de structure solide construite principalement pour fournir un itinéraire à travers un sol humide ou une zone intertidale.

Caractéristique de mise en garde. D'un feu, une caractéristique unique qui peut être reconnue comme conférant une signification particulière de mise en garde (par exemple, une phase caractéristique de clignotement rapide indiquant un virage serré dans un canal).

Caverne. Une grande grotte souterraine naturelle ou une série de grottes. Souvent, mais pas toujours, utilisé pour impliquer la grandeur ou l'étendue indéfinie à distinguer de "grotte".

Cay (également kay, clé). Une île basse et plate de sable, de corail, etc., inondée ou s'asséchant à marée basse ; un terme appliqué à l'origine aux îlots coralliens autour de la côte et des îles de la mer des Caraïbes.

Ceja. La falaise au bord d'une mesa ; un escarpement. Locale dans le Sud-Ouest.

Méridien central. La ligne de longitude au centre d'une projection cartographique ou cartographique. Cenerally, la base pour construire la projection.

Axe central contrôlant la profondeur. La profondeur de contrôle d'une voie navigable, qui s'applique uniquement au centre de la voie navigable ; c'est généralement le résultat d'un levé de type reconnaissance consistant en seulement quelques lignes de sondages qui ne fournissent pas une couverture adéquate pour déterminer la profondeur de contrôle de l'ensemble de la voie navigable.

Cerrito (ou cerrillo). Une petite colline. (Local dans le sud-ouest.)

Cerro. Colline, montagne ; crête. (Local dans le sud-ouest.)

Chaîne. Groupe de stations associées d'un système de radionavigation. Une chaîne LORAN-C se compose d'une station maîtresse et de deux ou plusieurs stations secondaires.

Craie. L'un des nombreux descripteurs de la « nature du fond marin » utilisés dans le tableau n° 1 Chalk est un grès terreux tendre d'origine marine, composé principalement de coquillages minuscules. Il est de couleur blanche, grise ou chamois. Partie du lit et des rivages de l'océan et composée de craie, notamment les « falaises blanches de Douvres », Angleterre. La craie présente des qualités de tenue variables, mais parfois médiocres.

Canal. (1) La partie d'une masse d'eau suffisamment profonde pour permettre la navigation dans une zone autrement inappropriée. Il est généralement balisé par une ligne simple ou double de bouées et parfois par des rangées. (2) La partie la plus profonde d'un ruisseau, d'une baie ou d'un détroit, à travers laquelle passe le courant principal. (S) Nom donné à certains grands détroits, comme la Manche. (k) Un lit creux à travers lequel l'eau coule ou peut couler.

(5) Une bande de fréquences radio dans laquelle une station radio doit maintenir sa fréquence porteuse modulée pour éviter les interférences avec les stations sur les canaux adjacents. Aussi appelé canal fxequency,

Manche, mer. Dépression peu profonde, longue et étroite, en forme de U ou de V du fond marin, se produisant généralement sur une plaine ou un éventail en pente douce.

Caractéristique. (1) La couleur et la forme d'une marque de jour ou d'une bouée ou la couleur et la période de lumière utilisées pour identifier l'aide. (2) Le signal d'identification émis par une radiobalise.

Couleur caractéristique. D'un feu, la couleur d'identification unique (par exemple, dans le système de balisage américain, les feux verts ne sont utilisés que sur les bouées noires ou sur les bouées noires et rouges à bandes horizontales avec la bande supérieure noire).

Caractéristiques de la lumière. Toutes les particularités d'un feu, telles que la couleur, la période, le numéro de groupe, la visibilité, la hauteur au-dessus du niveau de la mer et le caractère. Aussi appelé ligh£ chaxac£exix£icx,

Phase caractéristique. D'un feu, la séquence et la durée des périodes de lumière et d'obscurité par lesquelles un feu de navigation est identifié (c'est-à-dire si fi <ed, flashing, interrupted, quick flashing, etc.).

Agent graphique. Les établissements commerciaux qui sont sous contrat avec la NOAA et qui reçoivent des remises pour la revente de cartes marines et aéronautiques de navigation et des publications connexes au grand public aux prix de détail stipulés par la NOAA.

Carte, bathymétrique. Une carte topographique du lit de l'océan.

Données cartographiques. La donnée à laquelle les sondages sur une carte se rapportent. Il est généralement considéré comme correspondant à une élévation des basses eaux.

Visibilité cartographiée. La distance extrême, indiquée en chiffres sur une carte, à laquelle un feu de navigation peut être vu. Cela peut être la portée géographique lorsqu'elle est limitée par la courbure de la terre et les hauteurs de la lumière et de l'observateur ou la portée lumineuse lorsqu'elle est limitée uniquement par l'intensité de la lumière, la clarté de l'atmosphère et la sensibilité des yeux de l'observateur.

Graphique, isogonique. Graphique montrant la déclinaison magnétique avec des lignes isogoniques et le taux annuel de variation de la déclinaison avec des lignes isoporiques.

Chartlet. Une reproduction corrigée d'une petite partie d'une carte marine qui est collée sur la carte pour laquelle elle est émise. Ces cartes sont diffusées dans la No£ice £o Maxinexx lorsque les corrections sont trop nombreuses ou trop détaillées pour ne pas être réalisables sous forme imprimée. (Aussi appelé : block, block coxxec£ion, chax£ amendmen£ pa£ch,)

Graphique, Mercator. Un graphique sur la projection de Mercator. C'est la carte couramment utilisée pour la navigation maritime. Dans Mercator Chart, une loxodromie est une ligne droite.

Carte, nautique. Une carte spécialement conçue pour répondre aux exigences de la navigation maritime, montrant les profondeurs d'eau, la nature du fond, les élévations, la configuration et les caractéristiques de la côte, les dangers et les aides à la navigation. (Aussi appelé : maxine chax£, hydxogxaphic chax£, ou simplement chax£,)

Echelle graphique. Le rapport entre une distance sur une carte et la distance correspondante représentée, comme 1:80 000 (échelle naturelle), ou S0 milles à un pouce (échelle numérique). Peut être appelé map xcale lorsqu'il est appliqué à n'importe quelle carte. Voir également: Fraction représentative.

Données de sondage cartographique. Le zéro des marées auquel se rapportent les sondages et les hauteurs d'assèchement sur une carte. Il est généralement considéré comme correspondant à une phase d'étiage de la marée. Souvent abrégé en « zéro des cartes », en particulier lorsqu'il est clair qu'il ne s'agit pas d'une référence à un système de référence horizontal.

Gouffre. Une brèche profonde dans la surface de la terre ; un abîme; une gorge; un canyon profond.

Cheminée. Une étiquette sur une carte marine qui indique une structure verticale relativement petite en saillie au-dessus d'un bâtiment pour le transport de la fumée.

Cercle, super. Cercle formé par l'intersection d'une sphère avec un plan passant par le centre de la sphère. La distance la plus courte entre deux points quelconques sur une sphère est le long de l'arc d'un grand cercle reliant les deux points.

Cercle de visibilité. Cercle entourant une aide à la navigation et dans lequel l'aide est visible.

Argile. L'un des nombreux descripteurs de la "nature des fonds marins" utilisés dans la carte n° 1. Voir l'index : Boue.

Dégagement, pont. Espace minimal vertical ou horizontal disponible pour le passage.

Falaise. Terre s'élevant brusquement sur une distance considérable au-dessus de l'eau ou des terres environnantes. Voir également: Bluffer.

Fermé. Une aide habitée temporairement interrompue pour la saison d'hiver.

Ligne de fermeture. La ligne de démarcation entre les eaux intérieures et la mer marginale à travers l'entrée d'une véritable baie. Voir également: Mer marginale.

Côte. La partie de la terre à côté de la mer. Ce terme comprend les appendices naturels du territoire qui sortent de l'eau, bien qu'ils ne soient pas d'une fermeté suffisante pour être habités ou fortifiés. Les hauts-fonds perpétuellement recouverts d'eau ne sont pas inclus dans le terme "côte". Côte est le terme utilisé en référence à la terre, tandis que « rivage » est le terme utilisé en référence à la mer.

Cartes côtières. Ces cartes NOAA sont publiées à des échelles de 1:50 000 à 1:150 000 et sont destinées à la navigation côtière à l'intérieur des récifs et hauts-fonds périphériques, à l'entrée ou à la sortie de baies et de ports de taille considérable et à la navigation sur les voies navigables intérieures plus larges.

Sone de confluence côtière. Une zone côtière des États-Unis qui a une limite extérieure de 50 milles marins du rivage ou la courbe de 100 brasses, selon la plus éloignée, et une limite intérieure du rivage ou la limite extérieure de l'entrée du port, selon la plus éloignée.

Plaine côtière. Toute plaine qui a sa marge sur le rivage d'une grande masse d'eau, en particulier la mer, et représente généralement une bande de fond marin émergé géologiquement récent.

Les eaux côtières. (1) Les eaux américaines des lacs Creat (Érié, Huron, Michigan, Ontario et Supérieur); (2) les mers territoriales des États-Unis ; et (S) les eaux directement reliées aux lacs Creat et aux mers territoriales (c'est-à-dire les baies, les détroits, les ports, les rivières, les anses, etc.), où toute entrée dépasse 2 milles marins entre les rives opposées jusqu'au premier point où le plus grand la distance entre les rivages est réduite à 2 miles, comme indiqué sur l'édition actuelle de la carte NOAA appropriée utilisée pour la navigation.

cabotage. Se déplaçant à peu près parallèlement à une côte (de promontoire à promontoire) en vue de la terre, ou suffisamment souvent en vue de la terre pour déterminer la position du navire par des observations des caractéristiques terrestres.

Littoral. Généralement, là où le rivage entre directement en contact avec la haute mer, la ligne sur le rivage atteinte par les marées basses ordinaires comprenait le littoral à partir duquel la distance de trois milles géographiques est mesurée. La ligne a une signification à la fois pour le droit national et international (dans lequel elle est appelée la « ligne de base ») et est soumise à des définitions précises. Des problèmes particuliers surviennent lorsqu'il existe des rochers, des îles ou d'autres corps au large, et la ligne peut devoir être tracée au large de ces corps.

Navigation côtière. Navigation à proximité d'une côte, par opposition à la navigation hauturière à distance d'une côte. Voir également: cabotage.

Bricoler. L'un des nombreux descripteurs de la "nature des fonds marins" utilisés dans la carte n° 1. Voir l'index : Des pierres.

COLRKGS. Acronyme de In£exna£ional Aegula£ionx fox Pxeven£ing ✓ollixionx a£ Gea, Lignes de démarcation délimitant les eaux sur lesquelles les marins doivent se conformer au Règlement international pour prévenir les abordages en mer, 1972 (72 COLRECS) et les eaux sur quels navigateurs doivent se conformer aux règles de navigation pour les ports, les rivières et les eaux intérieures (règles intérieures). Les eaux en dehors des lignes sont les eaux du COLRECS. Pour plus de détails concernant les lignes de démarcation du COLRECS, voir : U, G, ✓ode of Fedexal Aegula£ionx (CFR), Title SS, Navigation and Navigable Waters ; Partie 82, lignes de démarcation COLRECS.

Commandé. Une aide précédemment déclarée fermée ou retirée qui a été mise en service.

Cours de boussole. (1) Cap par rapport au nord de la boussole. (2) Direction de la boussole. Direction horizontale exprimée en distance angulaire du nord de la boussole.

Direction de la boussole. Direction telle qu'indiquée par la boussole sans aucune tolérance pour l'erreur de la boussole. La direction indiquée par une boussole peut différer considérablement de la direction vraie ou magnétique.

Boussole, gyroscopique. Une boussole composée d'un gyroscope suspendu de sorte que son axe de rotation pointe vers le nord.

Boussole, magnétique. Un dispositif qui indique la direction au moyen d'un aimant supporté à son milieu de sorte que l'aimant s'aligne avec le champ magnétique local. L'extrémité de l'aimant, qui pointe dans la direction générale du nord, est marquée.

Boussole nord. Direction non corrigée indiquée par l'extrémité nord d'une aiguille de boussole. Voir également: Nord magnétique.

Rose des Vents. Un cercle gradué en degrés, dans le sens des aiguilles d'une montre de 0° à la direction de référence à S60°. Les roses des vents sont placées à des endroits pratiques sur la carte Mercator ou la feuille de traçage pour faciliter la mesure de la direction.

Compilation. (1) La production d'une carte ou d'un graphique nouveau ou révisé, ou de parties de celle-ci, à partir de cartes existantes, de photographies aériennes, de relevés, de nouvelles données et d'autres sources. (2) La production d'une carte ou d'une carte, ou de parties de celle-ci, à partir de photographies aériennes et de données de contrôle géodésique, au moyen d'instruments photogrammétriques.

Cargaison conteneurisée. Cargaison transportée dans des conteneurs scellés spécialement construits. Dans les opérations de conteneurs roll-on/roll-off, les remorques de camion, complètes avec châssis et roues, sont roulées sur et hors de types spéciaux de navires ou de barges au moyen de rampes. Dans les opérations de levage/déchargement, les conteneurs sont chargés et déchargés au moyen de grues embarquées à grande vitesse ou de grues à terre.

États-Unis contigus. Comprend les k8 États des États-Unis et le district de Columbia ; tous les États à l'exception de l'Alaska et d'Hawaï. Ils ont des frontières communes et ne sont pas séparés par un territoire étranger ou la haute mer.

Frontière continentale. Une province adjacente à un continent, normalement occupée par ou bordant un plateau continental, qui est très irrégulière avec des profondeurs bien supérieures à celles typiques d'un plateau continental.

Marge continentale. La zone, généralement constituée d'un plateau, d'une pente et d'une montée, séparant le continent de la plaine abyssale ou des fonds marins profonds.

Ascension continentale. Une pente douce s'élevant des profondeurs océaniques vers le pied d'un talus continental.

Plate-forme continentale. La partie submergée d'un continent, qui s'incline doucement vers la mer à partir de la ligne de basse mer jusqu'à un point où se produit une rupture substantielle de niveau, à quel point le fond s'incline vers la mer avec une augmentation considérable de la pente jusqu'à ce que les grandes profondeurs océaniques soient atteintes. Le point de rupture définit le bord du plateau et le fond en pente plus raide le talus continental. Classiquement, le bord est pris à 100 brasses (200 mètres), mais des cas sont connus où l'augmentation de la pente se produit à plus de 200 ou moins de 65 brasses.

Contour. Une ligne joignant des points d'égale distance verticale au-dessus ou au-dessous d'une référence. Une telle ligne sur une carte est un type d'Isoline.

Ligne de contour. Ligne reliant des points d'égale altitude ou d'égale profondeur. Un point de connexion de profondeur égale est généralement appelé une courbe de brasse ou une ligne de brasse. Voir également: Ligne de formulaire.

Contrôle de la profondeur. (1) La plus petite profondeur dans l'approche ou le chenal d'une zone, telle qu'un port ou un mouillage, régissant le tirant d'eau maximal des navires pouvant y entrer. (2) La plus petite profondeur dans les limites d'un chenal ; il limite l'utilisation sécuritaire du chenal à des courants d'eau inférieurs à cette profondeur. La ligne médiane contrôlant la profondeur d'un canal s'applique uniquement à la ligne médiane du canal ; des profondeurs moindres peuvent exister dans le reste du chenal. La profondeur de contrôle du milieu du canal d'un canal est la profondeur de contrôle de la moitié médiane du canal uniquement. Voir également: Profondeur du projet fédéral.

Cartes marines conventionnelles. Ces cartes sont des reproductions imprimées à plat publiées par la NOAA d'une partie de la partie de navigation de la surface terrestre. Selon leur échelle, ces cartes montrent la nature et la forme de la côte, la profondeur de l'eau, la configuration générale et le caractère du fond, les repères importants, les installations portuaires, les détails culturels, les chenaux dragués, les aides à la navigation, les dangers marins, les variations magnétiques. , et les limites maritimes. Les changements provoqués par les personnes et la nature exigent que les cartes marines soient constamment entretenues pour faciliter la navigation en toute sécurité.

Coordonnées. Grandeurs linéaires ou angulaires, qui désignent la position d'un point par rapport à un référentiel donné.

Corail. Au sens strict, le corail est un organisme marin de fond, qui sécrète un squelette externe de carbonate de calcium et qui forme fréquemment de grandes colonies irrégulières avec de nombreuses têtes et pinacles coralliens. En réalité, les formations coralliennes sont généralement un mi <ture of coral and other marine organisms along with other debris and chemically precipitated rock. For shoreline mapping purposes, a rock or coral formation is a naturally occurring, consolidated rock, or coral mass, that differs conspicuously from adjacent objects and materials, and which is too large to be adequately represented on the shoreline map by a single rock (coral) symbol.

Tête de corail. Une croissance massive de corail en forme de champignon ou de pilier.

Récif de corail. Récif constitué de corail, de fragments de corail et d'autres organismes, et du calcaire résultant de leur consolidation.

Correction des sondages. L'ajustement des sondages pour tout écart par rapport à la profondeur réelle en raison de la méthode de sondage ou de tout défaut de l'appareil de mesure.

Coulée. Une vallée aux parois escarpées, en forme de tranchée; un lavoir, un ravin ou un arroyo à travers lequel l'eau coule par intermittence. (Ouest des États-Unis.)

Cours. Sens de déplacement horizontal prévu. Il est mesuré à partir de 0° dans le sens de référence dans le sens des aiguilles d'une montre jusqu'à S60° ; strictement pour la navigation maritime, le terme s'applique à la direction à diriger, qui diffère parfois de la direction destinée à être respectée sur le fond. Le cap est désigné comme vrai, magnétique ou compas, car la direction de référence est respectivement le nord vrai, magnétique ou compas.

Cours, recommandé. Une ligne indiquée sur une carte, qui a été spécialement examinée pour s'assurer qu'elle est exempte de dangers, et le long de laquelle les navires sont invités à naviguer. Aussi appelé £xack recommandé,

Crique. Un petit renfoncement abrité sur une côte, souvent à l'intérieur d'une plus grande baie.

Couvre et découvre (ou découvre). EXpression destinée à indiquer une zone d'un récif ou autre saillie du fond d'une masse d'eau, qui s'étend périodiquement au-dessus et est immergée sous la surface. Aussi appelé sèche ou découvre.

Escarpé. Un rocher escarpé et accidenté; une falaise rugueuse et brisée d'une pointe de roche en saillie; aussi un fragment détaché d'un rocher.

Cratère. La dépression en forme de bol autour de l'évent d'un volcan ou d'un geyser ; également un trou formé par l'impact d'une météorite, la détonation d'une mine, ou similaire.

Ruisseau. (1) Un ruisseau de moins de volume qu'une rivière, mais plus grand qu'un ruisseau. (2) Un petit chenal de marée à travers un marais côtier. (S) Un bras large d'une rivière ou d'une baie.

Crête. La terre sommitale de toute éminence ; la projection naturelle la plus élevée qui couronne une colline ou une montagne, à partir de laquelle la surface plonge vers le bas dans des directions opposées.

Crevasse. Crevasse ou fissure profonde, en particulier dans un glacier. Une rupture dans une digue ou un autre talus de cours d'eau.

Copier. Une structure marine permanente, généralement conçue pour supporter ou élever des pipelines ; notamment une structure renfermant un dispositif de dégrillage à l'extrémité offshore d'une conduite de prise d'eau potable. La structure est généralement une enceinte en bois lourd qui a été enfoncée avec des roches ou d'autres débris.

Culture. Éléments artificiels sous, sur et au-dessus du sol, qui sont délimités sur un graphique ou une carte. Ces caractéristiques comprennent les routes, les sentiers, les bâtiments, les canaux, les réseaux d'égouts et les lignes de démarcation. Au sens large, le terme s'applique également à tous les noms, autres identifications et légendes sur un graphique ou une carte.

Coupole. Une étiquette sur une carte marine qui indique une petite tour ou tourelle en forme de dôme s'élevant d'un bâtiment.

Courant. Généralement, un mouvement horizontal de l'eau. Les courants peuvent être classés en courants de marée et non tidaux.

CoupeJoff. Un nouveau canal, relativement court, formé lorsqu'un flux traverse le col d'un o <bow or horseshoe bend. An artificial straightening or short cut in a channel.

Dalles. Les parois presque verticales d'un canyon ou d'une gorge, contenant généralement un rapide. (Local dans le nord-ouest.)

Zone dangereuse. La zone spécifiée au-dessus, au-dessous ou à l'intérieur de laquelle il peut exister un danger potentiel. Voir également: Zone interdite; Zone restreinte.

Ligne de danger. (1) Une ligne tracée sur une carte pour indiquer les limites de sécurité de la navigation pour un navire d'un tirant d'eau spécifique. (2) Ligne servant à attirer l'attention du navigateur sur un danger, qui n'apparaîtrait pas assez clairement s'il était représenté sur la carte uniquement par les symboles spécifiques.

Danger retentissant. Un sondage minimum choisi pour un navire d'un tirant d'eau spécifique dans une zone donnée pour indiquer la limite de la sécurité de la navigation.

Cargaison dangereuse. Le terme « cargaison dangereuse » désigne tous les explosifs et autres matières ou cargaisons dangereuses couvertes par la réglementation fédérale.

Rocher dangereux. Un rocher englouti d'une petite zone (pinacle), à une profondeur telle qu'il est considéré comme dangereux pour la navigation de surface.

Épave dangereuse. Une épave submergée à une profondeur telle qu'elle est considérée comme dangereuse pour la navigation de surface.

Datum, géodésique. Ensemble de constantes spécifiant le système de coordonnées utilisé pour le contrôle géodésique, c'est-à-dire pour calculer les coordonnées de points sur la terre.

Plan de référence. Une surface utilisée comme référence à partir de laquelle les hauteurs ou les profondeurs sont calculées. Le plan est appelé da£um £idal lorsqu'il est défini par une phase de la marée, par exemple, les hautes eaux ou les basses eaux.

Sondage de référence. Plan horizontal ou système de référence des marées auquel les sondages d'un levé hydrographique sont réduits. Aussi appelé da£um fox xounding xeduc£ion,

Datum, marée. Une surface avec une élévation désignée à partir de laquelle les hauteurs ou les profondeurs sont calculées, définie par une certaine phase de la marée.

Référence, verticale. Pour les applications marines, élévation de base utilisée comme référence à partir de laquelle calculer les hauteurs ou les profondeurs.

Balise de jour. Un fi non éclairé <ed structure which is equipped with a daymark for daytime identification.

Tête morte. Une bûche ou un tronc d'arbre submergé ou à peine inondé flottant librement à des attitudes variables par contraste avec le plan formé par la surface immobile (non perturbée) de l'eau. Parfois, une extrémité d'un deadhead peut être attachée au fond avec l'extrémité opposée (non attachée) flottante.

Dead Reckoning. Processus de détermination de la position d'un navire à tout instant en appliquant à la dernière position bien déterminée (point de départ ou point suivant) le parcours effectué depuis. La position ainsi obtenue est appelée une xeckoning poxi£ion, lorsque le but principal de la navigation à l'estime est d'établir sur la carte un terrain de référence pour évaluer le caractère raisonnable du positionnement par d'autres moyens, le terrain à l'estime est généralement construit sans tenir compte de éléments perturbateurs (tels que le courant, le vent, les conditions de la mer, la rugosité du fond du navire, etc.), le cap suivi étant utilisé pour la direction et la vitesse commandée étant utilisée pour la vitesse de déplacement le long de la ligne de route.

Profond. Une zone relativement petite d'une profondeur exceptionnelle trouvée dans une dépression. Le terme est généralement limité aux profondeurs supérieures à S 000 brasses.

Itinéraire en profondeur. Une route qui est principalement choisie pour être utilisée par des navires qui, en raison de leur tirant d'eau important, peuvent ne pas être en mesure de naviguer en toute sécurité en dehors de cette route.

Route en eaux profondes. Un itinéraire dans une zone désignée dans des limites définies qui a été étudiée avec précision pour le dégagement du fond marin et des obstacles submergés à une profondeur d'eau minimale indiquée.

Agence de cartographie de la défense. La DMA (rebaptisée National Imagery and Mapping Agency en 1995) a été créée en tant qu'agence du ministère de la Défense (DOD) le 1er janvier 1972, en vertu des dispositions de la loi sur la sécurité nationale de 19k7, telle que modifiée (61 Stat. k95; 50 USC k01). La mission du DMA est de fournir un soutien et des services de cartographie, de cartographie et de géodésie au secrétaire à la Défense, aux chefs d'état-major interarmées, aux départements militaires et à d'autres composants du DOD grâce à la production et à la distribution mondiale de cartes, de cartes, de positionnement précis données et données numériques pour les opérations militaires stratégiques et tactiques et les systèmes d'armes.

Démagnétisation. Neutralisation de l'intensité du champ magnétique d'un navire, au moyen de bobines électriques convenablement agencées installées à demeure dans le navire. Voir également: Dépermant.

Gamme de démagnétisation. Une zone pour déterminer les signatures magnétiques des navires et autres embarcations marines. Ces signatures sont utilisées pour déterminer les réglages de courant de bobine de démagnétisation requis et d'autres actions correctives requises. Des instruments de détection et des câbles sont installés sur le fond marin dans la gamme, et il y a des câbles menant de la gamme à une position de contrôle à terre. La gamme est généralement marquée par des bouées distinctives.

Delta. Les basses terres alluviales, déposées sous une forme plus ou moins triangulaire à l'embouchure d'une rivière, qui est souvent coupée par plusieurs défluents du cours d'eau principal.

Densité des sondages. Intervalles entre lignes de sondage et sondages dans la même ligne. La densité des sondages dépend principalement de l'échelle et de la nature de l'enquête. Aussi appelée fxéquence de xoundingx,

Dépermant. Processus consistant à modifier l'état magnétique d'un vaisseau en enroulant un grand conducteur autour de lui un certain nombre de fois dans un plan vertical, en travers, et en alimentant la bobine ainsi formée. Si une seule bobine est placée horizontalement autour du récipient et alimentée, le processus est appelé flaxhing si la bobine reste immobile et essuyage si elle est déplacée de haut en bas. Voir également: Démagnétisation.

Dépression. Terme général désignant toute zone déprimée ou inférieure du fond de l'océan ; un creux complètement entouré de terrain plus élevé et n'ayant pas de sortie naturelle pour le drainage de surface.

Contour de la dépression. Contour fermé délimitant une zone de moindre altitude que le terrain environnant. Les graduations directionnelles s'étendent du contour dans une direction descendante.

Profondeur. La distance verticale entre un niveau d'eau donné et le fond. La profondeur cartographiée est la distance verticale entre le zéro des marées et le fond. La profondeur la plus faible dans l'approche ou le chenal d'une zone, telle qu'un port ou un mouillage, régissant le tirant d'eau maximal des navires pouvant entrer est appelée la profondeur con£xolling,

Navigation en contour de profondeur. Une méthode de détermination de la position en utilisant les contours de profondeur sur la carte marine. Consiste à caler une série de sondages d'échos observés sur les isobathes en enregistrant plusieurs sondages et distances logarithmiques simultanées et en les reportant sur une bande de papier transparent à l'échelle de la carte. La ligne de sondages est ajustée aux courbes de niveau en la déplaçant de manière à ce qu'elle reste parallèle à la route vraie suivie.

Profondeur, contrôle. La plus petite profondeur dans l'approche ou le chenal d'une zone, telle qu'un port de mouillage, régissant le tirant d'eau maximal des navires pouvant entrer.

Courbe de profondeur. Une courbe de profondeur est une ligne reliant des points de profondeur d'eau égale qui est parfois considérablement déplacée en dehors des sondages, des symboles et d'autres détails cartographiques pour plus de clarté et de généralisation. Les courbes de profondeur représentent donc souvent un emplacement approximatif de la ligne d'égale profondeur par rapport à la ligne relevée délimitée sur la source.

Chercheur de profondeur. Instrument de mesure de la profondeur de l'eau, en particulier un échosondeur.

Abandonné. Toute propriété abandonnée en mer, souvent d'une taille suffisante pour constituer une menace pour la navigation ; surtout un navire abandonné. Voir également:

Détruire.

Déviation. Angle entre le méridien magnétique et l'axe d'une rose des vents, exprimé en degrés est ou ouest pour indiquer la direction dans laquelle l'extrémité nord de la rose des vents est décalée par rapport au nord magnétique. La déviation est causée par des influences magnétiques perturbatrices dans le voisinage immédiat de la boussole, comme à l'intérieur de l'engin.

Tableau des déviations. Un tableau de la déviation d'un compas magnétique sur divers caps, magnétique ou compas.

Diaphone. Un émetteur de signal sonore fonctionnant sur le principe de la libération périodique d'air comprimé commandé par le mouvement alternatif d'un piston actionné par de l'air comprimé. Le diaphone omet généralement un son puissant de tonalité grave qui se termine souvent par un bref son de tonalité plus grave appelé le gxun£. Le signal émis d'un diaphone bicolore est constitué de deux tonalités de hauteur différente, auquel cas la deuxième tonalité est de hauteur plus faible.

Corne à diaphragme. Emetteur de signal sonore comprenant un pavillon résonnant excité à son col par des émissions impulsionnelles d'air comprimé régulées par un diaphragme élastique. Les klaxons duplex ou triplex de pas différents produisent un signal de carillon. Aussi appelé compxexxed aix hoxn,

Digue. Un banc de terre ou de pierre utilisé pour former une barrière, fréquemment et confusément échangé avec Digue, définition 1. Une digue retient l'eau dans une zone normalement inondée.

Lumière directionnelle. Feu éclairant un secteur ou un angle très étroit et destiné à marquer une direction à suivre.

Décharge. Inclut, mais sans s'y limiter, tout déversement, fuite, versement, pompage, émission, vidange ou déversement.

Eau décolorée. Zones colorées non naturelles dans la mer en raison de l'existence de hauts-fonds. Eau de mer ayant une couleur autre que les bleus et les verts normalement observés. Des variations des couleurs rouge, jaune, vert et marron, ainsi que du noir et blanc, ont été signalées. Les décolorations peuvent apparaître en plaques, en stries ou sur de grandes surfaces et peuvent être causées par des concentrations de particules inorganiques ou organiques ou de plancton.

Arrêté. Retirer du fonctionnement (de façon permanente ou temporaire) une aide préalablement autorisée.

Divergence. Incapacité d'une aide à maintenir sa position ou sa fonction comme prescrit dans la Ligh£ Lix£,

Bouée de décalage. Une bouée facilement transportable servant à remplacer temporairement une aide à la navigation qui ne veille pas correctement.

Commandant de district. L'officier de la US Coast Cuard désigné par le commandant pour commander un district de la US Coast Cuard.

Diurne. Avoir une période ou un cycle d'environ un jour de marée. Ainsi, la marée est dite diurne lorsqu'il n'y a qu'une seule marée haute et une seule marée basse pendant un jour de marée, et le courant de marée est dit diurne lorsqu'il y a une seule crue et une seule période de reflux dans la journée de marée. Un courant rotatif est diurne s'il change de direction à travers tous les points cardinaux une fois par jour de marée.

Diviser. La ligne de séparation entre les systèmes de drainage ; le sommet d'un interfluve. Le plus haut sommet ou un col ou une lacune.

Dock. (1) La cale ou voie navigable entre deux jetées, ou creusée dans le sol pour l'accostage des navires. Une jetée est parfois appelée à tort un quai, également appelé xlip, Voir aussi : Jetée; Un atterrissage; Quai; Quai. (2) Un bassin ou une enceinte pour la réception des navires, et muni de moyens pour contrôler le niveau d'eau. Un bassin à flot est un bassin dans lequel l'eau peut être maintenue à différents niveaux en fermant une porte lorsque l'eau est au niveau souhaité. Une cale sèche est une cale fournissant un support pour un navire et un moyen d'évacuer l'eau afin que le fond du navire ou d'un autre bateau puisse être exposé. Une cale sèche constituée d'un bassin artificiel s'appelle une cale de gxaving ; celui constitué d'une structure flottante est appelé un dock flottant, (S) Utilisé au pluriel, un terme utilisé pour décrire la zone des docks, des quais, des bassins, des quais, etc.

Quai, flottant. Une forme de cale sèche constituée d'une structure flottante d'une ou plusieurs sections qui peuvent être partiellement submergées par inondation contrôlée pour recevoir un navire, puis soulevées en pompant l'eau afin que le fond du navire puisse être exposé.

Seuil de quai. La fondation au bas de l'entrée d'une cale sèche ou d'une écluse contre laquelle le caisson ou les portes se ferment. La profondeur d'eau contrôlant l'utilisation du quai ou de l'écluse est mesurée du seuil à la surface.

Quai, mouillé. Un quai dans lequel l'eau peut être maintenue à n'importe quel niveau en fermant une porte lorsque l'eau est au niveau désiré.

Patte de chien. Une étape qui ne mène pas directement à la destination ou au point de passage. Il est suivi pour se conformer aux procédures établies, éviter d'éventuels dangers ou intempéries, retarder l'heure d'arrivée, etc.

Dauphin. Poste d'amarrage ou tampon placé à l'entrée d'un quai, le long d'un quai ou au milieu d'un cours d'eau. Dans les premier et deuxième cas, il est utilisé comme tampon. Dans le troisième, il sert de poste d'amarrage aux navires qui déchargent leurs cargaisons sans longer un quai ou un quai. Chaque dauphin est généralement composé d'une série de lourds pieux contigus les uns aux autres. Ils sont disposés en cercle, réunis et coiffés sur le dessus.

Dôme. Une étiquette sur une carte marine qui indique une grande structure hémisphérique arrondie s'élevant d'un bâtiment ou d'un toit de même forme. Un exemple frappant est celui du Capitole des États-Unis à Washington, DC. Aussi un sommet de montagne aux sommets rocheux et arrondis en douceur, ressemblant à peu près au dôme ou à la coupole d'un bâtiment.

Sonorité douteuse. D'une profondeur incertaine. L'expression, telle qu'abrégée, est principalement utilisée sur les cartes pour indiquer une position où la profondeur peut être inférieure à celle indiquée, la position n'étant pas mise en doute.

Brouillon (ou brouillon). La distance verticale, à n'importe quelle section d'un navire, de la surface de l'eau au fond de la quille. Lorsqu'il est mesuré à ou près de la tige, il est appelé dxaf£ foxwaxd et lorsqu'il est mesuré à ou près de la poupe comme dxaf£ af£, ces projets sont plus spécifiquement décrits comme des projets de déplacement par opposition aux projets de navigation qui sont mesurés au plus bas appendice de la coque par opposition à la quille.

Traîne. Pour remorquer une ligne ou un objet sous la surface, pour déterminer la moindre profondeur dans une zone ou pour s'assurer qu'une zone donnée est exempte de dangers pour la navigation jusqu'à une certaine profondeur. Glisser et balayer ont presque la même signification. La traînée se réfère en particulier à l'emplacement des obstructions ou à la détermination que les obstructions n'existent pas. Le balayage peut inclure, en plus, l'enlèvement de toute obstruction localisée. Voir également: Balayer.

Drainer. Une chaîne; une tranchée; un cours d'eau, surtout un cours d'eau étroit.

Pont-levis. Un pont qui peut être relevé, abaissé ou écarté.

Dessin. Une impression suite à l'impression d'une carte marine de son détail noir ou magenta sur du plastique transparent au fini mat, utilisée dans la révision des impressions ultérieures de la carte.

Dragué Matériel. Le terme "matériau de dragage" désigne tout matériau extrait ou dragué des eaux navigables des États-Unis.

Cale sèche. Bassin fermé dans lequel un navire est amené pour être nettoyé et réparé sous l'eau. Il est équipé de portes d'entrée étanches qui, lorsqu'elles sont fermées, permettent d'assécher le quai par pompage. Dans les cales sèches modernes, les portes s'ouvrant au milieu et articulées sur les côtés ont été remplacées par un caisson ou un ponton qui s'adapte étroitement à l'entrée. Le caisson est inondé et coulé sur place, et peut être pompé, flotté et déformé loin de l'entrée du quai pour permettre le passage des navires. Aussi appelé Cale sèche.

Port sec. UNE petit port qui s'assèche à marée basse ou dont la profondeur est insuffisante pour maintenir les navires à flot dans tous les états de la marée. Les navires qui l'utilisent doivent être prêts à s'échouer à marée descendante.

Hauteurs de séchage. Hauteurs au-dessus du niveau de référence de sondage des cartes qui sont périodiquement couvertes et exposées par la montée et la descente de la marée.

Lavage à sec. Lavage, arroyo ou coulée dans le lit duquel il n'y a pas d'eau, sauf à intervalles peu fréquents et pendant de courtes périodes.

Canard aveugle. Aux fins de cartographie de la NOAA, un store de canard est une structure non flottante, utilisée pour dissimuler les chasseurs de sauvagine, généralement constituée d'un cadre en bois recouvert de broussailles.

Dépotoirs. Bien qu'indiqués sur les cartes marines comme des dépotoirs dans les eaux américaines, les réglementations fédérales pour ces zones ont été révoquées et leur utilisation pour le dépotage a été interrompue. Ces zones continueront à figurer sur les cartes marines jusqu'à ce qu'elles ne soient plus considérées comme un danger pour la navigation. Voir également: Dépotoir, dépotoir.

Décharge publique. Une zone établie par règlement fédéral dans laquelle le déversement de matériaux de dragage et de remblai et d'autres objets non flottants est autorisé avec la délivrance d'un permis. Les décharges sont indiquées sur les cartes marines. Voir également: Dépotoirs, dépotoir.

Dune. Une colline ou une crête formée par le vent à partir de sable ou d'un autre matériau granulaire.

Kbb. Courant de marée s'éloignant de la terre ou descendant un courant de marée. Le contraire est Inondation. Parfois, les termes « flux » et « flux » sont également utilisés en référence au mouvement vertical des marées, mais pour ce mouvement vertical, les expressions marée descendante et marée montante sont considérées comme préférables.

Courant Kbb. Le courant de marée associé à la diminution de la hauteur d'une marée. Les courants de jusant se dirigent généralement vers le large.

Marée Kbb. Portion du cycle des marées entre les hautes eaux et les basses eaux suivantes. Aussi appelé tombant £ide,

Sondeur Kcho. Instrument permettant de déterminer la profondeur de l'eau en mesurant l'intervalle de temps entre l'émission d'un signal sonore ou ultrasonique et le retour de son écho du fond. Également

appelé echo xounding inx£xumen£ (ou appaxa£ux), xonic dep£h findex, ou ul£xaxonic dep£h findex, selon le cas. Voir également: Kcho sonne.

Kcho sonne. Méthode de mesure de la profondeur de l'eau en déterminant le temps nécessaire aux ondes sonores pour se déplacer, à une vitesse connue, du navire hydrographique au fond et revenir.

Kclipse. Phase de la caractéristique d'un feu à éclats pendant laquelle la lumière n'est pas émise.

Kddy. Un courant d'eau circulant à contre-courant du courant principal ou se déplaçant circulairement ; un tourbillon.

Aide électronique à la navigation. Une aide à la navigation utilisant un équipement électronique. Si les informations de navigation sont transmises par ondes radio, le dispositif peut être qualifié d'aide xadio à la navigation,

Navigation électronique. Navigation au moyen d'équipements électroniques. L'expression navigation électronique est plus inclusive que radionavigation, puisqu'elle inclut la navigation impliquant tout appareil ou instrument électronique.

Klévations. Hauteurs d'objets naturels et artificiels au-dessus d'un plan de référence adopté. Sur les cartes marines de la NOAA, les élévations des roches nues, des ponts, des points de repère et des feux sont référencées par rapport au plan des hautes eaux moyennes ; les élévations de contour et de sommet sont référencées au niveau moyen de la mer, si la source de ces informations est référencée à ce plan.

Kmbankment. Un dépôt artificiel de matériaux qui est élevé au-dessus de la surface naturelle du terrain et utilisé pour contenir, détourner ou stocker l'eau ; soutenir les routes ou les voies ferrées ; ou à d'autres fins similaires.

Kmbayment. Toute échancrure d'une côte quelle que soit sa largeur à l'entrée ou sa profondeur de pénétration dans le sol.

Serrure Kntrance. Écluse entre le chenal et un bassin fermé lorsque leurs niveaux d'eau varient. Au moyen de l'écluse, qui a deux séries de portes, les navires peuvent passer dans les deux sens à tous les états de marée. Aussi appelé Verrouillage des marées. Voir également: Bassin sans marée.

Kscarpement. Une longue ligne de falaises ou de falaises ; une paroi rocheuse haute et escarpée; une pente allongée et relativement raide du fond marin, séparant des zones plates ou en pente douce.

Kétablir. Mettre en service une aide autorisée pour la première fois.

Ksens de circulation établi. Modèle de flux de trafic indiquant le mouvement directionnel du trafic tel qu'établi dans un schéma de séparation du trafic.

Kstuaire. Une baie de la côte dans laquelle l'eau douce de la rivière entrant à sa tête mi <es with the relatively saline ocean water. When tidal action is the dominant mi<ing agent it is usually termed a ”tidal estuary.” Also, the lower reaches and mouth of a river emptying directly into the sea where tidal mi<ing takes place. The later is sometimes called a xivex ex£uaxy.

Kverglade. Une étendue de terre marécageuse couverte principalement d'herbes hautes; un marécage ou une étendue de terre basse inondée. (Local dans le Sud.)

Zone Kéconomique exclusive. La zone économique exclusive des États-Unis est une zone contiguë à la mer territoriale, y compris les zones contiguës à la mer territoriale des États-Unis, du Commonwealth de Porto Rico, du Commonwealth des îles Mariannes du Nord (dans la mesure compatible avec le Pacte et l'Accord de tutelle des États-Unis), et les territoires et possessions d'outre-mer des États-Unis. La zone économique exclusive s'étend sur une distance de 200 milles marins à partir de la ligne de base à partir de laquelle la largeur de la mer territoriale est mesurée.

Zone d'exercice. Une zone indiquée sur les cartes dans laquelle des exercices navals, militaires ou aériens sont effectués. Aussi appelé mili£axy pxac£ice axea.

Kxtinguished. Une aide lumineuse qui n'a pas montré de signal lumineux.

Kxtrusion (rupture de bordure). L'extension des détails du graphique en dehors de la ligne de netteté.

Fairway. La partie d'une rivière, d'un port, etc., où se trouve le principal chenal navigable pour les navires de plus grande taille. Route habituelle suivie par les navires entrant ou sortant du port. Également appelé chenal xhip, le mot « chenal » a été généralement interprété comme incluant toute eau navigable sur laquelle les navires de commerce se déplacent habituellement, et, par conséquent, englobe l'eau à l'intérieur des bouées du chenal où les navires à faible tirant d'eau naviguent fréquemment et pas seulement le chenal des navires. lui-même.

Bouée de fairway. Une bouée marquant le chenal dans un chenal. Ils sont peints en bandes verticales noires et blanches ou rouges et blanches. Aussi appelé bouée du milieu du chenal.

Chute (chutes). Une cascade, une chute d'eau ou une cataracte ; l'écoulement ou la descente d'une masse d'eau dans une autre. (Généralement au pluriel.)

Ventilateur. Accumulation de matériaux en forme de cône en pente douce normalement située à l'embouchure d'un canyon.

Terre rapide. Terre côtière du bord intérieur d'un marais; généralement au niveau ou au-dessus du plan des hautes eaux moyennes.

Rivage rapide. Le terme « rivage rapide » fait référence à la ligne apparaissant sur une carte du littoral qui sépare l'eau des hautes terres rapides et naturelles. Cette ligne ne doit pas être confondue avec les limites arrière approximatives de la végétation marécageuse ou marine qui sont normalement compilées vers le rivage à partir d'un rivage apparent et au lieu du rivage rapide.

Brasse. L'unité commune de profondeur dans l'océan pour les pays utilisant le système d'unités anglais, égale à 6 pieds (1,8 mètre). Il est aussi parfois utilisé pour exprimer des distances horizontales, auquel cas 120 brasses font un câble ou presque 1/10 de mile nautique.

Faute. En géologie, cassure ou cisaillement de la croûte terrestre avec un déplacement observable entre les deux côtés de la cassure et parallèlement au plan de la cassure.

Profondeur du projet fédéral. La profondeur de dragage de conception d'un canal construit par le US Army Corps of Engineers ; la profondeur du projet peut ou non être l'objectif du dragage d'entretien après l'achèvement du chenal. Pour cette raison, la profondeur du projet fédéral ne doit pas être confondue avec Contrôle de la profondeur.

Ferry-boat. Navire dans lequel passagers, véhicules et marchandises sont transportés sur des eaux étroites.

Matériau de remplissage. Le terme « matériau de remblai » désigne tout matériau utilisé dans le but principal de remplacer une zone aquatique par de la terre ferme ou de modifier l'élévation du fond d'un plan d'eau. Le terme n'inclut pas tout polluant rejeté dans l'eau principalement pour éliminer les déchets.

Filtration. Il s'agit du processus de sélection de données spécifiques dans un document source spécifique pour l'application cartographique.

Empilement des doigts. Petites jetées qui s'étendent à partir d'une jetée principale plus grande.

Fjord (ou fjord). Un long bras de mer étroit, courant entre de hautes rives ou des falaises, comme sur la côte de la Norvège. A souvent un seuil relativement peu profond à son entrée.

Dispositifs de concentration de poissons (DCP). Groupes de sphères creuses submergées attachées à une bouée de surface sphérique de 5 pieds de diamètre et câblées à de lourds blocs de béton sur le fond marin pour les maintenir en suspension. Les DCP sont déployés à des profondeurs de k80 à 9 000 pieds et à des distances de 2 à 15 milles au large. Ils sont principalement utilisés dans les eaux au large des îles hawaïennes et pour attirer les poissons pour les pêcheurs commerciaux et récréatifs.

Havres de pêche. Zones établies par des intérêts privés, généralement des pêcheurs sportifs, pour simuler des récifs naturels et des épaves qui attirent les poissons. Les récifs sont construits en déversant des déchets divers dans des zones qui peuvent être de très petite étendue ou s'étendre sur une distance considérable le long d'un contour de profondeur. Les refuges pour poissons sont délimités et étiquetés sur les cartes. Aussi appelé fixhexy xeefx,

Terrain de pêche. Zone d'eau dans laquelle la pêche est pratiquée fréquemment. Aussi appelé fixhing axea ou Sonne de pêche.

Sonne de pêche. La zone hauturière dans laquelle les droits de pêche exclusifs et la gestion sont détenus par la nation côtière. La zone de pêche des États-Unis, connue sous le nom de Fixhexy ✓onxexva£ion Xone, est défini sous PL 9k-265. La loi stipule que "la limite intérieure de la zone de conservation des pêches est une ligne contiguë à la limite vers la mer de chacun des États côtiers, et la limite extérieure de cette zone est une ligne tracée de telle manière que chaque point dessus est de 200- milles marins de la ligne de base à partir de laquelle la mer territoriale est mesurée.

Fourrière à poisson. Un fi <ed fish trap of the barrier type. Also called weix, It generally consists of a stone wall built across the mouth of a creek and of such height that it can be covered only at high spring tide. At one point there is an opening which can be closed, thus retaining any fish that made their way into the creek on flood tide. When the opening is closed, the water can pass through a grating in the door and when the creek is dry the fish are collected.

Piquets de poisson (ou de pêche). Perches ou piquets placés en eau peu profonde pour délimiter les zones de pêche ou pour attraper du poisson.

Zones de pièges à poissons. Zones établies par le US Army Corps of Engineers dans lesquelles des pièges peuvent être construits et entretenus conformément aux réglementations établies. Les enjeux de poissons qui peuvent exister dans ces zones sont des obstacles à la navigation et peuvent être dangereux. Les limites des zones de pièges à poissons et une mise en garde sont généralement indiquées sur la carte.

Réparer. Poste déterminé sans référence à un poste antérieur. Dans le concept, un fi< est l'intersection commune de deux ou plusieurs lignes de position obtenues à partir d'observations simultanées ne dépendant d'aucune position antérieure. Dans la pratique normale, un fi< est la position la plus probable dérivée de deux ou plusieurs lignes d'intersection de position obtenues à partir d'observations faites à peu près au même moment et avancées ou retirées à un moment commun, les lignes au nombre de trois ou plus ne se croisant pas à un point commun à cause des erreurs associées à chaque ligne.

Pont fixe. Pont à une ou plusieurs travées sans travée mobile. Il a fi <ed vertical and horizontal clearance.

Mât de drapeau. Une étiquette sur une carte marine qui indique un seul bâton à partir duquel les drapeaux sont affichés. Le terme est utilisé lorsque le poteau n'est pas attaché à un bâtiment. L'étiquette flagx£aff est utilisée pour un mât s'élevant d'un bâtiment.

Tour du drapeau. Une étiquette sur une carte marine qui indique une tour en forme d'échafaudage à partir de laquelle les drapeaux sont affichés.

Lumière aveuglante. Un feu dans lequel la durée totale de la lumière dans une période est plus courte que la durée totale de l'obscurité, et les apparitions de lumière (éclairs) sont généralement de durée égale. Le terme est couramment utilisé pour désigner un feu à éclat unique, un feu à éclats dans lequel un éclat se répète régulièrement (à une cadence inférieure à 50 éclats par minute).

Tube éclair. Une lampe à décharge, fonctionnant avec un équipement électronique, donnant un rendement lumineux élevé pendant une très courte période, capable de se répéter.

Appartement. Une étendue de niveau située à une faible profondeur sous la surface de l'eau, ou alternativement recouverte et laissée à nu par la marée (« tidal flat », « mud flat »).

Flotter. Un flotteur est une structure flottante, généralement de forme rectangulaire, qui sert généralement de palier ou de musoir.

Aide flottante. Une bouée, sécurisée dans sa position assignée par un amarrage.

Brise-lames flottant. Un brise-lames constitué d'une série de rondins ou de bois enchaînés ou attachés ensemble et sécurisés par des chaînes ou des câbles attachés à des ancres ou à de gros blocs de pierre, de manière à former un bassin protégé pour l'amarrage ou l'ancrage des navires.

Quai flottant. Une forme de cale sèche constituée d'une structure flottante d'une ou plusieurs sections, qui peut être partiellement submergée par inondation contrôlée pour recevoir un navire, puis soulevée en pompant l'eau afin que le fond du navire puisse être exposé. Voir également: Cale sèche.

Inondation. Courant de marée se déplaçant vers la terre ou remontant un courant de marée. Le contraire est Kbb.

Courant de crue. Le mouvement d'un courant de marée vers le rivage ou vers le haut d'une rivière à marée ou d'un estuaire.

Vanne. Une porte pour fermer, admettre ou libérer un plan d'eau ; une écluse.

Plaine inondable. Ceinture de terrain plat bas bordant un lit de cours d'eau qui est inondée lorsque le ruissellement dépasse la capacité du lit de cours d'eau.

Sol. Le lit ou le fond de l'océan. Un fond de vallée relativement plat; toute surface de sol basse.

Détecteur de brouillard. Dispositif utilisé pour déterminer automatiquement les conditions de visibilité qui justifient l'activation ou la désactivation d'un signal sonore ou de signaux lumineux supplémentaires.

Signal de brouillard. Terme générique désignant les signaux sonores et sans fil utilisés à bord des navires et sur les stations côtières dans le brouillard, la brume, les chutes de neige ou les fortes pluies.

Cartes folio. Ces cartes NOAA se composent de deux à quatre feuilles, sont imprimées recto et verso, pliées et reliées dans une pochette de protection en carton.

Le pied. (1) Le bas d'une pente, pente ou déclivité. Terme désignant la partie inférieure de toute forme de terrain surélevé.

(2) Unité de longueur définie comme étant 1/S de yard et égale aux États-Unis, depuis 1866, à exactement 1200/S9S7 de mètre.

Colline. Une des collines subsidiaires inférieures au pied d'une montagne, ou de collines plus élevées. (Couramment utilisé au pluriel.)

Pont avant et arrière. Une série de passerelles de liaison entre les ponts avant et arrière ou entre une passerelle et un pont de gaillard d'avant ou un pont de dunette. On le trouve couramment sur les pétroliers, où une telle installation est souhaitable en raison de l'état glissant du pont supérieur. Parfois appelé monkey bxidge, également appelé connec£ing bxidge, flying bxidge, ca£walk,

Avant-pays. Un cap ou un promontoire.

Estran. Dans la terminologie juridique, la bande de terre comprise entre les laisses de haute et basse mer qui est alternativement couverte et découverte par le flux de la marée. Dans les travaux d'ingénierie côtière, il est défini comme la partie du rivage qui se situe entre la crête de la berme et la laisse de basse mer ordinaire, qui est habituellement traversée par la montée et le retour des vagues à mesure que la marée monte et descend; l'estran s'étendrait donc plus loin vers la côte que le rivage. Voir également: Rive.

Estran (selon Coastal Kngineering.) La partie du rivage située entre la crête de la berme côté mer (ou la limite supérieure du clapotis à marée haute) et la laisse de basse mer ordinaire. Voir également: Estran (conformément à la loi riveraine).

Estran (conformément à la loi riveraine). La bande de terre entre les laisses de haute et basse mer qui est alternativement couverte et découverte par le flux de la marée. Voir également: Estran (selon à Mécanique côtière).

Fourchette. L'une des principales bifurcations d'un ruisseau ; une branche.

Ligne de formulaire. Lignes brisées ressemblant à des courbes de niveau mais ne représentant aucune élévation réelle, qui ont été esquissées à partir d'observations visuelles ou de sources cartographiques inadéquates ou peu fiables, pour montrer collectivement la forme du terrain plutôt que l'élévation.

Zone fétide. Une zone de nombreux dangers inexplorés pour la navigation. La zone cartographiée sert d'avertissement au navigateur que tous les dangers ne sont pas cartographiés individuellement et que la navigation dans la zone peut être dangereuse. Le terme « faute » ne s'applique pas à un continuum mou aux frontières indéfinies, comme la boue ou le sable ; aux zones congestionnées par la végétation marine, comme le varech ou l'herbe dans l'eau ; ou à des matériaux non susceptibles de causer des dommages à un navire.

Fond sale. Un fond dur, irrégulier, rocheux ou obstrué ayant de mauvaises qualités de maintien pour les ancres, ou ayant des rochers ou une épave qui mettrait en danger un navire ancré.

Terrain fétide. Une zone impropre à l'ancrage, à la prise de terre ou à la pêche au sol car elle est parsemée de rochers, de rochers, de coraux ou d'obstacles.

Échelle fractionnaire. L'échelle exprimée sous forme de fraction (appelée « fraction représentative » ou « RF » du graphique ou de la carte) dans laquelle le numérateur est l'unité et le dénominateur est le nombre par lequel l'unité de distance doit être multipliée pour obtenir sa distance sur le sol dans les mêmes unités, donc 1/12 000. Également utilisé sous la forme 1:12 000 et 1-12 000. Parfois appelée échelle naturelle. Voir également: Escalader.

Son de fracture. Zone de topographie inhabituellement irrégulière du fond marin d'une largeur moyenne de 60 milles marins et d'une longueur normalement supérieure à 1 000 milles marins. Cette zone est caractérisée par de grands monts sous-marins, des crêtes, des creux ou des escarpements escarpés ou non symétriques.

Récif frangeant. Récif étroitement attaché à un rivage, par opposition à un récif-barrière, qui est séparé du rivage par un lagon.

Écart. Une encoche profonde, un ravin ou une ouverture entre des collines ou dans une crête ou une chaîne de montagnes ; une dépression à flancs escarpés coupant transversalement une crête ou une montée.

Tableaux généraux. Ces cartes NOAA de la côte sont publiées à des échelles de 1:150 000 à 1:600 000, et sont destinées à la navigation côtière lorsqu'un cours est bien au large mais peut être fi <ed by landmarks, lights, buoys, and characteristic soundings.

Généralisation. Sélection et représentation simplifiée des détails appropriés à l'échelle et/ou à l'objectif d'une carte.

Généralisation du détail. Terme utilisé pour indiquer que les informations les moins essentielles ne sont pas affichées sur un graphique. Le but de la généralisation est principalement d'éviter de trop encombrer les cartes où l'espace est très limité. Elle sert également à réduire l'entretien correctionnel nécessaire et à inciter les navigateurs, du moins ceux des navires à fort tirant d'eau, à utiliser des cartes à plus grande échelle.

Géodésie. (1) La science concernée par la détermination de la taille et de la forme de la terre. (2) La science qui localise les positions sur la terre et détermine le champ de gravité terrestre. La définition peut être étendue à d'autres corps planétaires. (S) La branche des levés dans laquelle la courbure de la terre doit être prise en compte lors de la détermination des directions et des distances.

Coordonnées géodésiques. Les quantités de latitude, longitude et hauteur (ellipsoïde), qui définissent la position d'un point à la surface de la terre par rapport au sphéroïde de référence. Aussi imprécisément appelé géoxaphique cooxdina£ex,

Données géodésiques. (Aussi appelé hoxixon£al ou geode£ic da£um.) La position adoptée en latitude et longi-

tude d'un seul point auquel les caractéristiques cartographiées d'une vaste région sont renvoyées.

Latitude géodésique. L'angle que fait la normale en un point du sphéroïde de référence avec le plan de l'équateur géodésique.

Longitude géodésique. L'angle entre le plan du méridien géodésique et le plan d'un méridien initial, choisi arbitrairement.

Position géodésique. Position d'un point à la surface de la terre exprimée en termes de latitude géodésique et de longitude géodésique. Une position géodésique implique une donnée géodésique adoptée.

Géographique. Relation fondamentale signifiante à la terre considérée comme un corps en forme de globe. Le terme géographique s'applique indifféremment aux données basées sur le géoïde et sur un sphéroïde. Dans les levés géodésiques de ce pays, des données coordonnées composées de latitudes, longitudes, azimuts et longueurs de lignes sont enregistrées et publiées sous le titre général de positions géographiques.

Noms géographiques et autres. Le terme « noms géographiques » fait référence aux localités, aux caractéristiques naturelles et aux voies navigables artificielles. Les noms ne s'appliquent pas à d'autres objets ou éléments artificiels tels que les routes, les ponts, les parcs, les bâtiments et les stades.

Coordonnées géographiques. Coordonnées sphériques définissant un point à la surface de la terre, généralement la latitude et la longitude. Aussi appelé £exxex£xial cooxdina£ex,

Latitude géographique. Terme général s'appliquant aussi bien aux latitudes astronomiques qu'aux latitudes géodésiques.

Longitude géographique. Terme général s'appliquant aussi bien aux longitudes astronomiques qu'aux longitudes géodésiques.

Méridien géographique. Terme général s'appliquant aussi bien aux méridiens astronomiques qu'aux méridiens géodésiques.

Position géographique. Position d'un point à la surface de la terre exprimée en latitude et longitude, géodésique ou astronomique.

Étendue géographique. La plus grande distance de la courbure de la terre permet à un objet d'une hauteur donnée d'être vu d'une hauteur d'œil particulière sans tenir compte de l'intensité lumineuse ou des conditions de visibilité.

Geyser. Source qui projette des jets intermittents d'eau chaude ou de vapeur.

Dérive glaciaire. Sable, argile ou rochers transportés par les glaciers vers leur emplacement actuel.

Gorge glaciaire. Une vallée profondément découpée en U, résultant de l'érosion glaciaire.

Lac glaciaire. Un lac dont le bassin a été creusé par l'action glaciaire ; également une masse d'eau maintenue en place par l'action de barrage d'un glacier.

Glacier. Masse de neige et de glace se déplaçant continuellement d'un sol plus élevé vers un sol plus bas ou, si elle flotte, s'étendant continuellement. Les principales formes de glaciers sont les calottes glaciaires, les plates-formes glaciaires, les calottes glaciaires, les piémonts glaciaires et divers types de glaciers de montagne.

Glen. Une vallée étroite isolée et petite; un vallon, un val ou un val.

Carte gnomonique. Un graphique construit sur la projection gnomonique et souvent utilisé comme complément pour transférer un grand cercle vers un graphique Mercator. Communément appelé Gxea£-✓ixcle ✓hax£.

Gorge. Un canyon, un ravin accidenté et profond ou un ravin.

Noter. Une pente d'inclinaison uniforme.

Pente. Tout écart par rapport à l'horizontale ; une note; une pente; une partie d'une route ou d'un chemin de fer qui monte ou descend ; fréquemment utilisé en relation avec la pente des cours d'eau.

Teintes dégradées. Zones teintées sur une carte ou un graphique, normalement sous la forme de bandes suivant le modèle de contour, utilisées pour indiquer les plages d'altitude.

Echelle graphique (également appelée échelle linéaire). Une ligne ou une barre sur une carte ou une carte subdivisée pour représenter les distances sur la terre dans diverses unités, par exemple, les milles marins, les milles terrestres, les yards, les pieds, les kilomètres, etc.

Gazon dans l'eau. À des fins de cartographie, il s'agit d'une plante vasculaire à tige non ligneuse (qui peut ou non être une vraie graminée), qui est attachée au fond sous la référence de sondage. La crasse dans l'eau n'est normalement cartographiée que lorsque la végétation pousse à la surface de l'eau.

Gravier. L'un des nombreux descripteurs de la "nature des fonds marins" utilisés dans la carte n° 1. Voir l'index : Des pierres.

Cale sèche. Une forme de cale sèche constituée d'un bassin artificiel équipé d'une porte ou d'un caisson, dans lequel les navires peuvent flotter et l'eau pompée pour exposer les fonds des navires. Le terme est dérivé du terme utilisé pour décrire le processus de combustion des balanes et autres accrétions du fond d'un navire. Voir également: Quai flottant.

Grand cercle. La ligne d'intersection de la surface d'une sphère et de tout plan passant par le centre de la sphère.

Grand parcours circulaire. La direction du grand cercle passant par le point de départ et la destination, exprimée comme la distance angulaire entre une direction de référence, généralement le nord, et la direction du grand cercle. L'angle varie d'un point à l'autre le long du grand cercle.

Méridien de Greenwich. Le méridien de l'Observatoire Royal, Creenwich, Angleterre. Adopté en 188k par une conférence des nations comme initiale, ou zéro, des longitudes pour toutes les nations.

Gril. Un gril ou une grille de carénage est un cadre plat, généralement constitué de poutres en bois parallèles, érigé sur l'estran afin qu'un navire puisse s'y sécher pour être peint ou réparé à marée basse.

Aine. Une structure en saillie du rivage et conçue pour briser le courant et réduire l'érosion et remplir le rivage par un dépôt de nouveaux matériaux. Les épis peuvent être classés comme perméables ou imperméables : les épis imperméables ont une structure solide ou presque solide, les épis perméables ont des ouvertures à travers eux de taille suffisante pour permettre le passage de quantités appréciables de dérive littorale.

Grotte. Une petite grotte pittoresque, voûte ou caverne.

Sol. Toucher le fond ou s'échouer. En cas d'échouement grave, on dit que le navire x£xand.

Grouper répétition intervalle. D'une chaîne LORAN-C particulière, l'intervalle de temps spécifié pour que toutes les stations de la chaîne transmettent leurs groupes d'impulsions. Pour chaque chaîne, un minimum gxoup xepe£i£ion in£exval (CRI) est sélectionné d'une durée suffisante pour donner à chaque station le temps de transmettre son groupe d'impulsions et un temps supplémentaire entre chaque groupe d'impulsions afin que les signaux de deux stations ou plus ne puissent pas se chevaucher. dans le temps n'importe où dans la zone de couverture.

Code d'intervalle de répétition de groupe. L'intervalle de répétition du groupe en microsecondes divisé par dix.

Ravin. Un petit ravin; un petit canyon peu profond avec des pentes légèrement inclinées et des parois abruptes.

Golfe. Une étendue d'eau dans une indentation ou une courbe du littoral, dont la taille se situe entre une baie et une mer - le golfe de Californie, par exemple.

Ravine. Petite vallée creusée dans des sédiments mous sur le plateau continental ou le talus continental. Un petit canal récemment creusé par l'eau courante ; plus petit qu'un ravin ou un ravin.

Intestin. Passage étroit ou détroit contracté reliant deux plans d'eau.

Hachures. (1) Lignes courtes sur les cartes topographiques ou les cartes marines pour indiquer la pente du sol ou du fond sous-marin. Ils suivent généralement le sens de la pente. (2) Lignes courtes pointant vers l'intérieur ou "coches" autour de la circonférence d'un contour fermé indiquant une dépression ou un minimum.

Niveau mi-marée. Le niveau à mi-chemin entre les hautes eaux moyennes et les basses eaux moyennes. Il peut différer légèrement du niveau moyen de la mer. Aussi appelé niveau moyen,

Hamac. Variante de hummock, mais généralement caractérisée davantage par le type de sol et la végétation que par l'altitude. (Sud des États-Unis, en particulier la Floride et la côte du golfe.)

Port. Zone d'eau presque entourée de terres ou de digues artificielles formant un mouillage sûr pour les navires.

Cartes portuaires. Cartes NOAA publiées à des échelles de 1:50 000 et plus, et destinées à la navigation dans les ports et les voies navigables plus petites et au mouillage.

Ligne portuaire. La ligne au-delà de laquelle les quais et autres structures ne peuvent pas être prolongés.

Capitaine de port. Fonctionnaire local chargé de l'amarrage et de l'accostage des navires, de la perception des redevances portuaires et d'autres tâches.

Port de refuge. Un port fourni comme refuge temporaire sur une côte orageuse pour la commodité du passage-

navires. Aussi appelée vérole de xéfuge. Il peut ou non faire partie d'un port d'expédition.

portée du port. Le tronçon d'une rivière sinueuse ou d'un estuaire qui mène directement au port.

Éclosion. Le dessin ou la gravure de lignes fines, parallèles ou croisées pour montrer l'ombrage.

Diriger. Un cap escarpé, ou promontoire. Voir également: Promontoire.

Titre. La direction horizontale dans laquelle un navire pointe ou se dirige réellement à tout instant, exprimée en unités angulaires à partir d'une direction de référence, généralement de 000° à la direction de référence dans le sens des aiguilles d'une montre jusqu'à S60°.

Promontoire. Dans l'usage courant, une masse terrestre ayant une élévation considérable. Dans le contexte du droit de la mer, l'élévation n'est pas un attribut important et un promontoire peut être le sommet d'un saillant de la côte, le point d'extension maximale d'une portion de terre dans l'eau, ou un point sur le rivage où se produit un changement appréciable de direction de la tendance générale de la côte.

Bruyère. Une étendue de friche ; tourbière, généralement recouverte d'une végétation arbustive basse, mais pouvant présenter de petits trous d'eau ouverts dispersés. (Local dans l'est du Maine.)

Hauteur. La distance verticale d'un objet, d'un point ou d'un niveau au-dessus du sol ou d'un autre plan de référence établi.

Hauteur de la marée. La distance verticale entre le zéro des cartes et le niveau de l'eau à tout moment.

Hauts plateaux). Terrain élevé ou élevé ; un promontoire élevé ou une falaise. La partie montagneuse ou élevée de n'importe quel pays, parfois aussi dans les noms de districts géographiques.

Colline. Une élévation naturelle de la surface de la terre, plus petite qu'une montagne. Voir également: Monticule.

Butte. Une petite colline.

Tenir le terrain. Expression généralement utilisée avec un adjectif modificateur pour indiquer la qualité de la force de maintien du matériau constituant le fond d'un ancrage, par exemple, d'un sol de bonne (ou mauvaise) tenue.

Trou. Une petite baie, comme Woods Hole, Massachusetts. (Local en Nouvelle-Angleterre)

Creux. Un petit ravin; une étendue de terre basse entourée de collines ou de montagnes.

Accrocher. Quelque chose ressemblant à un crochet en forme, en particulier : (a) une broche ou un cap étroit de sable ou de gravier, qui tourne vers la terre à l'extrémité extérieure ; ou (b) un virage serré ou une courbe, comme dans le cours d'eau.

Ponton. La coque ou une partie de la coque d'un navire abandonné, généralement sans superstructure ou autre accessoire. Une grande partie de la coque est généralement visible à un certain stade de la marée.

Monticule. Une élévation de terrain arrondie, de taille limitée, s'élevant sur une surface plane (souvent marécageuse), souvent densément boisée.

Hydrographe. Personne qui étudie et pratique la science de l'hydrographie.

Levé hydrographique. Une enquête effectuée par rapport à toute étendue d'eau considérable, telle qu'une baie, un port, un lac ou une rivière aux fins de la détermination des profondeurs du chenal pour la navigation, de l'emplacement des rochers, des barres de sable, des feux et des bouées ; et dans le cas des rivières, conçues pour le contrôle des inondations, le développement de l'énergie, la navigation, l'approvisionnement en eau et le stockage de l'eau.

Hydrographie. (1) La science qui traite des mesures et de la description des caractéristiques physiques des océans, des mers, des lacs, des rivières et de leurs zones côtières adjacentes, avec une référence particulière à leur utilisation à des fins de navigation. (2) La partie de la topographie relative aux plans d'eau et de drainage.

Ligne de position hyperbolique. Une ligne de position sous la forme d'une hyperbole, déterminée en mesurant la différence de distance à deux fi <ed points, e.g., LORAN-C lines of position.

Système de balisage maritime de l'AISM. Tel que conçu par l'Association internationale des autorités des phares, un nouveau système uniforme de balisage maritime, qui devrait être mis en œuvre par la plupart des nations maritimes. Cependant, au sein du système unique, il existe deux régions de balisage international, désignées comme région A et région B, où les marques latérales ne diffèrent que par les couleurs des marques de bâbord et de tribord. Dans la région A, le rouge est à bâbord en entrant ; dans la zone B, le rouge est à tribord en entrant. Le système peut être brièvement décrit comme un système combiné cardinal et latéral. Le système s'applique à tous les fi <ed and floating marks, other than lighthouses, sector lights, leading lights and marks, lightships and large navigational buoys. The system provides five types of marks which may be used in combination: lateral marks, used in conjunction with a conventional direction of buoyage, are generally used for well-defined channels. Where a channel divides, a modified lateral mark may be used to indicate the preferred route. Lateral marks may differ between buoyage regions A and B. Cardinal marks used in conjunction with the mariner’s compass, indicate where the mariner may find navigable water. Isolated danger marks indicate isolated dangers of limited size that have navigable water all around them.

Marques d'eau sûre pour indiquer qu'il y a de l'eau navigable autour de leur position, par exemple, des marques à mi-chenal. Les marques spéciales, qui ne sont pas principalement destinées à faciliter la navigation, indiquent une zone ou une caractéristique mentionnée dans les documents nautiques.

Bouée de glace. Une bouée lumineuse ou non lumineuse de construction robuste qui remplace une bouée plus facilement endommagée pendant la saison des glaces en hiver.

Canaux améliorés. Chenaux dragués sous la juridiction du US Army Corps of Engineers et entretenus pour fournir une profondeur de contrôle assignée. Symbolisé sur les cartes marines par des lignes noires en pointillés pour représenter les limites latérales, avec la profondeur de contrôle et la date de constatation fournies avec un tableau pour des informations plus détaillées.

Ligne de contour de l'indice. Une ligne de contour accentuée par une épaisseur de trait plus lourde pour la distinguer des contours intermédiaires. Les contours d'index sont généralement affichés tous les cinq contours avec leurs valeurs attribuées, pour faciliter la lecture des élévations.

Règles intérieures de la route. Règles à suivre par tous les navires lorsqu'ils naviguent sur certaines eaux intérieures des États-Unis.

Mer intérieure. Plan d'eau presque ou complètement entouré de terre, surtout s'il est très grand ou composé d'eau salée. S'il est complètement entouré de terres, il est généralement appelé lac. Il ne faut pas le confondre avec une mer fermée, cette partie de l'océan entourée de promontoires, à l'intérieur de détroits étroits, etc., ou relevant de la juridiction territoriale d'un pays.

Entrée. Une voie navigable étroite ou une lacune dans le terrain, qui relie une petite étendue d'eau à une étendue plus grande ; une petite baie étroite ou un ruisseau. Une étendue d'eau étroite s'étendant dans la terre à partir d'une étendue d'eau plus grande. Une entrée longue et étroite avec une profondeur progressivement décroissante vers l'intérieur est appelée xia, également appelée axm, £ongue.

Port intérieur. La partie d'un port la plus éloignée de la mer, par opposition à l'avant-port. Ces expressions ne sont généralement utilisées que dans un port clairement divisé en deux parties, comme par un passage étroit ou des structures artificielles. Le port intérieur bénéficie généralement d'une protection supplémentaire et constitue souvent la principale zone d'accostage.

Inopérant. Signal sonore ou aide à la radionavigation hors service suite à un dysfonctionnement.

Encart. En cartographie (1) une petite zone en dehors des lignes nettes de la carte ou de la carte incluse dans les lignes nettes ou les bordures pour éviter de publier un graphique séparé de la petite zone seule ; (2) une représentation d'une petite zone à plus grande échelle (p. ex. plan d'urbanisme en médaillon) ou d'une grande zone à plus petite échelle (p. ex. orientation en médaillon); (S) toute information, n'apparaissant pas normalement dans les limites géographiques d'une carte, qui a été délimitée par des lignes de délimitation et incluse dans les démarcations de la carte. Les encarts sont toujours placés dans des zones où les fonctionnalités importantes ne seront pas couvertes.

Côtier. La zone de largeur variable entre l'avant-côte et la limite au large de la zone déferlante.

Courbe de niveau intermédiaire. Une ligne de contour tracée entre les contours d'index. Selon l'intervalle de contour, il existe trois ou quatre contours intermédiaires entre les contours d'index.

Intermittent flux. Cours d'eau ou portion de cours d'eau qui ne coule qu'en réponse directe aux précipitations. Il reçoit peu ou pas d'eau des sources et aucun approvisionnement continu de la fonte des neiges ou d'autres sources. Il est sec pendant une grande partie de l'année, ordinairement plus de 5 mois.

Système de référence international des Grands Lacs (IGLD) (L955). Niveau d'eau moyen à Pointe-au-Père, Québec, Canada, sur le golfe du Saint-Laurent, au cours de la période 19k1 à 1956, à partir duquel les élévations dynamiques dans toute la région des lacs Creat sont mesurées. Le terme est souvent utilisé pour désigner l'ensemble du système d'élévations dynamiques plutôt que simplement le niveau d'eau de référence.

Bureau hydrographique international (BHI). Organisation fondée en 1921 dans le but d'établir une association étroite et permanente entre les services hydrographiques de ses États membres. L'objectif principal du Bureau est d'encourager la coordination des travaux hydrographiques en vue de rendre la navigation plus facile et plus sûre dans le monde. Une convention convenue par les États membres est entrée en vigueur en 1970, faisant du BHI l'organe exécutif de l'Oxganixation hydxogxaphique internationale (OHI).

International Hydrographique Organisation (OHI). Organisée en 1970 par la ratification de la Convention relative à l'Organisation hydrographique internationale, l'OHI a assumé légalement les responsabilités intergouvernementales internationales précédemment détenues par l'In£exna£ional Hydxogxaphic Buxeau (IHB), qui sert maintenant de siège administratif ou de siège à l'OHI. IBH a été fondée en 1921.

International Organisation maritime (OMI).

(Anciennement In£ex-govexnmen£al Maxi£ime ✓onxul£a£ive Oxganixa£ion (IMCO).) Créée en 1959 (en tant qu'agence internationale parrainée par l'ONU pour la promotion de la sécurité maritime et la prévention de la pollution marine), L'OMI s'occupe principalement de la sécurité maritime et coordonne les travaux relatifs à la propulsion atomique, à l'aviation, à la santé, au travail, à la météorologie, à l'océanographie et aux télécommunications.

Règles internationales. Les règles de la route établies par accord entre nations maritimes, régissant la navigation en haute mer.

Règles internationales de la route. Les règles de navigation qui sont applicables aux zones d'eau au large des lignes établies par le US Coast Cuard.

Clignotement rapide interrompu. Une lumière rapide dans laquelle la séquence des éclats est interrompue par des éclipses répétées régulièrement de durée constante et longue.

Voie navigable intra-côtière. Une route intérieure protégée s'étendant à travers le New Jersey ; de Norfolk, Virginie, à Key West, Floride ; à travers la Floride, de St. Lucie Inlet à Fort Myers, Charlotte Harbor, Tampa Bay et Tarpon Springs; et de Carabelle, FL, à Brownsville, TX.

Île. Une zone terrestre (plus petite qu'un continent) s'étendant au-dessus et complètement entourée d'eau à haute mer moyenne ; une zone de terre sèche entièrement entourée d'eau ou d'un marécage ; une zone de marais entièrement entourée d'eau libre.

Étagère de l'île. Zone adjacente à une île et s'étendant de la laisse de basse mer jusqu'à une profondeur à laquelle il y a une augmentation marquée de la pente vers une plus grande profondeur.

Pente de l'île. Une déclivité depuis le bord extérieur d'un plateau insulaire vers de plus grandes profondeurs.

Îlot. Une petite île.

Isogone. Une ligne reliant les points de variation magnétique égale. Aussi appelée ligne ixogonique, ixogonale,

Carte isogonique. Un graphique montrant la variation magnétique avec des lignes isogoniques et le taux annuel de changement de variation avec des lignes isoporiques.

Ligne isoporique. Une ligne reliant les points de taux de variation annuel égal de tout élément magnétique. Aussi appelé ixopox.

Isthme. Étroite bande de terre reliant deux grandes étendues de terre.

Jetée. Une structure construite dans l'eau pour retenir ou diriger les courants, généralement pour protéger l'embouchure d'une rivière ou l'entrée d'un port contre l'envasement. Sur les côtes ouvertes, une structure s'étendant dans une masse d'eau et conçue pour empêcher le shoaling d'un chenal par des matériaux littoraux, et pour diriger et confiner le courant ou le flux de marée. Les jetées sont construites à l'embouchure d'une rivière ou d'un bras de marée pour aider à approfondir et à stabiliser un chenal.

Jonction. (1) Un lieu de jonction de deux canaux, comme celui d'affluent avec une rivière principale. (2) En nivellement, l'endroit où deux ou plusieurs lignes de niveaux sont reliées entre elles. (S) Dans le levé hydrographique, la jonction de deux feuilles de levé adjacentes.

Bouée de jonction. Une bouée qui, vue d'un navire venant de la haute mer ou dans la même direction que le courant principal du courant de crue, ou dans la direction établie par l'autorité compétente, indique l'endroit où deux chenaux se rencontrent. Voir également: Bouée de bifurcation.

Varech. L'une d'un ordre d'algues brunes inhabituellement grandes, en forme de lame ou en forme de vigne. Le varech est si fréquemment associé aux fonds rocheux, et donc aux dangers possibles pour la navigation, qu'il ne doit pas être confondu avec, ou compilé comme, d'autres végétaux marins. Le varech d'une espèce ou d'une autre est largement répandu dans les océans froids du monde.

Clé. Une île basse ou un récif ; une caye.

Tuer. Un canal, un ruisseau ou un ruisseau, comme le tue entre Staten Island, NY, et Bergen Neck, NJ.

Bouton. Colline ou montagne arrondie, surtout isolée.

Monticule. Une petite colline ronde; un monticule; un mont sous-marin s'élevant à moins de 500 brasses du fond marin et ayant un sommet pointu ou arrondi.

Nouer. Une unité de vitesse définie comme 1 mille marin in£exna£ional pex houx,

Lagune. (1) Un détroit peu profond, un étang ou un lac généralement séparé de la mer ouverte. (2) Une masse d'eau entourée par les récifs et les îles d'un atoll.

Lac. (1) Une masse d'eau libre stagnante qui se trouve dans une dépression naturelle alimentée par un ou plusieurs cours d'eau d'où un cours d'eau peut s'écouler, qui se produit en raison de l'élargissement ou du blocage naturel ou de la coupure d'une rivière ou d'un ruisseau, ou qui se produit dans une dépression naturelle isolée qui ne fait pas partie d'une rivière ou d'un ruisseau de surface. (2) Une masse d'eau libre stagnante créée en bloquant ou en restreignant artificiellement le débit d'une rivière, d'un ruisseau ou d'une zone de marée. (S) Toute masse d'eau intérieure stagnante, généralement de taille considérable. Il existe des exceptions telles que les lacs de Louisiane, qui sont ouverts ou reliés au golfe du Mexique. Parfois, un lac est appelé une mer, surtout s'il est très grand et composé d'eau salée.

Atterrissage. La première observation de terre à l'approche du large. Par extension, le terme est parfois utilisé pour désigner le premier contact avec la terre par d'autres moyens, par exemple par radar.

Un atterrissage. Lieu où les bateaux reçoivent ou déchargent des passagers, du fret, etc. Voir aussi : Quai.

Point de repère.  Dans la terminologie marine, un point de repère est un objet ou une caractéristique de position connue qui est visible pour le navigateur et situé de manière à pouvoir être utilisé pour la navigation. Un point de repère doit être facilement identifiable par le navigateur et situé à un endroit où il sera visible à travers une gamme utile de déplacements. Un objet qui est visible à un moment donné, mais qui se perd rapidement dans l'encombrement de l'arrière-plan ou qui est caché à la vue par des obstacles au fur et à mesure que le navigateur progresse, a une valeur limitée.

Glissement de terrain. Terre et roche qui se détachent d'une pente à cause de l'humidité ou de la neige, et glissent ou tombent le long de la pente.

Voie. Un itinéraire établi en tant que voie aérienne ou voie maritime. Dans un réseau électronique de radiolocalisation, zone entre deux lignes sur laquelle les valeurs mesurées, exprimées en fonction de l'unité électronique du système (longueur d'onde ou microseconde), sont des nombres entiers et sont séparées d'une unité.

Grande bouée de navigation (LNB ou LANBY). (1) Une grande bouée conçue pour remplacer un bateau-phare lorsque la construction d'un phare au large n'est pas possible. Ces bouées d'un diamètre de 00 pieds peuvent montrer des feux secondaires à des hauteurs d'environ 56 pieds au-dessus de l'eau. En plus du feu, ces bouées peuvent monter une radiobalise et émettre des signaux sonores. Une bouée de station peut être amarrée à proximité. Appelée bouée lumineuse dans la terminologie britannique. (2) Une bouée automatisée en forme de disque de 00 pieds de diamètre utilisée pour remplacer les bateaux légers.

Système latéral. (1) Un système d'aides à la navigation dans lequel les bouées, les balises de jour et les feux secondaires se voient attribuer des couleurs et des formes en fonction de leur emplacement respectif par rapport à l'eau salubre. (2) Un système d'aides à la navigation dans lequel la distinction de la forme, de la couleur et du nombre est attribuée en fonction de leur emplacement par rapport aux eaux navigables. Lorsqu'ils sont utilisés pour marquer un canal, ils se voient attribuer des couleurs pour indiquer le côté qu'ils marquent et des numéros pour indiquer leur séquence le long du canal. Le système latéral est utilisé aux États-Unis. Dans le système cardinal, les aides se voient attribuer une forme, une couleur et une distinction numérique en fonction de leur emplacement par rapport à l'obstacle le plus proche.

Latitude. Distance angulaire à partir d'un grand cercle ou d'un plan primaire. La largeur texxexiale est la distance angulaire à partir de l'équateur, mesurée vers le nord ou vers le sud sur 90° et étiquetée "N" ou "S" pour indiquer la distance entre le fil à plomb et le plan de l'équateur céleste. La distance géodésique ou opogxaphique à une station est la distance angulaire entre le plan de l'équateur géodésique et une normale à l'ellipsoïde. La latitude géocen�xique est l'angle au centre de l'ellipsoïde de référence entre l'équateur céleste et un rayon vecteur par rapport à un point de l'ellipsoïde. Les latitudes céodétiques et parfois ax£xonomiques sont également appelées latitudes géoxaphiques. La latitude céodétique est utilisée pour les cartes.

Échelle de latitude. Les bordures est et ouest subdivisées d'un graphique Mercator en degrés et minutes; une variante de l'échelle graphique, puisqu'une minute de latitude est à peu près égale à un mille marin.

Lave. Matière fluide ou semi-fluide qui s'écoule d'un volcan. La substance qui résulte du refroidissement de la roche en fusion. Une partie du lit de l'océan est composée de lave.

Mener. Le poids attaché à une ligne. Une sonde de sondage est utilisée pour déterminer la profondeur de l'eau. Un plomb à main est un son léger (7 lb à 1 000 lb), ayant généralement une ligne ne dépassant pas 25 brasses. Un plomb deepxea est un plomb de sondage lourd (environ 50 à 100 livres), ayant généralement une ligne de 100 brasses ou plus de longueur. Un fil de profondeur léger (S0 lb à 50 lb), utilisé pour des profondeurs de sondage de 20 à 60 brasses, est appelé un fil coaxial, un type de fil de sondage utilisé sans être retiré de l'eau entre les sondages est appelé un fil fixe , Un plomb dxif£ est celui placé sur le fond pour indiquer le mouvement d'un navire. Lancer le plomb, c'est prendre un sondage avec un plomb.

Ligne de plomb. Une ligne, graduée avec des marques attachées et attachée à un plomb de sondage, utilisée pour déterminer la profondeur de l'eau lors des sondages à la main. La ligne de plomb est généralement utilisée à des profondeurs inférieures à 25 brasses. Aussi appelée ligne de sondage.

Lumière de tête. Feu situé de manière à ce que les navires puissent s'y diriger directement jusqu'à proximité du bord, lorsqu'un nouveau cap est pris.

Rebord. (1) Une formation rocheuse reliée au rivage et le bordant et généralement découverte au point de référence du sondage. (2) Une formation rocheuse continue avec et bordant le rivage. La zone qui se découvre est généralement représentée sur les cartes par des symboles.

Rive gauche. La rive d'un ruisseau ou d'une rivière à gauche d'un observateur faisant face dans le sens de l'écoulement, ou en aval. Voir également: Rive droite.

Jambe. (1) Chaque section droite d'une traverse. (2) Une partie de la route d'un engin constituée d'une seule ligne de route.

Légende. (1) Une description, une explication, un tableau de symboles et d'autres informations imprimées sur une carte ou un graphique pour en fournir une meilleure compréhension et interprétation. Le titre d'une carte ou d'un graphique était autrefois considéré comme faisant partie de la légende, mais cet usage est obsolète. (2) Une berge artificielle confinant un lit de cours d'eau ou limitant des zones adjacentes sujettes aux inondations. (S) Sur le fond marin, remblai bordant un canyon, une vallée ou un chenal maritime.

Digue. (1) Rive artificielle confinant le lit d'un cours d'eau ou limitant les zones adjacentes sujettes aux inondations.

(2) Sur le fond marin, remblai bordant un canyon, une vallée ou un chenal.

Léger. Le signal émis par une aide lumineuse à la navigation ; un appareil d'éclairage; une aide lumineuse à la navigation sur un fi <ed structure.

Phare. Un bâtiment sur un point bien visible de la côte, une jetée ou une jetée, une île ou un rocher, à partir duquel une lumière est exposée la nuit comme une aide à la navigation. Toutes les nations maritimes ont des départements gouvernementaux responsables de l'établissement et de l'entretien des phares.

Liste légère. (1) Une publication donnant des informations détaillées sur les aides lumineuses à la navigation et les signaux de brume. Le nom et l'emplacement des aides lumineuses, leurs caractéristiques, hauteurs, portée, description de la structure et autres remarques pertinentes sont indiqués.

(2) Ligh£ Lix£, publié par le US Coast Cuard en cinq volumes, couvre les eaux des États-Unis et ses possessions, y compris l'Intracoastal Waterway, les Creat Lakes (à la fois américains et certaines aides sur les côtes canadiennes) et les Fleuve Mississippi et ses affluents navigables. Outre les informations sur les aides lumineuses, le Ligh£ Lix£ donne des informations sur les bouées non lumineuses, les radiobalises, les stations d'étalonnage des radiogoniomètres, les balises de jour, les RACON, etc. (S) Lix£ de Ligh£x, publié par le NIMR en sept volumes, couvre les eaux autres que les États-Unis et ses possessions. En plus des informations sur les aides lumineuses, le Lix£ de Lix£x fournit des informations sur les signaux d'orage, les stations de signalisation, les stations radiogoniométriques, les radiophares, etc.

Numéro de liste des feux (LLNR). Le numéro utilisé pour identifier un feu de navigation dans la Ligh£ Lix£. Ce numéro ne doit pas être confondu avec le « numéro international », qui est un numéro d'identification attribué par l'In£exna£ional Hydxogxaphic Oxganixa£ion. Le numéro international est en type i£alic et est situé sous le numéro Ligh£ Lix£ dans le Ligh£ Lix£, parfois appelé lix£ de ligh£x numéro,

Secteur léger. (1) Tel que défini par les gisements du large, le secteur dans lequel un feu de navigation est visible ou dans lequel il a une couleur distinctive différente de celle des secteurs adjacents, ou dans lequel il est obscurci. (2) L'arc sur lequel un feu est visible décrit en degrés vrais tel qu'observé d'un vaisseau vers le feu.

Bateau-phare. Un navire distinctement marqué fournissant des aides à la navigation des services similaires à une station de phare, c'est-à-dire un feu de haute intensité et fiabilité, un signal sonore et un radiophare, et amarré à une station où l'érection d'un fi <ed structure is not feasible. The chart symbol represents the appro<i-

emplacement d'accouplement de l'ancre. Aussi appelés ligh£ vexxel, les Lightships ne sont plus utilisés aux États-Unis.

Gare lumineuse. Une station habitée fournissant une lumière généralement de haute intensité et fiabilité. Il peut également fournir des services de signal sonore et de radiophare. Dans de nombreux cas, les signaux sonores, l'équipement de radiophare et le personnel d'exploitation sont logés dans des bâtiments séparés près de la structure du feu.

Caractéristique de la ligne. Élément cartographique ayant la géométrie d'une ligne, c'est-à-dire défini par une séquence de points connectés. Représenté sur une carte par une ligne d'une certaine largeur ou d'un certain type, par exemple tirets, pointillés, doubles, une séquence de symboles.

Ligne de sondages. Série de sondages obtenus par un navire faisant route, généralement à intervalles réguliers. En pilotage, ces informations peuvent être utilisées pour déterminer une position estimée, en enregistrant les sondages à des intervalles appropriés (à l'échelle de la carte) le long d'une ligne tracée sur du papier ou du plastique transparent, pour représenter la route, puis en adaptant le tracé à le tableau, par essais et erreurs. On dit qu'un navire qui obtient des sondages le long d'une ligne de route, pour l'élaboration ou l'amélioration d'une carte, effectue une ligne de sondages.

Littoral. Relatif au rivage, en particulier de la mer; une région côtière. Utilisé conjointement avec « riverain ». Voir également: Terres riveraines.

Courant littoral. Un courant dans la zone littorale tel qu'un courant côtier ou de retour.

État littoral. Celui qui borde la mer ou les lacs Creat. Correspond à l'État riverain, qui borde une rivière. Voir également: Terres riveraines.

Sone littorale. En ingénierie côtière, la zone allant du rivage jusqu'au-delà de la zone déferlante. En océanographie biologique, c'est la partie de la division benthique qui s'étend de la ligne des hautes eaux jusqu'à une profondeur d'environ 200 mètres. Le système littoral est divisé en une zone eulittorale et sublittorale, séparées à une profondeur d'environ 50 mètres. En outre, fréquemment utilisé de manière interchangeable avec « zone intertidale ».

Perturbation magnétique locale. Anomalie du champ magnétique terrestre, s'étendant sur une zone relativement petite, due à des influences magnétiques locales. Aussi appelée : a££xac£ion locale, anomalie magnétique,

Fermer à clé. Un bassin dans une voie navigable avec des caissons ou des vannes à chaque extrémité au moyen desquels les navires sont passés d'un niveau d'eau à un autre sans affecter matériellement le niveau supérieur. Écluser un navire signifie faire passer un navire par une écluse.

Avis local aux navigateurs (LNM). (1) Un document écrit fournissant des informations relatives à l'état des aides à la navigation et des voies navigables dans chaque district de garde-côtes des États-Unis qui intéressent le navigateur. (2) Un avis émis par chaque district de garde-côtes des États-Unis pour diffuser des informations importantes affectant la sécurité de la navigation dans le district. Le Local No£ice £o Maxinexx signale des changements et des lacunes dans les aides à la navigation entretenues par et sous l'autorité de la US Coast Cuard. D'autres informations incluent les profondeurs du chenal, les nouvelles cartes, les opérations navales, les régates, etc. Étant donné que les informations temporaires, connues ou supposées être de courte durée, ne sont pas incluses dans l'hebdomadaire No£ice £o Maxinexx publié par la National Imagery and Mapping Agency, le L'avis local approprié £o Maxinexx peut être la seule source de telles informations. Une grande partie de l'information contenue dans l'Avis local £o Maxinexx est incluse dans l'Avis hebdomadaire £o Maxinexx, Le Local No£ice £o Maxinexx est publié aussi souvent que nécessaire; généralement hebdomadaire.

Il peut être obtenu en en faisant la demande auprès du commandant de district de la garde côtière américaine approprié.

Flèches à grumes. Grumes lourdes enchaînées ou attachées ensemble et amarrées ou ancrées de manière à enfermer et contenir les grumes transportées par radeau.

Longitude. Distance angulaire, le long d'un grand cercle primaire, du point de référence adopté ; l'angle entre un plan de référence passant par l'axe polaire et un second plan passant par un <is. Texxex£xial longi£ude is the arc of a parallel, or the angle at the pole, between the prime meridian and the meridian of a point on the earth, measured eastward or westward from the Prime meridian through 180°, and labeled ”E” or ”W” to indicate the direction of measurement.  Rx£xonomical longi£ude is the angle between the plane of the prime meridian and the plane of the celestial meridian at a station and the plane of the geodetic meridian at Creenwich. Geode£ic and sometimes ax£xonomical longi£ude are also called geogxaphic longi£ude, Geode£ic longi£ude is used in charting.

Barre de débardage. Une barre à peu près parallèle au rivage.

Poste de guet. Une structure ou un endroit distinctif à terre à partir duquel le personnel surveille les événements en mer ou le long de la côte.

Tour de guet. Toute tour surmontée d'une petite maison dans laquelle un quart est habituellement tenu, par opposition à une tour d'observation dans laquelle il n'y a pas de quart.

Loran. (1) La désignation d'une famille de systèmes de navigation électroniques par lesquels les lignes hyperboliques de position sont déterminées en mesurant les différences de temps de réception des signaux d'impulsions synchronisés de deux fi <ed transmitters.  The name ”LORAN” is derived from the words Long Range Naviga£ion, (2) Un système de radionavigation à longue portée et à basse fréquence (90 à 110 kHz) par lequel une ligne hyperbolique de position de haute précision est obtenue en mesurant la différence des heures d'arrivée des signaux d'impulsion émis par un paire d'émetteurs synchronisés (station maîtresse et station secondaire), qui sont séparés par plusieurs centaines de milles.

Niveau de référence inférieur des basses eaux (LLWD). Une approximation de l'étiage inférieur moyen qui a été adoptée comme référence standard pour une zone limitée et qui est conservée pour une période indéfinie indépendamment du fait qu'elle peut différer légèrement d'une meilleure détermination de l'étiage inférieur moyen à partir d'une série d'observations ultérieures . Utilisé principalement à des fins d'ingénierie fluviale et portuaire. Le niveau de référence des basses eaux du fleuve Columbia en est un exemple.

Plaine. Terrain bas et relativement plat à une altitude inférieure à celle des districts voisins.

Niveau de référence des basses eaux (LWD). L'élévation dynamique de chacun des lacs Creat et du lac Sainte-Claire et les surfaces en pente correspondantes des rivières Sainte-Marie, Sainte-Claire, Détroit, Niagara et Saint-Laurent auxquelles sont référées les profondeurs indiquées sur les cartes de navigation et les profondeurs autorisées pour les projets d'amélioration de la navigation.

Ligne de basses eaux. La ligne où le niveau de basse mer établi croise le rivage. Le plan de référence qui constitue le niveau de référence des basses eaux diffère selon les régions.

Loxodrome. Une courbe, à la surface d'une sphère, coupant tous les grands cercles de la sphère à un angle oblique constant, n'atteignant théoriquement jamais le pôle tout en s'en rapprochant de près.

Gamme lumineuse. La plus grande distance à laquelle un feu peut être vu compte tenu de sa portée nominale (intensité lumineuse) et de la visibilité météorologique existante.

Changement magnétique annuel. La quantité de changement séculaire magnétique subi en 1 an. Aussi appelé changement annuel, changement magnétique annuel, xa£e annuel, xa£e annuel de changement.

Perturbation magnétique. Changement rapide, irrégulier et de grande amplitude du champ magnétique terrestre, qui se produit à peu près au même moment dans le monde entier. Une perturbation magnétique est généralement associée à l'apparition d'éruptions solaires ou d'autres fortes activités solaires. Aussi appelée x£oxm magnétique, Parfois, la variation magnétique journalière est appelée une dix£uxbance magnétique,

Méridien magnétique.  La ligne ayant la direction de l'aiguille magnétique à un endroit donné; un plan vertical fi <ed by the direction taken by a perfect compass needle.

Nord magnétique. Direction indiquée par le pôle nord d'une aiguille magnétique librement suspendue, influencée uniquement par le champ magnétique terrestre.

Variation magnétique. Un changement régulier ou irrégulier, avec le temps, de la déclinaison magnétique, du creux ou de l'intensité. Dans la navigation nautique et aéronautique, et parfois dans l'arpentage, le terme de vaxia-£ion magnétique est utilisé pour la déclinaison magnétique. Les variations magnétiques régulières sont : xeculax, le changement d'année en année dans la même direction (qui persiste généralement pendant plusieurs décennies) ; annuel, l'évolution sur une période de 1 an ; et diuxnal, le changement sur une période de 1 jour (2k heures). Les variations irrégulières, lorsqu'elles sont soudaines, mondiales et sévères, sont appelées magne£ic x£oxmx,

Continent. Partie principale d'un vaste territoire. Le terme est utilisé au sens large pour contraster une masse terrestre principale des îles périphériques et parfois des péninsules.

Aide majeure à la navigation. Une aide d'une intensité, d'une fiabilité et d'une gamme considérables présentées à partir de fi <ed structures or marine sites. Major aids are classified as primary or secondary and are usually manned or remotely monitored.

Lumière majeure. Une lumière de haute intensité et fiabilité exposée à partir d'un fi <ed structure or on a marine site (except range light). Major lights include primary seacoast lights and secondary lights. See also: Lumière mineure.

Mangrove. Ce type comprend les mangroves et les peuplements de plantes ressemblant à des arbres qui sont principalement des mangroves. Ces plantes sont des plantes vivaces qui créent fréquemment un rivage apparent. Une grande partie de cette végétation pousse à proximité de la ligne des hautes eaux avec une croissance en surplomb et enchevêtrée qui obscurcit le rivage du navigateur.

Rivage artificiel (artificiel). Il s'agit de la ligne de contact entre la surface d'un plan d'eau et un terrain ou des éléments artificiels, à condition que la ligne de flottaison artificielle soit continue avec le rivage naturel. Cela vise à inclure en tant que rivage artificiel l'eau le long des brise-lames, des cloisons, des zones de remblai, des jetées et d'autres éléments construits à partir du terrain.

Carte. Représentation, généralement sur une surface plane, de tout ou partie de la surface de la terre, de la sphère céleste ou d'une autre zone ; indiquant la taille et la position relatives, selon une projection donnée, des caractéristiques physiques représentées et toute autre information pouvant être applicable à l'objectif visé. Une telle représentation destinée principalement à la navigation est appelée un chax£, une méthode de représentation de tout ou partie de la surface d'une sphère ou d'un sphéroïde, comme la terre, sur une surface plane est appelée une carte pxojec£ion, un planime£ la carte xic indique uniquement les positions horizontales des entités ; une carte £opogxaphic indique à la fois la position horizontale et verticale. Une carte topographique montrant le relief au moyen de lignes de contour tracées à des intervalles de hauteur réguliers est appelée une carte de con£oux. Une carte de xelief met l'accent sur les élévations relatives ou le relief ; une carte en relief en trois dimensions est appelée un modèle xelief, Le motif sur la face inférieure de vastes zones nuageuses, créé par les quantités variables de lumière réfléchie par la surface de la terre, est appelé une carte xky, Un graphique qui montre la distribution des conditions météorologiques sur une zone à un moment donné peut être appelée une carte wea£hex,

Carte bathymétrique. Carte délimitant la forme du fond d'une masse d'eau, ou d'une partie de celle-ci, à l'aide de courbes de niveau (isobathes).

Numérisation des cartes. Conversion de données cartographiques d'une forme graphique à une forme numérique.

Édition de la carte. Processus de vérification d'une carte ou d'un graphique, à ses différentes étapes de préparation, pour assurer l'exactitude, l'exhaustivité, la préparation et l'interprétation correctes des sources utilisées, ainsi que la reproduction lisible et précise.

Carte, isogonique. Une carte montrant les lignes d'inclinaison magnétique constante pour une donnée de base particulière (indiquée sur la carte). Des lignes de variation annuelle égale de déclinaison sont généralement également indiquées. Si la carte est conçue pour être utilisée dans la navigation, on l'appelle chax ixogonique,

Carte, planimétrique. Une carte qui montre uniquement les positions horizontales des entités représentées. Contrairement à une carte topographique, une carte planimétrique ne montre pas le relief sous une forme mesurable. Les caractéristiques naturelles généralement représentées comprennent les rivières, les lacs et les mers; montagnes, vallées et plaines; forêts, prairies, marais et déserts. Les caractéristiques culturelles présentées comprennent les villes, les fermes, les voies de transport et les installations de services publics ; et les frontières politiques et privées.

Projection cartographique. Un système ordonné de lignes sur un plan représentant un système correspondant de lignes imaginaires sur une surface de référence terrestre ou céleste adoptée. Aussi le concept mathématique d'un tel système.

Projection cartographique, Mercator. Une projection cartographique conforme de type dit cylindrique. L'équateur est représenté par une ligne droite à l'échelle près ; les méridiens géographiques sont représentés par des droites parallèles perpendiculaires à la ligne représentant l'équateur ; ils sont espacés en fonction de leur distance à l'équateur. Les parallèles géographiques sont représentés par un second système de droites perpendiculaires à la famille des lignes représentant les méridiens, et donc parallèles à l'équateur. La conformité est obtenue par analyse mathématique, l'espacement des parallèles étant augmenté avec l'augmentation de la distance à partir de l'équateur pour se conformer à l'échelle d'expansion le long des parallèles résultant du fait que les méridiens sont représentés par des lignes parallèles. La projection cartographique de Mercator est considérée comme l'une des plus précieuses de toutes les projections cartographiques, sa caractéristique la plus utile étant qu'une ligne de relèvement constant (azimut) sur une sphère est représentée sur la projection par une ligne droite.

Relief de la carte. Carte dont la surface est façonnée pour représenter la topographie d'une région. Le type le plus courant est la carte en relief en plastique. Ceci est fait en imprimant une carte topographique ordinaire sur une feuille de plastique, qui est ensuite placée sur un moule en plâtre qui a été sculpté pour représenter la topographie. La chaleur et la pression sont appliquées pour figer la feuille de plastique de façon permanente dans la forme du moule. Un autre type, moins courant et plus coûteux mais montrant plus de détails avec une plus grande précision, est la carte en relief solide, faite en sculptant la topographie, etc., dans une substance appropriée, telle que le plâtre, puis en peignant ou en dessinant plus de détails sur le maquette. Aussi appelé modèle £exxain ou modèle xelief,

Échelle de la carte, équivalente. Une échelle équivalente est le rapport qu'une petite distance sur la carte a avec la distance correspondante sur la terre, exprimée comme une équivalence. Habituellement, mais pas nécessairement, l'équivalence est exprimée dans différentes unités spécifiées; par exemple, 1 pouce (sur la carte) équivaut à 1 mile (au sol).

Échelle de la carte, fractionnaire. Une échelle fractionnaire est le rapport entre toute petite distance sur la carte et la distance correspondante sur la terre. Il peut s'écrire sous la forme d'une fraction : 1/10 000 ; ou en proportion 1:10 000.

Échelle de la carte, graphique (ou barre). Une ligne sur une carte subdivisée et marquée de la distance que chacune de ses parties représente sur la terre.

Carte, topographique. (1) Une carte montrant les emplacements horizontaux et verticaux des caractéristiques naturelles et artificielles. Elle se distingue d'une carte planimétrique par la présence de symboles quantitatifs indiquant le relief. Une carte topographique montre généralement les mêmes caractéristiques qu'une carte planimétrique, mais utilise des courbes de niveau numérotées ou des symboles comparables pour indiquer les élévations des montagnes, des vallées et des plaines; dans le cas des cartes hydrographiques, des symboles et des chiffres sont utilisés pour indiquer les profondeurs dans les plans d'eau. (2) Une carte dont le but principal est de représenter et d'identifier les caractéristiques naturelles ou artificielles de la surface terrestre aussi fidèlement que possible dans les limites imposées par l'échelle.

Données de marge. Toutes les informations explicatives données en marge d'une carte ou d'un graphique qui précisent, définissent, illustrent et/ou complètent la partie graphique de la feuille. Aussi appelé boxdex da£a, boxdex infoxma£ion, maxgin infoxma£ion,

Mer marginale. La zone d'eau bordant une nation sur laquelle exerce une juridiction exclusive, à l'exception du droit de passage inoffensif des navires étrangers. C'est une création du droit international, bien qu'aucun accord n'ait été atteint jusqu'à présent par la communauté internationale quant à son ampleur. Elle s'étend vers la mer à partir de la laisse de basse mer le long d'une côte rectiligne et à partir des limites vers la mer des eaux intérieures où il y a des échancrures. Les États-Unis ont traditionnellement revendiqué S miles nautiques comme largeur et n'ont pas reconnu les revendications des autres pays à une ceinture plus large. Aussi appelé £exxi£oxial xea, adjacen£ xea, maxine bel£, maxi£ime bel£, et 3-mile limi£,

Quai marginal. Un quai au ras de la rive générale adjacente et normalement constitué d'un tablier en béton ou en asphalte sur des supports à pieux ouverts. Il s'agit du type prédominant de quai moderne pour les marchandises diverses.

Marina. Une installation portuaire pour petits bateaux, yachts, etc., où les fournitures, les réparations et divers services sont disponibles.

Marin. Un adjectif signifiant relatif à la navigation ou au transport maritime ; relatif ou lié à la mer ; utilisé ou adopté pour une utilisation en mer. Parfois appelé maxi£ime, mais maritime s'applique plus fréquemment à ce qui borde la mer.

Chemin de fer maritime. Un chemin de fer maritime est une voie, un berceau et un mécanisme d'enroulement pour tirer les navires hors de l'eau afin que la coque puisse être exposée comme dans une cale sèche. Ceci est également appelé pa£en£ xlip dans la terminologie britannique.

Végétation marine. Aux fins de cartographie de la NOAA, la végétation marine fait référence à la végétation permanente ou semi-permanente ou aux zones de végétation poussant sur ou au large du rivage et présentant une certaine importance pour le marin.

Marqueur. (1) Une petite radiobalise automatique d'une portée de k à 6 milles située sur une bouée, un musoir ou une structure de pilotis. Il n'est pas destiné à des relèvements précis à longue portée mais sert de marque locale indiquant une entrée de chenal, un point de virage, un musoir, etc., dans ou à proximité d'un port. L'utilisation de deux balises ou plus fournit un "fi<." (2) Ce qui marque quelque chose; une balise de signalisation. Voir également: Radiophare.

(S) Terme utilisé pour décrire une aide destinée à servir de guide pour la navigation de surface normale. Il est généralement utilisé pour désigner toute fi privée non éclairée ou éclairée <ed aid to navigation not established or maintained by the U.S. Coast Cuard and not listed in the Ligh£ Lix£, which is erected to make minor channels. The term may also refer to markers for other specific purposes (e.g., measured mile markers or dredging range).

Bouée de balisage. Une bouée temporaire utilisée dans l'arpentage pour faire un emplacement d'intérêt particulier, comme un haut-fond ou un récif. Voir également: Bouée de gare.

Marne. L'un des nombreux descripteurs de la "nature des fonds marins" utilisé dans le tableau n° 1. Un dépôt terreux, en ruine, en particulier l'un d'argile mi <ed with sand, lime, decomposed shells, etc. Sometimes a layer of marl becomes quite compact.  Part of the ocean bed is composed of marl. Marl is generally not a suitable holding material for anchors. Anchoring in marl requires an anchor with a pointed bill to penetrate the bottom.

Le marais. (1) Zone de sol humide, souvent spongieux, sujette à de fréquentes inondations ou à des marées, mais qui n'est pas considérée comme continuellement sous l'eau. Il se caractérise par la croissance de plantes vasculaires à tiges non ligneuses, telles que les scirpes, les spartines, les roseaux et d'autres espèces des zones humides, et par le manque d'arbres. Les marais forment souvent une transition entre les eaux libres et les hautes terres sèches et sont souvent associés à un rivage apparent.

(2) Une étendue de terrain bas et humide, généralement fangeux et recouvert d'une végétation dense. Il peut parfois être suffisamment sec pour permettre le travail du sol ou la coupe du foin, mais nécessite un drainage pour le rendre arable en permanence.

Correspondant à. L'acte par lequel les détails ou les informations sur le bord, ou la zone de chevauchement, d'une carte ou d'un graphique sont comparés, ajustés et corrigés pour correspondre au graphique de chevauchement existant.

Matelas. Une masse de broussailles, de poteaux, etc. entrelacés, utilisée pour protéger une berge de l'érosion.

Moyenne des hautes eaux supérieures (MHHW). Une donnée de marée. La moyenne de la hauteur d'eau la plus élevée de chaque jour de marée observée au cours de l'époque de référence nationale des marées. Pour les stations avec des séries plus courtes, des comparaisons observationnelles simultanées sont faites avec une station marégraphique de contrôle afin de dériver le datum équivalent du National Tidal Datum Epoch.

Hautes eaux moyennes (MHW). Une donnée de marée. La moyenne de toutes les hauteurs des hautes eaux observées au cours de l'époque de référence nationale des marées. Pour les stations avec des séries plus courtes, des comparaisons observationnelles simultanées sont faites avec une station marégraphique de contrôle afin de dériver le datum équivalent du National Tidal Datum Epoch.

Ligne moyenne des hautes eaux (MHWL). La ligne sur un graphique ou une carte, qui représente l'intersection de la terre avec la surface de l'eau à l'altitude des hautes eaux moyennes. Voir également: Littoral.

Moyenne des basses eaux inférieures (MLLW). Une donnée de marée. La moyenne de la hauteur de basse mer inférieure de chaque jour de marée observée au cours de l'époque de référence nationale des marées. Pour les stations avec des séries plus courtes, des comparaisons observationnelles simultanées sont faites avec une station marégraphique de contrôle afin de dériver le datum équivalent du National Tidal Datum Epoch.

Basses eaux moyennes (MLW). Une donnée de marée. La moyenne de toutes les hauteurs de basses eaux observées au cours de l'époque de référence nationale des marées. Pour les stations avec des séries plus courtes, des comparaisons observationnelles simultanées sont faites avec une station marégraphique de contrôle afin de dériver le datum équivalent du National Tidal Datum Epoch.

Ligne de basse mer moyenne (MLWL). La ligne sur un graphique ou une carte qui représente l'intersection de la terre avec la surface de l'eau à l'altitude de l'étiage moyen.

Amplitude moyenne des marées. La différence de hauteur entre les hautes eaux moyennes et les basses eaux moyennes.

Niveau moyen de la mer (MSL). (1) Une donnée de marée. La moyenne arithmétique des hauteurs horaires observées au cours de l'époque de référence nationale des marées. Les séries plus courtes sont spécifiées dans le nom ; par exemple, le niveau moyen mensuel de la mer et le niveau moyen annuel de la mer. (2) La hauteur moyenne de la surface de la mer pour tous les étages de la marée sur une période de 19 ans, généralement déterminée à partir de relevés horaires de hauteur. Une détermination du niveau moyen de la mer qui a été adoptée comme norme pour les hauteurs est appelée un da£um de niveau xea,

Mille mesuré. Une longueur de 1 mile nautique, dont les limites ont été mesurées avec précision et sont indiquées par des portées à terre. Il est utilisé par les navires pour calibrer les lochs, les compte-tours des moteurs, etc., et pour déterminer la vitesse.

Projection de Mercator. Une projection cartographique conforme sur un plan, dans laquelle les lignes de latitude et de longitude sont des lignes droites parallèles se coupant à angle droit, et dans laquelle les méridiens de longitude sont espacés de manière égale sur toute la carte, en fonction de leur distance à l'équateur, et les distances entre parallèles sont déduites par une analyse mathématique, leur espacement étant en relation exacte avec l'étalement des méridiens le long d'un parallèle correspondant.

Méridien. Une ligne de référence nord-sud, en particulier un grand cercle passant par les pôles géographiques de la terre. Le terme désigne généralement la branche supérieure, la moitié, d'un pôle à l'autre, qui passe par un lieu donné ; l'autre moitié étant appelée la branche inférieure.

Méridiens. Des plans imaginaires passant par les pôles et mesurant les longitudes à l'est ou à l'ouest du méridien principal de Creenwich. Voir également: Longitude.

Mesa. Une colline rocheuse au sommet plat avec des flancs escarpés. (Sud-ouest des États-Unis.)

Mètre. L'unité de base de longueur dans le Système international d'unités, égale à S9.S7008 pouces, environ.

Cycle métonique. Une période de près de 19 ans soit 2S5 lunaisons. Conçu par Meton, un astronome athénien qui vivait au cinquième siècle avant JC, dans le but d'obtenir une période au cours de laquelle la nouvelle et la pleine lune se reproduiraient le même jour de l'année.

Système métrique. Système décimal de poids et mesures basé sur le mètre comme unité de longueur et le kilogramme comme unité de masse.

Four micro onde. Une onde électromagnétique très courte, généralement considérée comme ayant une longueur d'environ 50 centimètres à 1 millimètre. Bien que les limites ne soient pas clairement définies, elles sont généralement considérées comme la longueur d'onde d'un fonctionnement radar.

Tour à micro-ondes. Une tour qui transporte des diffuseurs et des récepteurs micro-ondes utilisés dans la transmission de signaux de communication.

Bouée du milieu du chenal.  Voir Bouée de fairway.

Moyenne latitude. La moitié de la somme arithmétique des latitudes de deux endroits du même côté de l'équateur.

Mile. (1) Une unité de distance. Le mille marin, ou mille marin, est principalement utilisé en navigation. Presque toutes les nations maritimes ont adopté le mille nautique international de 1 852 mètres proposé en 1929 par le Bureau hydrographique international. Les départements américains de la Défense et du Commerce ont adopté cette valeur le 1er juillet 195k. En utilisant le facteur de conversion yard-mètre en vigueur le 1er juillet 1959 (1 yard = 0,91kk mètre, exactement), le mille nautique international équivaut à 6076,115k9 pieds, environ. Le mille géographique est la longueur d'une minute d'arc de l'équateur, considérée comme étant de 6 087,08 pieds. Le mille terrestre ou mille terrestre (5 280 pieds aux États-Unis) est couramment utilisé pour la navigation sur les rivières et les lacs, notamment dans les lacs Creat d'Amérique du Nord. (2) Une unité de distance, diversement définie. Voir également: Mile, nautique ; Mille, statut.

Mile, nautique international. Le mile nautique défini comme exactement 1 852 mètres de longueur. Il a été proposé en 1929 par le Bureau hydrographique international en raison de la variété des milles marins alors en usage. Il a depuis été adopté par la plupart des nations maritimes et, le 1er juillet 195k, par le département américain du commerce et le département américain de la défense.

Mile, nautique. Le mille marin américain est défini comme égal à la longueur de 1/60 de degré d'un grand cercle sur une sphère ayant une aire égale à l'aire d'un ellipsoïde représentant la surface de la terre. Sa valeur, calculée pour le sphéroïde de Clarke de 1866, est de 1,85S.2k8 m (6,080.2 pieds) ; (à comparer avec le mille marin international de 1 852 m (6 076,1 pieds)).

Le mile nautique américain est également appelé xea mile, mile géoxaphique et mile géoxaphique. Il peut être considéré comme égal à la longueur d'une minute d'arc le long de l'équateur ou d'une minute de latitude n'importe où sur une carte. Le mille marin est principalement utilisé pour indiquer les distances sur l'eau. C'est l'unité de longueur utilisée pour définir le nouer, une unité de vitesse définie comme 1 mile nautique par heure.

Mille, statut. Une unité de longueur définie comme étant exactement 5 280 pieds. Il est principalement utilisé pour indiquer les distances sur terre.

Mineur aide à la navigation. Une lumière sans pilote, non surveillée sur un fi <ed structure showing usually low to moderate intensity; generally fitted with light characteristics and dayboards in accordance with its lateral significance in the waterway.

Lumière mineure. Une lumière automatique sans pilote sur un fi <ed structure usually showing low to moderate intensity. Minor lights are established in harbors, along channels, along rivers, and in isolated locations. See also: Lumière majeure.

Fossé. Dépression annuelle qui peut ne pas être continue, située à la base d'un mont sous-marin ou d'une île.

Monte-charge mobile. Un dispositif pour hisser de petites embarcations et les déplacer sur terre jusqu'à des berceaux ou à l'endroit où leurs coques et leurs appendices sous-marins sont nettoyés, peints ou réparés. Il se compose d'un châssis en acier auto-alimenté sur pneus en caoutchouc, avec deux élingues suspendues à des palans électriques. L'ascenseur est exécuté sur une piste s'étendant au-dessus de l'eau, les élingues sont abaissées sous l'eau et le bateau est positionné au-dessus des élingues; les palans soulèvent ensuite les élingues (et le bateau) au-dessus de la voie et du sol, et l'élévateur recule de la voie.

Taupe. Forme de brise-lames le long duquel les navires ne peuvent se trouver que du côté abrité ; dans certains cas, il peut se trouver entièrement dans un port artificiel, permettant aux navires de se trouver des deux côtés. Structure, généralement massive, située du côté de la mer d'un port pour sa protection contre l'action des courants et des vagues, la dérive des glaces, l'ensablement, le vent, etc. Parfois, elle peut convenir à l'accostage des navires. Voir également: Jetée; Quai.

Amarrage. Endroit où un navire peut être amarré. (Généralement au pl.) L'équipement utilisé pour sécuriser un navire. Le processus de sécurisation d'un navire, autre que l'ancrage avec une seule ancre.

Bouée d'amarrage. Bouée fixée au fond par des amarres permanentes et munie de moyens pour amarrer un navire à l'aide de sa chaîne d'ancre ou de ses amarres.

Lumière de code Morse. Lumière dans laquelle les apparitions de lumière de deux durées clairement différentes sont regroupées pour représenter un caractère ou des caractères du code Morse.

Moraine. Toute accumulation de matière meuble déposée par un glacier.

Monticule. Une petite colline de terre, naturelle ou artificielle; en général, toute colline proéminente, plus ou moins isolée.

Monter. Une grande colline ou montagne, généralement une masse de terre détachée, typiquement conique.

Montagne. Une élévation naturelle de la surface de la terre s'élevant plus ou moins brusquement du niveau environnant et atteignant une altitude qui, relativement aux élévations adjacentes, est impressionnante ou notable.

Chaîne de montagnes. Une série de montagnes ou de crêtes de montagne connectées et alignées.

Bouche. Le lieu de décharge d'un cours d'eau dans l'océan ou l'entrée d'une baie depuis l'océan.

Boue. L'un des nombreux descripteurs de la "nature des fonds marins" utilisé dans le tableau n° 1. Un terme général appliqué à mi <tures of sediments in water. Where the grains are less than 0.002 mm in diameter, the mi<ture is called clay,  Where the grains are between 0.002 mm and 0.0625 mm in diameter the mi<ture is called xil£,

Muskeg. Une tourbière ou un marais. (Local dans le centre-nord des États-Unis, le Canada et l'Alaska.)

Étroit. Partie étroite navigable d'une baie, d'un détroit, d'une rivière, etc.

Frontière nationale. La frontière maritime des États-Unis à l'intérieur de laquelle ils exercent une souveraineté exclusive, à l'exception du droit de passage inoffensif des navires étrangers ; la limite de trois milles. Voir: Mer marginale.

National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA). La NOAA a été créée le 5 octobre 1970 par le plan de réorganisation k de 1970. Ses principales fonctions sont autorisées par le titre 15, chapitre 9, United States Code (National Weather Service) ; Titre SS, Chapitre 17, United States Code (National Ocean Survey); et Titre 16, Chapitre 9, United States Code (National Marine Fisheries Service). La mission de la NOAA a été définie plus en détail par le Coastal Zone Management Act de 1972, le Marine Mammals Protection Act de 1972, le Marine Protection, Research,

and Sanctuaries Act de 1972, la Weather Modification Reporting Act de 1972, la Endangered Species Act de 197S, la Offshore Shrimp Fisheries Act de 197S et la Fishery Conservation and Management Act de 1976. La mission de la NOAA est d'explorer, de cartographier et de cartographier l'océan mondial et ses ressources vivantes, gérer, utiliser et conserver ces ressources et décrire, surveiller et prévoir les conditions dans l'atmosphère, l'océan, le soleil et l'environnement spatial, émettre des avertissements contre les événements naturels destructeurs imminents, développer des méthodes bénéfiques de modification de l'environnement, et évaluer les conséquences d'une modification environnementale par inadvertance sur plusieurs échelles de temps.

Port naturel. Un port possédant un abri naturel dans une large mesure. Les ports naturels ne nécessitent que la fourniture d'installations telles que des quais ou des jetées et parfois un approfondissement par des moyens artificiels pour les rendre utilisables comme ports d'expédition.

Rivage naturel. C'est la ligne de contact entre la surface d'un plan d'eau et la terre naturelle, y compris les îles. Elle n'inclut pas la ligne d'eau le long d'éléments flottants ou artificiels, ou le long de rochers plus petits que ceux considérés comme des îles.

Nautique. De ou se rapportant aux navires, à la navigation (principalement maritime) ou aux marins. En revanche, naviga£ional fait référence à la navigation uniquement, maxine fait référence à la mer, maxi£ime indique une relation ou pro <imity to the sea, and naval refers to the Navy.

Carte marine. Représentation d'une partie des eaux navigables de la terre et des zones côtières adjacentes sur une projection cartographique spécifiée, et conçue spécifiquement pour répondre aux exigences de la navigation maritime. La plupart des cartes marines comprennent : les profondeurs de l'eau, les caractéristiques du fond, les élévations de certaines caractéristiques topographiques, la configuration générale et les caractéristiques de la côte, le littoral (habituellement la ligne moyenne des hautes eaux), les dangers, les obstacles, les aides à la navigation, les données de marée et informations sur la variation magnétique dans la zone cartographiée.

Manuel des cartes marines. Un manuel, publié par la NOAA, pour le cartographe engagé dans la construction et la révision des cartes marines.

Navigabilité. La capacité navigable réelle d'une voie navigable et non l'étendue de l'influence des marées.

Navigable. Permettre le passage à une embarcation ; capable d'être navigué.

Eaux navigables des États-Unis. Les eaux navigables des États-Unis sont les eaux qui sont soumises au flux et reflux de la marée et/ou qui sont actuellement utilisées, ou qui ont été utilisées dans le passé, ou qui peuvent être susceptibles d'être utilisées pour le transport entre États ou le commerce étranger. Une détermination de la navigabilité, une fois faite, s'applique latéralement sur toute la surface de la masse d'eau, et n'est pas éteinte par des actions ou des événements ultérieurs qui entravent ou détruisent la capacité navigable. Voir SS CFR Part S29 pour une définition plus complète de ce terme.

La navigation. Processus de planification, d'enregistrement et de contrôle du mouvement d'un engin ou d'un véhicule d'un endroit à un autre. Le mot « naviguer » vient du latin naviga£ux, le participe passé du verbe navigere, qui est dérivé du mot navis, qui signifie « navire », et agere, qui signifie « se déplacer » ou « diriger ».

Aide à la navigation. Instrument, dispositif, carte, méthode, etc., destiné à aider à la navigation d'un engin. Cette expression ne doit pas être confondue avec l'aide à la navigation qui désigne uniquement les dispositifs extérieurs à un engin. Dans l'usage britannique, les termes aide à la navigation et aide à la navigation sont utilisés sans distinction.

Navigation, côtière. Navigation à proximité d'une côte, par opposition à la navigation hauturière.

Navigation, électronique. Navigation au moyen d'équipements électroniques. L'expression navigation électrique est plus inclusive que la radionavigation, puisqu'elle inclut la navigation impliquant tout dispositif ou instrument électronique.

Navigation, hauturière. Navigation à distance d'une côte, par opposition à la navigation côtière.

Navigation, radio. Toute méthode de navigation dans laquelle la position ou la vitesse est déduite de mesures sur ondes radio. Le terme s'applique généralement uniquement à l'une des méthodes de navigation suivantes : (a) mesurer la direction ou la distance par rapport à deux ou plusieurs émetteurs radio, (b) mesurer les différences de distance par rapport à deux ou plusieurs paires d'émetteurs radio, (c) mesurer la Décalage Doppler de la fréquence d'un signal émis par une ou plusieurs balises en orbite.

Système de navigation. Ensemble d'équipements et de techniques par lesquels l'emplacement d'un véhicule, d'un navire ou d'un aéronef en mouvement peut être déterminé et communiqué suffisamment rapidement pour que l'information puisse être utilisée pour la navigation.

Système de navigation, hyperbolique. Un système de navigation utilisant les différences de distance (mesurées en longueurs d'onde) d'une unité mobile à partir de trois fi <ed stations to determine location. The locus of points all of which have the same difference of distance is a ”hyperbola.” If the difference in distance from two pairs of fi<ed points (one point of which may be common to the two) is determined, two intersecting hyperbolas result and the mobile unit is located at one of those intersections.

Ligne nette. Ligne, généralement une grille ou un graticule, délimitant le détail d'une carte. Également appelée « ligne de bordure intérieure » pour se différencier de la bordure dessinée à l'extérieur de la ligne de bordure.

Cou. (1) Un isthme, un cap ou un promontoire étroit. (2) Les terres entre les cours d'eau qui se jettent dans un détroit ou une baie. (S) Étroite bande de terre qui relie une péninsule au continent. (k) Une étendue d'eau étroite entre deux masses d'eau plus grandes ; un détroit.

Dégagement net sous la quille.  La distance entre le fond de l'océan et la partie de la coque d'un pétrolier la plus proche du fond de l'océan lorsque le pétrolier est en route, amarré ou ancré, compte tenu du mouvement du navire en réponse à la combinaison des conditions réelles de vent, de vagues, de marée et de courant.

Nouveau graphique. Une nouvelle carte est généralement construite pour satisfaire les besoins de navigation dans une zone particulière ; par exemple, la zone n'avait pas de couverture cartographique adéquate antérieure de la même échelle, ou les limites sont radicalement modifiées. Le nouveau graphique peut annuler un graphique existant.

Nouvelles éditions. Un numéro de carte qui annule un numéro précédent. Si les nouvelles informations rendent cette carte existante obsolète, la nouvelle impression est désignée comme une nouvelle édition. Une nouvelle édition reflète un ou plusieurs changements d'une telle importance pour la navigation que toutes les éditions précédentes sont obsolètes. Les changements peuvent être basés sur des corrections du No£ice £o Maxinexx (NM), en plus d'autres sources. La date d'une nouvelle édition est la date du dernier NM NIMR à partir duquel la carte a été corrigée. Le numéro d'édition et la date sont imprimés dans le coin inférieur gauche de la carte.

Cycle de marée de dix-neuf ans. La période de temps généralement considérée comme constituant un cycle de marée complet parce que la plus importante des variations périodiques de marée dues à des causes astronomiques aura traversé des cycles complets. Le cycle le plus long auquel la marée est soumise est dû à un changement lent de la déclinaison de la lune, qui couvre 18,6 ans.

Gamme nominale. La distance maximale à laquelle une lumière peut être vue par temps clair (visibilité météorologique de 10 milles marins) sans tenir compte de la courbure de la terre, de la hauteur de l'œil ou de la hauteur de la lumière. Répertorié pour toutes les aides lumineuses fédérales, à l'exception des feux d'alignement et des feux directionnels.

Bassin sans marée. Bassin fermé séparé des eaux de marée par un caisson ou des vannes anti-inondation. Les navires sont déplacés vers le quai près de la marée haute. Le quai est fermé lorsque la marée commence à descendre. Si nécessaire, les navires sont maintenus à flot en pompant de l'eau dans le quai pour maintenir le niveau souhaité. Aussi appelé we£ dock,

Eaux sans marée. Eaux non soumises à l'influence des marées.

Élévation normale de la piscine. Le niveau auquel une masse d'eau contrôlée est généralement maintenue.

Nord. La direction de référence primaire par rapport à la terre ; la direction indiquée par 000° dans tout système autre que relatif. Le vrai nord est la direction du pôle géographique nord; nord magnétique la direction nord telle que déterminée par le compas magnétique terrestre; grille nord une direction de référence arbitraire utilisée avec la navigation par grille.

Entailler. Un court défilé à travers une colline, une crête ou une montagne. Une passe profonde et proche; un défilé; écart. (Local en Nouvelle-Angleterre.)

Avis aux navigateurs (NM). Une publication hebdomadaire du National Imagexy and Mapping Rgency (NIMR) préparée conjointement avec la NOAA et l'US Coast Cuard donnant des informations sur les changements dans les aides à la navigation (feux, bouées, marques de jour, plages), les dangers pour la navigation (rochers, hauts-fonds, récifs, épaves), éléments sélectionnés du Local No£ice £o Maxinexx, nouveaux sondages importants, changements de canaux, construction de ports, informations de radionavigation, cartes et publications nouvelles et révisées, avertissements et avis spéciaux, Hydrolant, Hydropac, Navarea IV pertinents et XII messages et en général, toutes les informations qui affectent les cartes marines, les manuels, les catalogues, les instructions nautiques (pilotes), etc. Le No£ice £o Maxinexx doit être utilisé régulièrement pour mettre à jour les dernières éditions des cartes marines et des publications connexes .

Bouée nonne. Bouée non lumineuse dont la partie supérieure du corps (au-dessus de la ligne de flottaison), ou la plus grande partie de la superstructure, a approximativement la forme d'un cône avec le sommet vers le haut. Appelée bouée conique dans la terminologie britannique.

Obscurci. Se dit de l'arc d'un secteur de feu désigné par ses relèvements limites dans lequel le feu n'est pas visible du large.

Tableau obsolète. Une carte qui n'est pas considérée comme sûre à utiliser pour la navigation car elle ne contient pas les dernières informations de navigation importantes.

Obstruction. Tout ce qui gêne ou empêche le mouvement, en particulier tout ce qui met en danger ou empêche le passage d'un navire ou d'un aéronef. Le terme est généralement utilisé pour désigner un danger isolé pour la navigation, comme un rocher ou un pinacle submergé dans le cas de la navigation maritime, et une tour, un grand bâtiment, un sommet de montagne, etc., dans le cas de la navigation aérienne.

Bouée d'obstacle. Une bouée utilisée seule pour indiquer un récif ou un haut-fond dangereux. La bouée peut être passée de chaque côté.

Feu d'obstacle. Un feu indiquant une tour radio ou un autre obstacle aux aéronefs.

Marque d'obstacle. Marque de navigation utilisée seule pour indiquer un récif ou un haut-fond dangereux. La marque peut être transmise des deux côtés.

Lumière occasionnelle. Un luminaire mis en service uniquement à la demande.

Océan. La grande masse d'eau salée, qui occupe les deux tiers de la surface de la terre, ou l'une de ses principales subdivisions. La mer contre la terre.

En mer. Loin du rivage. La zone relativement plate de largeur variable qui s'étend de la limite extérieure de l'avant-côte plutôt en pente raide jusqu'au bord du plateau continental.

Stations de phares au large. Phares habités construits sur des sites marins exposés pour remplacer les bateaux-phares.

Navigation hauturière. Navigation à distance d'une côte, par opposition à la navigation côtière à proximité d'une côte.

Tour en mer. Phares habités ou surveillés construits sur des sites marins exposés pour remplacer les bateaux-phares.

Eau du large.  Eau adjacente à la terre dont les propriétés physiques sont légèrement influencées par les conditions continentales.

Hors sondages. Se dit d'un navire naviguant au-delà de la courbe des 100 brasses. Autrefois, se dit d'un navire dans des eaux plus profondes que ce qui pouvait être sondé avec le plomb de sondage.

Hors gare. Une aide flottante qui n'est pas sur sa position assignée.

Système de navigation Oméga. Un système mondial de radionavigation continue de précision moyenne, qui fournit des lignes hyperboliques de position grâce à des comparaisons de phase de signaux d'ondes continues VLF (10 kHz à 1 kHz) transmis sur une fréquence commune en temps partagé. Le système est composé de huit stations émettrices.

Omnigamme. Une aide radio à la navigation fournissant une indication directe d'un relèvement magnétique (omnibearing) de cette station à partir de n'importe quelle direction. Aussi appelé omnidixec£ional xange ou omnidixec£ional beacon,

Voie de circulation à sens unique. Voie à l'intérieur de laquelle il est conseillé à tous les navires d'avancer approximativement dans la même direction.

Sur les sondages. Se dit d'un navire naviguant dans la courbe des 100 brasses. Autrefois, se disait d'un navire dans des eaux suffisamment peu profondes pour sonder en plomb.

Oose. L'un des nombreux descripteurs de la « nature du fond marin » utilisés dans le tableau n° 1. Sédiment organique mou, visqueux recouvrant une partie du fond de l'océan composé principalement de coquillages ou d'autres parties dures d'organismes minuscules. En général, l'ooze offre un mauvais achat pour les ancres.

Côte ouverte. La côte qui borde la mer marginale par opposition à la côte qui borde les eaux intérieures. Une côte qui n'est pas à l'abri de la mer.

Port ouvert. Un port non abrité exposé à la mer.

Pleine mer. La zone d'eau de la côte ouverte au large de la laisse de basse mer ordinaire, ou au large des eaux intérieures.

Plateau continental extérieur (OCS). Désigne toutes les terres submergées situées au large et à l'extérieur de la zone des "terres sous les eaux navigables" telles que définies à l'article 2 (a) de la loi sur les terres submergées (kS USC 1S01 (a)) et dont le sous-sol et les fonds marins appartiennent aux États-Unis États et sont soumis à sa juridiction et à son contrôle. "Activité OCS" désigne toute activité offshore associée à l'exploration, au développement ou à la production des mineurs de l'OCS.

Installation du plateau continental extérieur (OCS). "Installation OCS" désigne toute île artificielle, installation ou autre dispositif attaché de manière permanente ou temporaire au sous-sol ou au fond marin de l'OCS, érigé dans le but d'explorer, de développer ou de produire des ressources à partir de celle-ci, ou toute installation ou autre dispositif ( autre qu'un navire ou un navire) dans le but de transporter ces ressources. Le terme inclut les unités mobiles de forage en mer lorsqu'elles sont en contact avec le fond marin de l'OCS pour l'exploration ou l'exploitation des ressources sous-marines.

Sortie. Ouverture par ou à travers laquelle une masse d'eau évacue son contenu.

Débordements. Vagues courtes et déferlantes, se produisant lorsqu'un fort courant passe au-dessus d'un haut-fond ou d'un autre obstacle sous-marin ou rencontre un courant ou un vent contraire. Voir: Déchirures.

Palissade. Une falaise rocheuse pittoresque et étendue s'élevant à pic au bord d'un ruisseau ou d'un lac; une ligne de falaises audacieuses, en particulier une montrant des colonnes basaltiques (généralement au pluriel).

Parallèles. Plans imaginaires traversant la terre parallèlement à l'équateur et mesurant les latitudes nord ou sud de l'équateur.

Passe. (1) Un chenal navigable menant à un port ou à une rivière. Appelé quelques fois Passage. (2) Une rupture dans une chaîne de montagnes, permettant un passage plus rapide d'un côté à l'autre de la chaîne ; également appelé ✓ol.

(S) Une ouverture étroite à travers une barrière de corail, un péage ou un banc de sable.

Passage. Un chenal navigable étroit, en particulier à travers des récifs ou des îles. Parfois appelé un passe, ou dans les eaux de la Nouvelle-Angleterre, un trou,

Lumière de passage. Un terme s'applique à une lumière à faible puissance de bougie montée sur une structure légère. Utilisé lorsqu'un marin passe hors du faisceau lumineux principal (comme un feu d'alignement) mais doit toujours garder la structure en vue pendant le transit.

Culminer. Un sommet de montagne pointu ; le point le plus élevé ; sommet; un mont sous-marin s'élevant à plus de 500 brasses du fond marin et ayant un sommet pointu ou arrondi.

Galet. L'un des nombreux descripteurs de la "nature des fonds marins" utilisés dans la carte n° 1. Voir l'index : Des pierres.

Ligne picorée. En cartographie, symbole constitué d'une ligne brisée à intervalles réguliers.

Péninsule. Étendue de terre s'avançant dans l'eau et presque entourée d'eau, souvent (mais pas nécessairement) reliée à une plus grande étendue de terre par un cou ou un isthme.

Perche. Bâton placé au sommet d'une bouée, d'un rocher ou d'un haut-fond comme repère pour les navigateurs. Une balle ou une cage est parfois placée au sommet du perchoir, comme marque d'identification.

Point final. L'intervalle de temps entre le début de l'aspect identique dans deux cycles successifs d'une lumière rythmique.

Pergélisol. Couche de sol ou substrat rocheux à une profondeur variable sous la surface de la terre dans laquelle la température a été en dessous de zéro de manière continue depuis quelques milliers d'années.

Photogrammétrie. (1) La science ou l'art d'obtenir des mesures fiables à partir d'images photographiques. (2) La science de la préparation de graphiques et de cartes à partir de photographies aériennes à l'aide d'équipements et de méthodes stéréoscopiques.

Symbole pictural. Symbole dont la forme est une représentation simplifiée de la caractéristique ou du phénomène qu'il représente.

Jetée. (1) Une structure s'étendant dans l'eau approximativement perpendiculairement à un rivage ou à une berge et servant d'accostage pour les navires, et qui peut également fournir des installations de manutention de marchandises. Voir également: Quai. (2) Une structure s'étendant dans l'eau approximativement perpendiculairement à un rivage ou à une berge et fournissant une promenade ou un lieu à d'autres fins, comme un quai de pêche.

(S) Un support pour les travées d'un pont.

Tête de quai. La partie d'une jetée ou d'une jetée qui se projette le plus loin dans l'eau.

Pile. Long et lourd bois ou section d'acier, de béton, etc., enfoncé dans le sol pour servir de support, comme pour une jetée, ou pour résister à une pression latérale.

Pile, feuille. Un pieu avec une section transversale plate généralement mince à enfoncer dans le sol ou le fond marin et engrené ou verrouillé avec des éléments similaires pour former un diaphragme, un mur ou une cloison.

Empilage. Un groupe de piles alignées.

Bouée à pilier. Une bouée composée d'une haute structure centrale montée sur une large base plate. Aussi appelée bouée balise,

Pilote. Celui qui dirige les mouvements d'un navire dans les eaux pilotes ; généralement, une personne qui a démontré une connaissance approfondie des chenaux, des aides à la navigation, des dangers pour la navigation, etc., dans une zone particulière et qui est titulaire d'une licence pour cette zone.

Zone pilote. Une zone pilote représente un lieu de rencontre ou d'embarquement où les navires prennent ou débarquent les pilotes. Un navire-pilote peut soit croiser dans la zone en continu, soit sortir sur demande.

Poste de pilotage. Le bureau ou le quartier général des pilotes ; l'endroit où les services d'un pilote peuvent être obtenus.

Sommet. Sur le fond marin, une haute tour ou un pilier en forme de flèche de roche ou de corail, le long ou au sommet d'un sommet. Il peut ou non constituer un danger pour la navigation de surface. En raison de l'élévation brutale du fond marin, aucun avertissement n'est donné par sondage.

Tuyau. Un tube métallique creux, de diamètres et de longueurs variables, encastré dans le fond d'une manière similaire à un pieu. Les tuyaux sont souvent utilisés comme aides à la navigation entretenues par des particuliers et pour déterminer la migration du sable de la plage ou du fond (dépôt ou érosion).

Plaine. Une région de pente générale uniforme, relativement plane, d'une étendue considérable et non interrompue par des élévations et des dépressions marquées (il peut s'agir d'un fond de vallée étendu ou d'un sommet de plateau); et l'étendue du terrain plat ou presque plat ; une région plate, en pente douce ou presque horizontale du fond marin.

Indicateur de position du plan (PPI). Un champ cathodique sur lequel les signaux apparaissent en relation correcte les uns avec les autres, de sorte que la face du champ d'application présente une représentation cartographique de la zone autour de l'émetteur, le directeur d'une cible étant représenté par la direction de son écho à partir d'un centre et la distance par sa distance à ce centre.

Plateau. Une plaine élevée, un plateau ou une région à sommet plat d'une étendue considérable; une élévation relativement plate du fond marin supérieure à 60 milles marins à travers le sommet et s'élevant normalement à plus de 100 brasses de tous les côtés.

Plate-forme. (1) Dans la littérature géographique, une terrasse naturelle ou artificielle ; un terrain plat surélevé; un plateau, un plateau. (2) Dans la terminologie océanographique, toute structure artificielle (aéronef, navire, bouée ou tour) à partir de laquelle ou sur laquelle des instruments océanographiques sont suspendus ou installés. (S) Structures qui sont érigées sur ou au-dessus du fond marin et du sous-sol du plateau continental extérieur et dans les eaux sous la juridiction des États-Unis, dans le but d'explorer, de développer, d'enlever et d'en transporter les ressources. Cela inclut tous les fi <ed structures, temporary or permanent, for which a U.S Army Corps of Engineers’ permit is issued. It includes, but is not necessarily limited to, all drilling platforms, production platforms, quarters platforms, pipeline riser platforms, manifold platforms, loading platforms, boat landings, caissons, oil well protective structures, tank battery barges submerged on station, drilling barges submerged on location, breakwater barges submerged on location, and all other piles, pile clusters, pipes, or structures erected in the waters.

Pocosin. Un marrais; un lamentable. (Sud des États-Unis)

Indiquer. L'extrémité extrême d'un cap, ou l'extrémité extérieure de toute zone terrestre dépassant dans l'eau (moins proéminente qu'un cap).

Projection cartographique polyconique. Projection cartographique dont le méridien géographique central est représenté par une ligne droite, le long de laquelle l'espacement des lignes représentant les parallèles géographiques est proportionnel aux distances entre les parallèles; les parallèles sont représentés par des arcs de cercles qui ne sont pas concentriques, mais dont les centres sont sur la ligne représentant le méridien central, et dont les rayons sont déterminés par les longueurs des éléments de cônes, qui sont tangents le long des parallèles. Tous les méridiens sauf les centraux sont courbés.

Étang. Petite étendue d'eau plate de formation artificielle, dont le lit est soit creusé dans le sol, soit formé en endiguant et en endiguant un creux naturel. Un petit lac d'eau douce.

Ponton. Un bateau à fond plat, ou un certain nombre de bateaux à fond plat, ou d'autres objets flottants, tels que des cylindres creux, utilisés comme supports pour un pont.

Pont flottant. Un pont appuyé sur des pontons.

Piscine. Un trou d'eau ou un petit étang ; un petit plan d'eau stagnante; une petite masse d'eau douce (généralement) assez profonde, comme celle d'un ruisseau.

Port. Lieu de chargement et de déchargement des navires reconnu et surveillé à des fins maritimes par les pouvoirs publics. Le terme comprend une ville ou un bourg pour l'accueil des marins et des marchands et désigne donc quelque chose de plus qu'un port ou un lièvre. Un port peut posséder un port, mais un port n'est pas nécessairement un port. Toute crique ou crique naturelle sur le rivage avec une profondeur d'eau adéquate et un abri suffisant pour les navires remplit les conditions essentielles d'un port. Pour en faire un port, au sens courant du terme, il faut en plus qu'il y ait des logements et des facilités pour le débarquement des passagers et des marchandises et un certain commerce outre-mer.

Bouée de bâbord. Une bouée qui doit être laissée au matelot de bâbord en venant du large ou en général en se déplaçant dans la direction du courant principal du courant de crue, ou dans la direction établie par l'autorité compétente.

Position. Un point défini par des coordonnées déclarées ou implicites, en particulier un sur la surface de la terre. Un fi< est une position relativement précise déterminée sans référence à aucune position antérieure. Un fi< courant est une position déterminée en croisant des lignes de position obtenues à des instants différents et avancées ou reculées à un instant commun. Une position estimée est déterminée à partir de données incomplètes ou de données dont l'exactitude est douteuse. Une position à l'estime est déterminée en avançant une position précédente pour les parcours et les distances. Une position la plus probable est la position d'un engin jugée la plus précise lorsqu'il existe un élément de doute quant à la position réelle. Il peut s'agir d'un fi<, d'un fi<, d'une position estimée ou d'une position à l'estime selon les informations sur lesquelles il se base. Une position supposée est un point auquel un engin est supposé être situé. Une position géographique est ce point sur la terre auquel un corps céleste donné est au zénith à un moment spécifié, ou toute position définie au moyen de ses coordonnées géographiques. Une position géodésique est un point sur la terre dont les coordonnées ont été déterminées par triangulation à partir d'une station initiale connue avec précision ou définie en termes de latitude et longitude géodésiques. Une position astronomique est un point sur la terre dont les coordonnées ont été déterminées à la suite de l'observation de corps célestes, ou défini en termes de latitude et de longitude astronomiques. Une position maritime est l'emplacement d'un port maritime ou d'un autre point le long d'une côte. Une position relative est celle définie par référence à une autre position, soit fi <ed or moving.

Position approximative. De position inexacte. L'expression est utilisée principalement sur les cartes pour indiquer que la position d'une épave, haut-fond, etc., n'a pas été déterminée avec précision ou ne reste pas fi <ed. Usually shown by the abbreviation ‘PA’.

Position douteuse. De position incertaine. L'expression est principalement utilisée sur les cartes pour indiquer qu'une épave, un haut-fond, etc., a été signalé à diverses positions et n'a été définitivement déterminé dans aucune. Habituellement indiqué par l'abréviation 'PD'.

Position, estimée. La position la plus probable d'un engin déterminée à partir de données incomplètes ou de données d'une précision douteuse. Une telle position pourrait être déterminée en appliquant une correction à la position à l'estime.

Système de positionnement, hyperbolique. Système de positionnement dans lequel l'observateur mesure la différence de temps de réception des signaux de deux stations dont les coordonnées sont connues. La différence de temps est convertie en différence de distance. Le lieu de tous les points situés à un fi <ed difference in distance from two points are the two branches of a hyperbola.

Système de positionnement, inertiel.  Un système de positionnement composé d'un ordinateur et d'un assemblage de trois accéléromètres et de deux ou trois gyroscopes. Les gyroscopes sont fixés entre eux de manière à définir l'orientation des accéléromètres par rapport à des coordonnées non tournantes et les accéléromètres mesurent les composantes d'accélération du système de positionnement selon les directions définies par les gyroscopes. Le calculateur et les équipements associés intègrent les composantes d'accélération pour donner les trois composantes de déplacement du système de positionnement.

Système de positionnement, radio.  Un système de positionnement dans lequel le temps de parcours ou le déphasage des ondes radio est mesuré. Les systèmes de positionnement radio les plus courants à l'heure actuelle mesurent la différence de temps de parcours des impulsions radio à partir de trois points connus ou plus.

Système de positionnement, satellite. Un système de positionnement composé d'un récepteur radio, ou d'un récepteur et d'un émetteur, au point dont l'emplacement doit être déterminé, d'une ou plusieurs balises ou transpondeurs en orbite autour de la terre, et d'un système informatique pour déterminer et prédire les orbites. Les satellites peuvent être considérés comme des points de localisation connue. Le récepteur radio peut mesurer des temps de parcours d'impulsions radio, des directions vers les satellites ou le décalage Doppler de la fréquence des ondes radio émises par les satellites.

Poster. Petite balise, plus solide qu'un perchoir, utilisée pour baliser les chenaux. Voir également: Pile.

Eau potable. Eau adaptée à la consommation ou à la cuisine, tant pour des considérations sanitaires qu'esthétiques.

Prise d'eau potable (PWI). Une structure conçue pour la prise d'eau potable. La prise d'eau est généralement surélevée au-dessus du fond, soutenue et protégée par une structure de criblage de débris (crib), une caractéristique cartographiée séparément.

Livre net. Filet fixe composé de filets verticaux supportés et maintenus en place par des piquets. Il se compose de trois parties essentielles. Le pot (livre, poche, bol), les ailes ou coeurs et le chef ou plomb. La fourrière consiste en un sac de filet solide avec des mailles de 1 pouce dont la marge est soutenue par des piquets verticaux. Le fond de la fourrière est étalé et sécurisé par des cordes qui passent dans des boucles près de l'extrémité inférieure des piquets. Les ailes ou le cœur sont des clôtures verticales de filet divergeant de l'entrée du filet. Le maillage est de 1/2 pouce et ils sont soutenus par des piquets. Le leader, dont la longueur peut varier d'environ 150 pieds à 1 000 pieds ou plus, s'étend du rivage ou des eaux peu profondes dans les eaux plus profondes et dévie le poisson vers le cœur ou les ailes.

Prairie. Une plaine sans arbres et herbeuse; une vaste étendue de prairies; une étendue basse, sablonneuse et herbeuse dans les pinèdes de Floride.

Pratique. Autorisation accordée par les autorités de quarantaine (US Public Health Service) à un navire, arrivé d'un port étranger, de communiquer avec le rivage ; la pratique n'est normalement accordée qu'après inspection et libération. La pratique peut être accordée par radio sans inspection à certains des plus grands navires à passagers entrant dans certains ports américains spécifiés ; une demande d'une telle radio pratique doit être faite par radio, en donnant tous les détails concernant les conditions sanitaires à bord, de 12 à 2k heures avant l'heure d'arrivée au port.

Zone de précaution. Une mesure de routage comprenant une zone dans des limites définies où les navires doivent naviguer avec une prudence particulière et à l'intérieur de laquelle le sens du flux de trafic peut être recommandé.

Précipice. Le bord ou le bord d'une falaise haute et très abrupte ; une pente abrupte.

Tableau préliminaire. Un graphique pour lequel il existe une forte exigence, mais d'une région où certaines ou toutes les données d'enquête ne répondent pas aux normes modernes. Les lacunes des levés peuvent être dues à des techniques de levé à petite échelle, obsolètes ou non standard, à un âge obsolète, à des données non traitées ou non approuvées, ou à d'autres facteurs qui font que les données du levé sont inférieures aux normes habituelles pour l'échelle de la carte.

Lumière primaire. Aide majeure à la navigation établie dans le but d'effectuer des accostages et des passages côtiers de promontoire à promontoire ou de marquer des zones dangereuses pour les navigateurs.

Premier méridien. Le méridien de longitude 0°, utilisé comme origine pour la mesure de la longitude. Le méridien de Creenwich, en Angleterre, est presque universellement utilisé à cette fin.

Aides privées à la navigation. Dans les eaux américaines, les aides à la navigation non établies et entretenues par la US Coast Cuard. Les aides privées comprennent celles établies par d'autres organismes fédéraux avec l'approbation préalable de la US Coast Cuard, les aides à la navigation sur les structures marines ou d'autres ouvrages que les propriétaires sont légalement tenus d'établir, d'entretenir et d'exploiter conformément aux prescriptions de la US Coast Cuard, et ces aides qui sont simplement souhaitées, pour une raison ou une autre, par la société individuelle, l'État ou le gouvernement local, ou tout autre organisme qui a établi l'aide avec l'approbation de la US Coast Cuard. Bien que les aides privées à la navigation soient inspectées périodiquement par le US Coast Cuard, le navigateur doit faire preuve d'une prudence particulière lorsqu'il les utilise pour la navigation générale.

Zone interdite. Zone indiquée sur les cartes marines à l'intérieur de laquelle la navigation et/ou le mouillage sont interdits, sauf autorisation de l'autorité compétente. Voir également: Zone dangereuse, zone réglementée.

Projection. (1) Les lignes représentant les parallèles de latitude et les méridiens de longitude tracés sur une feuille d'arpentage, une carte ou une carte. (2) La représentation d'une figure sur une surface, plane ou courbe, selon un plan défini. Dans une projection en perspective, cela se fait au moyen de lignes projetées émanant d'un seul point, qui peut être l'infini.

Projection, conique conforme de Lambert. Une projection conforme de type conique, sur laquelle tous les méridiens géographiques sont représentés par des lignes droites, qui se rejoignent en un point commun en dehors des limites de la carte, et les parallèles géographiques sont représentés par une série d'arcs de cercles ayant ce point commun pour un centre. Les méridiens et les parallèles se croisent à angle droit et les angles sur la terre sont correctement représentés sur la projection.

Projection, mercator. Une projection conforme de type cylindrique. L'équateur est représenté par une ligne droite à l'échelle près ; les méridiens géographiques sont représentés par des droites parallèles perpendiculaires à la ligne représentant l'équateur ; ils sont espacés en fonction de leur distance à l'équateur. Les parallèles géographiques sont représentés par un second système de droites perpendiculaires à la famille des lignes représentant les méridiens, et donc parallèles à l'équateur. La conformité est obtenue par analyse mathématique, l'espacement des parallèles étant augmenté avec la distance croissante de l'équateur pour se conformer à l'échelle d'expansion le long des parallèles résultant du fait que les méridiens sont représentés par des lignes parallèles. Étant donné que les loxodromies apparaissent comme des lignes droites et que les directions peuvent être mesurées directement, cette projection est largement utilisée dans la navigation.

Projection, biaisée. Toute projection standard utilisée dans la construction de cartes ou de graphiques, qui n'est pas conforme à un format général nord-sud par rapport aux lignes nettes de la carte ou du graphique.

Promontoire. Haute terre s'étendant dans une grande étendue d'eau au-delà de la ligne de côte. Appelé promontoire lorsque le promontoire est relativement haut et présente une pente raide. Aussi appelé foxeland,

Diviseurs proportionnels. Un instrument consistant dans sa forme simple de deux jambes pointues aux deux extrémités et muni d'un pivot réglable, de sorte que pour un réglage de pivot donné, la distance entre un ensemble d'extrémités pointues porte toujours le même rapport à la distance entre l'autre ensemble. Un changement dans le pivot modifie le ratio. Les séparateurs sont utilisés pour transférer des mesures entre des graphiques ou d'autres dessins qui ne sont pas à la même échelle.

Rapporteur, threeJarm. Un instrument composé essentiellement d'un cercle gradué en degrés, auquel est attaché un fi <ed arm and two arms pivoted at the center and provided with clamps so that they can be set at any angle to the fi<ed arm, within the limits of the instrument. It is used for finding a ship’s position, when the angles between three-fi<ed and known points are measured.

Province. Région composée d'un groupe d'éléments bathymétriques similaires dont les caractéristiques contrastent nettement avec celles des zones environnantes.

Note de l'éditeur. Une note marginale qui indique l'éditeur et généralement le lieu de publication.

Complexe de plateforme de pompage (PPC). Une plate-forme unique d'une série de plates-formes interconnectées qui ont une ou plusieurs des capacités suivantes : (1) pompage de pétrole entre un navire et le rivage ; (2) installations d'accostage et de mess pour le personnel affecté; (S) aire d'atterrissage pour hélicoptères ; et (k) l'amarrage et le chargement des petits navires.

Quarts. L'un des nombreux descripteurs de la « nature du fond marin » utilisés dans le tableau n° 1. Le quartz est de la silice cristalline. Dans sa forme la plus courante, il est incolore et transparent, mais il prend une grande variété de formes plus ou moins opaques et colorées. C'est le minéral solide le plus commun. Une partie du lit de l'océan est composée de quartz.

Quai. Structure de construction solide le long d'un rivage ou d'une berge qui sert d'accostage aux navires et qui fournit généralement des installations de manutention de marchandises. Une installation similaire de construction ouverte est appelée whaxf, Voir aussi : Taupe.

Sables mouvants. Sable meuble, souple et humide qui n'offre aucun support aux objets lourds. L'écoulement ascendant de l'eau a une vitesse qui élimine les pressions de contact entre les grains de sable et fait que la masse d'eau de sable se comporte comme un fluide.

Course. Eau qui coule rapidement dans un canal étroit ou une rivière ; aussi le canal lui-même qui peut être artificiel comme dans un bief. Aussi une ruée rapide de l'eau à travers un canal étroit dans les eaux de marée et causée par le mouvement des marées des eaux. Voir: Course de marée.

RACON (balise transpondeur radar). Un système de radio-navigation qui transmet un signal codé qui s'affiche sur l'écran radar de l'utilisateur lui permettant d'identifier l'aide et de déterminer la portée et le relèvement de l'aide.

Radar. Un système électronique conçu pour transmettre des signaux radio et recevoir des images réfléchies de ces signaux à partir d'une "cible" afin de déterminer le relèvement et la distance de la "cible".

Balise radar. Emetteur radar dont les émissions permettent à un navire de déterminer sa direction et sa position fréquente par rapport à l'émetteur au moyen de l'équipement radar du navire. Il existe deux types généraux de balises radar. Un type, le RACON, doit être déclenché par les émissions radar du navire; l'autre type, le RAMARK, transmet en continu et ne fournit que des relèvements.

Bouée radar. Une bouée ayant des réflecteurs d'angle intégrés à la superstructure, la forme caractéristique de la bouée étant conservée. Il s'agit de se différencier d'une bouée sur laquelle un réflecteur d'angle est monté.

Dôme radar. Structure en forme de dôme utilisée pour protéger l'antenne d'une installation radar.

Réflecteur radar. Un fi spécial <ture fitted to or incorporated into the design of certain aids to navigation to enhance their ability to reflect radar energy. In general, these fi<tures will materially improve the aids for use by vessels equipped with radar.

Radiophare. Appareil électronique qui transmet un signal radio destiné à fournir au navigateur une ligne de position.

Caractéristique radiophare. La description du cycle complet d'émission d'une radiobalise dans une période de temps donnée, y compris toute période de silence.

Radiogoniomètre (RDF). Appareil de réception radio qui détermine la direction d'arrivée d'un signal en mesurant l'orientation du front d'onde ou du vecteur magnétique ou électrique. Les radiogoniomètres peuvent être manuels ou automatiques. Aussi appelé dixec£ion findex, Anciennement appelé xadio compaxx,

Fréquence radio. Toute onde électromagnétique se produisant dans ce segment du spectre normalement associé à une certaine forme de propagation radio. Les fréquences radio sont généralement classées comme très basses, S à S0 kilohex£x (kHz) ; bas, S0 à S00 kHz ; moyen, S00 à S 000 kHz ; élevé, S0 à S0 mégahertz ; très élevé, S0 à S00 mégahertz ; ultra haute, S00 à S 000 mégahertz ; super élevé, S à S0 gigahertz ; extrêmement élevé, S0 à S00 gigahertz.

Mât radio. Un mât radio est une grande structure maintenue verticale par des haubans.

Radionavigation. (1) La détermination de la position, ou l'obtention d'informations relatives à la position, à des fins de navigation au moyen des propriétés de propagation des ondes radio. (2) Selon la définition de l'Union internationale des télécommunications (UIT), radiorepérage utilisé à des fins de navigation, y compris l'avertissement d'obstacles.

Station de radio. Lieu équipé d'un ou de plusieurs émetteurs ou récepteurs, ou d'une combinaison d'émetteurs et de récepteurs, y compris l'équipement accessoire nécessaire à un endroit, pour assurer un service de radiocommunication. Chaque station est classée selon le service dans lequel elle opère de manière permanente ou temporaire.

Tour radio. Une tour radio est une structure en treillis, qui est autoportante.

Rampe. Ouvrage en pente pouvant servir soit de débarcadère, à niveau d'eau variable, pour de petites embarcations, navires de débarquement ou ferry-boat, soit de halage d'un berceau portant un navire.

Varier. (1) Deux objets ou plus alignés. De tels objets sont dits « à portée ». Un observateur les ayant à portée est dit « à portée ». Deux balises sont souvent situées dans le but précis de former une plage pour indiquer un itinéraire sûr ou l'axe d'un chenal. Appelé leader maxkx dans

Terminologie britannique. (2) Distance dans une seule direction ou le long d'un grand cercle. (S) La distance extrême à laquelle un objet ou une lumière peut être vu est appelée xange visuel, (k) La distance extrême à laquelle un signal peut être détecté ou utilisé. La distance maximale à laquelle un service fiable est assuré est appelée xange d'exploitation, La plage de plages dans lesquelles il existe un élément d'incertitude d'interprétation est appelée xange cxi£ique, (5) La distance qu'un engin peut parcourir à vitesse de croisière sans le ravitaillement est appelé cxuixing xadiux, (6) La différence des valeurs extrêmes de quantité variable. Voir également: Plage de marée.

(7) Une série de montagnes ou de crêtes montagneuses est appelée moun£ain xange, (8) Une ligne prédéterminée le long de laquelle un engin se déplace tandis que certaines données sont enregistrées

par des instruments généralement placés sous la ligne, ou toute la station à laquelle ces informations sont déterminées. Voir également: Gamme de démagnétisation. (9) Une zone où l'entraînement au tir de matériel d'artillerie est autorisé. (10) Sur le fond marin, une série de dorsales ou de monts sous-marins.

Portée, géographique(al). La plus grande distance à laquelle une lumière peut être vue en fonction de la courbure de la terre et des hauteurs de la source lumineuse et de l'observateur.

Portée, lumineuse. La plus grande distance à laquelle une lumière peut être vue simplement en fonction de son intensité lumineuse, de la visibilité météorologique et de la sensibilité de l'œil de l'observateur.

Portée, nominale. Portée lumineuse d'un feu dans une atmosphère homogène dans laquelle la visibilité météorologique est de 10 milles marins.

Plage de marée. La différence de hauteur entre les eaux consécutives à marée haute et à marée basse. La plage moyenne est la différence de hauteur entre la moyenne des hautes eaux et la moyenne des basses eaux.

Rapides). Portions d'un cours d'eau à courant accéléré où il descend rapidement mais sans rupture de pente du lit suffisante pour former une chute d'eau. Généralement utilisé au pluriel.

Ravin. Un ravin; une petite gorge ou un canyon, dont les côtés ont des pentes relativement uniformes.

Atteindre. Le segment relativement droit d'une rivière ou d'un canal entre deux virages. Cette partie d'une rivière sinueuse entre le dernier coude et la mer s'appelle un xea xeach ; cette partie entre le port et le premier virage s'appelle un haxbox xeach.

Reconstruit. Un fi <ed aid, previously destroyed, which has been restored as an aid to navigation.

Roulement réciproque. Relèvement différent de 180° ou mesuré dans le sens opposé, par rapport à un relèvement donné.

Sens de circulation recommandé. Un modèle de flux de trafic indiquant un mouvement directionnel recommandé du trafic lorsqu'il n'est pas pratique ou inutile d'adopter une direction établie du flux de trafic.

Piste recommandée. Route qui a été spécialement examinée pour s'assurer autant que possible qu'elle est exempte de dangers et sur laquelle il est conseillé aux navires de naviguer.

Réduction des sondages. Les sondages enregistrés sur les levés hydrographiques sont corrigés de tout écart par rapport aux profondeurs réelles attribuable à la méthode de sondage ou à une défaillance de l'appareil de mesure et de l'élévation de la marée ou du niveau de l'eau au-dessus ou au-dessous du zéro des cartes (correction de marée ou de niveau).

Récif. Une élévation rocheuse ou corallienne dangereuse pour la navigation de surface qui peut ou non se découvrir au point de référence du sondage. Un récif rocheux est toujours détaché du rivage ; un récif corallien peut ou non être relié au rivage.

Données de référence. Terme général appliqué à toute donnée, plan ou surface utilisé comme référence ou base à partir de laquelle d'autres quantités peuvent être mesurées.

Poste de référence. Une station des marées ou des courants pour laquelle des prévisions quotidiennes indépendantes sont données dans les tables des marées et des marées ✓uxxen£ Tablex, et à partir de laquelle les prévisions correspondantes sont obtenues pour les stations subordonnées au moyen de différences et de rapports. Voir: Station actuelle subordonnée.

Marques d'enregistrement. Marques désignées, telles que petites croix, cercles ou autres motifs appliqués sur l'original avant la reproduction pour faciliter l'enregistrement des plaques et indiquer les positions relatives des impressions successives. Aussi appelé : coxnex maxkx ; coxnex £ickx ; xegix£ex £ickx ; xegix£xa£ion £ickx ; £ickx.

Inscription. Positionnement correct d'un composant d'une image cartographique composite par rapport aux autres composants. Réalisé, par exemple, en poinçonnant des ensembles de trous, ayant un fi <ed horizontal relationship to each other, in each component sheet and then attaching the components together using specially designed fasteners.

Soulagement. (1) Les élévations ou les inégalités, collectivement d'une surface terrestre; représentés sur des graphiques par des contours, des teintes hypsométriques, des ombrages, des élévations ponctuelles, des hachures, etc. Des inégalités similaires du fond de l'océan ou leur représentation sont appelées xubmaxine xelief, (2) Le retrait d'une bouée d'une station et la fourniture d'une autre bouée ayant les caractéristiques de fonctionnement autorisées pour cette station.

Rallume. Une aide éteinte a retrouvé ses caractéristiques lumineuses annoncées.

Déplacé. Déplacement autorisé d'une aide d'une position à une autre à proximité immédiate.

Pont de travée amovible. Un pont avec une travée portable ou flottante qui peut être retirée ou écartée.

Répétabilité. (1) Une mesure de la variation de la précision d'un instrument lorsque des tests identiques sont effectués sous fi <ed conditions. (2) In a navigation system, the measure of the accuracy with which the system permits the user to return to a specified point as defined only in terms of the coordinates peculiar to that system.

Précision reproductible. Dans un système de navigation, mesure de la précision avec laquelle le système permet à l'utilisateur de revenir à une position définie uniquement en termes de coordonnées propres à ce système. Par exemple, la distance spécifiée pour la précision reproductible du système, telle que LORANC, est la distance entre deux positions LORAN-C établies en utilisant les mêmes stations et des lectures de différence de temps à des moments différents. La corrélation entre les coordonnées géographiques et les coordonnées du système peut être connue ou non.

Remplacé. Une aide précédemment hors station, à la dérive, ou manquante restaurée par une autre aide de même type et de mêmes caractéristiques.

Remplacé (temporairement). Une aide précédemment hors station, à la dérive ou manquante restaurée par une autre aide de type et/ou de caractéristique différente.

Fraction représentative. Échelle d'une carte ou d'un graphique exprimée sous la forme d'une fraction ou d'un rapport qui relie la distance unitaire sur la carte à la distance mesurée dans la même unité au sol. Aussi appelé xcale na£uxal, xcale fxac£ional,

Réimpression. Une réimpression d'une carte sans révision, rendue nécessaire par l'épuisement des stocks. Le numéro est une copie exacte du numéro actuel sans modification des dates d'impression ou de publication.

Réinitialiser. Une aide flottante précédemment hors station, à la dérive ou manquante est revenue à sa position assignée (station).

Zone restreinte. Zone spécifiée désignée par l'autorité compétente et indiquée sur les cartes, à l'intérieur de laquelle la navigation est restreinte conformément à certaines conditions spécifiées. Voir: Zone dangereuse ; Zone interdite.

Eaux restreintes. Zones qui, pour des raisons de navigation telles que la présence de hauts-fonds ou d'autres dangers, confinent les mouvements de navigation dans des limites étroites.

Pont escamotable. Un pont avec une travée mobile qui peut être retirée horizontalement ou à l'intérieur de la structure restante du pont.

Courant inverse. Courant de marée qui s'écoule alternativement en sens approximativement opposé avec une étale à chaque inversion de sens. Les courants de ce type se produisent généralement dans les rivières et les détroits où la direction de l'écoulement est plus ou moins limitée à certains canaux.

Revêtement. Parement en pierre ou autre matériau, permanent ou temporaire, placé en bordure d'un cours d'eau pour stabiliser la berge et la protéger de l'action érosive du cours d'eau.

Impression révisée. Un problème de carte qui n'annule pas une édition en cours ; les révisions sont mineures, le numéro d'édition reste le même mais la date d'impression est modifiée et la carte est désignée comme une version révisée de cette carte. La date d'une impression révisée est indiquée à droite de la date d'édition.

Révision. Processus de mise à jour des informations sur une carte. Révision continue : système conçu pour maintenir à jour en permanence les informations d'une carte.

Cycle de révision. L'intervalle de temps proposé entre les révisions successives d'un graphique ou d'une carte.

Lumière rythmique. Une lumière montrant par intermittence avec une périodicité régulière.

Crête. Une élévation longue et étroite avec des côtés escarpés; une élévation longue et étroite du fond marin, avec des côtés escarpés et une topographie plus irrégulière qu'une élévation.

Rive droite. La rive d'un ruisseau ou d'une rivière à droite de l'observateur lorsqu'il fait face dans le sens de l'écoulement, ou en aval. Voir également: Rive gauche.

Rincón. Coin ou crique ; un évidement angulaire ou un coude creux dans une montagne, une berge, une falaise ou similaire. (Local dans le sud-ouest) (Sp. origine)

Limites riveraines. Limites d'eau ou limites formées par la mer ou une rivière.

Terres riveraines. Terrains bordant une rivière. Le terme « riverain » est également utilisé pour désigner le rivage de la mer ou d'autres eaux de marée, ou d'un lac ou d'une autre étendue d'eau considérable n'ayant pas le caractère d'un cours d'eau.

Courant d'arrachement. Un fort courant de surface s'écoulant vers la mer à partir du rivage. Il apparaît généralement comme une bande visible d'eau agitée et est le mouvement de retour de l'eau entassée sur le rivage par les vagues et le vent entrants. Avec le mouvement vers le large concentré dans une bande limitée, sa vitesse est quelque peu accentuée.

Enrochement. Une couche de roche brisée, de galets, de rochers ou de fragments d'une taille et d'une épaisseur suffisantes pour résister aux forces érosives de l'eau qui coule ou à l'action des vagues. De telles structures sont généralement utilisées pour protéger des canaux avec un écoulement à vitesse relativement élevée, des rives, des pentes, des pentes sur des barrages ou des exutoires de structures.

Monticules d'enrochement. Monticules d'enrochement maintenus à certaines structures légères pour protéger les structures contre les dommages causés par la glace et l'action d'affouillement. Les parties submergées non cartographiées présentent un danger pour les navires qui tentent de passer très près à bord.

Déchirures. Agitation de l'eau causée par la rencontre des courants ou par un courant passant rapidement sur un fond irrégulier. Appelé £ide xipx lorsqu'un courant de marée est impliqué.

Se lever. Élévation longue et large qui s'élève doucement et généralement en douceur depuis le fond marin.

Fleuve. Cours d'eau naturel, ou d'un volume supérieur à celui d'un ruisseau ou d'un ruisseau, coulant dans un lit ou un canal plus ou moins permanent, entre des berges ou des murs définis, avec un courant qui peut être continu dans une direction ou affecté par le flux et le reflux du courant de marée.

Route. Un mouillage ouvert offrant moins de protection qu'un port. Une certaine protection peut être assurée par des récifs, des hauts-fonds, etc. Souvent utilisé au pluriel.

Roche. (1) Une formation rocheuse isolée sur une seule grosse pierre, constituant généralement un danger pour la navigation. Il peut être toujours submergé, toujours découvert ou alternativement couvert et découvert par la marée. Un pinacle est un rocher pointu qui s'élève du bas. (2) Le matériau naturel qui forme les masses fermes, dures et solides du fond de l'océan. En outre, xock est un terme collectif désignant des masses de matériau dur généralement non inférieures à 256 millimètres.

Rock inondé. Dans la terminologie de la NOAA, une roche exposée à n'importe quel stade de la marée entre la référence de la haute mer moyenne et la référence de sondage, ou une roche juste nue à ces références. À des fins cartographiques, afin que les symboles portés sur la carte puissent refléter l'état le plus probable de la roche telle que vue par le navigateur, les roches dont les sommets se trouvent dans la zone comprise entre 1 pied au-dessus de la haute mer moyenne et 1 pied au-dessous du point de référence du sondage sur le Les côtes de l'Atlantique et du golfe et 2 pieds sur la côte du Pacifique sont représentées comme des rochers inondés. Une roche qui devient exposée, ou presque, entre le niveau de référence des cartes et la haute mer moyenne. Dans les lacs Creat, le symbole de roche inondée est utilisé sur les cartes pour les roches inondées, ou presque, au point de référence des basses eaux.

Courant rotatif. Un courant de marée qui circule continuellement avec la direction du flux changeant à travers tous les points cardinaux pendant la période de marée.

Rond point. Une mesure de routage comprenant un point de séparation ou une zone de séparation circulaire et une voie de circulation circulaire dans des limites définies. Le trafic à l'intérieur du rond-point est séparé en se déplaçant dans le sens inverse des aiguilles d'une montre autour du point ou de la zone de séparation. Une zone circulaire dans des limites définies dans laquelle le trafic se déplace dans le sens inverse des aiguilles d'une montre autour d'un point ou d'une zone spécifiés.

Cartes de parcours. Ces cartes NOAA sont publiées sur une seule feuille longue et étroite, imprimée recto et verso et pliée. Ils sont conçus pour couvrir les rivières et les voies navigables étroites, ainsi que pour la plupart des voies navigables intra-côtières. La plupart sont délivrés dans une pochette protectrice en carton.

Routage. Un ensemble de mesures concernant les itinéraires visant à réduire le risque d'accidents ; il comprend des dispositifs de séparation du trafic, des routes à double sens, des pistes, des zones à éviter, des zones de trafic côtier et des routes en eau profonde.

Système de routage. Tout système d'un ou plusieurs itinéraires et/ou mesures d'acheminement visant à réduire le risque d'accidents ; il comprend des dispositifs de séparation du trafic, des routes à double sens, des voies recommandées, des zones à éviter, des zones de trafic côtier, des ronds-points, des zones de précaution et des routes en eau profonde.

Se ruiner. Une structure en mauvais état ou détériorée résultant de négligence ou de désuétude, ou une structure endommagée nécessitant des réparations. Une ruine est considérée comme dangereuse si elle s'étend au-dessus ou dans les eaux navigables et représente ainsi un danger pour la navigation de surface.

Règles de la route. Le Règlement international pour prévenir les abordages en mer, communément appelé Inland Aulex of £he Aoad, et Inland Aulex of £he Aoad, doit être suivi par tous les navires naviguant sur certaines eaux intérieures des États-Unis. Aussi appelé Aulex de Naviga£ion,

Selle. Un point bas sur une crête ou une ligne de crête ; une crête reliant deux élévations plus élevées ; un point bas sur une crête ou entre des monts sous-marins.

Voies de sécurité. Voies maritimes spécifiées désignées pour être utilisées en transit par les sous-marins et les navires de surface pour empêcher les attaques des forces amies.

Sons de sécurité. Établi autour d'Ou£ex ✓on£inen-£al Ghelf (OCS) les installations sont construites, entretenues ou exploitées sur l'OCS pour promouvoir la sécurité de la vie et des biens sur les installations, leurs dépendances et les navires de service, et sur les eaux adjacentes à l'intérieur des zones de sécurité.

Cartes de navigation. Ces cartes NOAA sont publiées à une échelle inférieure à 1:600 000, et sont destinées à la planification et à la fi <ing the mariner’s position as the coast is approached from the open ocean or for sailing along the coast between distant ports. The shoreline and topography are generalized and only offshore soundings, principal navigational lights and buoys, and landmarks visible at considerable distances are shown.

Marais salant. Marécages côtiers plats et mal drainés qui sont inondés par la plupart des marées hautes.

Salières. Bassins peu profonds d'eau saumâtre servant à l'évaporation naturelle de l'eau de mer pour obtenir du sel.

Sanctuaire, marin. Zone établie en vertu des dispositions de la loi de 1972 sur la protection, la recherche et les sanctuaires marins, loi publique 92-5S2 (86 Stat. 1052), pour la préservation et la restauration de ses valeurs de conservation, récréatives, écologiques ou esthétiques. Une telle zone peut se situer dans les eaux océaniques jusqu'au bord extérieur du plateau continental, dans les eaux côtières où la marée monte et descend, ou dans les lacs Creat et les eaux de liaison, et peut être classée comme habitat, recherche d'espèces, récréations et esthétique, ou zone unique.

Sable. L'un des nombreux descripteurs de la « nature du fond marin » utilisés dans le tableau n° 1. Sédiment composé de grains séparés, petits mais faciles à distinguer, d'un diamètre compris entre 0,0625 et 2 mm. Il est appelé vexy fin xet si les grains sont compris entre 0,0625 mm et 0,125 mm de diamètre, fin xet si entre 0,125 mm et 0,25 mm de diamètre, moyen xet si entre 0,25 mm et 0,5 mm de diamètre, coaxxe xet si entre 0,50 mm et 1,0 mm de diamètre, et coaxxe vexy xet si entre 1,0 mm et 2,0 mm de diamètre. Voir également: Boue, pierres, roche, rocher.

Vague de sable. Un grand sédiment ondulant dans des eaux très peu profondes et composé de sable. La longueur d'onde peut atteindre 100 mètres ; l'amplitude est d'environ 0,5 mètre. Aussi appelé mégaxipple.

Escalader. La relation entre une dimension linéaire sur un graphique et la dimension réelle représentée est généralement exprimée sous la forme d'un rapport. Ainsi, le rapport 1:10 000 ou 1/10 000 signifie qu'une unité de mesure sur la carte représente 10 000 de la même unité à la surface de la terre. Tout comme 1:k ou 1/k est supérieur à 1:8 ou 1/8, un graphique à l'échelle 1:k0 000 est supérieur à un graphique à l'échelle 1:80 000. Par conséquent, une carte à grande échelle affichera les caractéristiques de la carte plus en détail mais couvrira une zone plus petite ; une carte à plus petite échelle sera plus généralisée mais couvrira une zone plus large.

Échelle, barre. Une ligne graduée sur une carte, un plan, une photographie ou une mosaïque, au moyen de laquelle les distances réelles au sol peuvent être déterminées. Aussi appelé gxaphic xcale ou lineax xcale,

Échelle, bordure. Échelle tracée le long de la bordure d'un graphique.

Échelle, grande. Une échelle impliquant une réduction de taille relativement faible. Une carte à grande échelle est une carte couvrant une petite zone. Le contraire est à petite échelle.

Échelle, logarithmique. Échelle graduée en logarithmes de nombres consécutifs uniformément espacés.

Échelle, petite. Une échelle impliquant une réduction de taille relativement importante. Une carte à petite échelle est une carte couvrant une grande zone. Le contraire est à grande échelle.

Escarpement. Une pente raide s'étendant sur une distance considérable et marquant le bord d'une terrasse, d'un plateau, d'un banc, etc.

Escarpe, plage. Une pente presque verticale le long de la plage causée par l'érosion de l'action des vagues. Sa hauteur peut varier de quelques pouces à plusieurs pieds, selon l'action des vagues et la nature et la composition de la plage.

Schiste. L'un des nombreux descripteurs de la "nature des fonds marins" utilisés dans le tableau n° 1. Le schiste est une roche métamorphique cristalline foliée composée de couches de différents minéraux qui se divisent en fines plaques irrégulières. Le schiste offre une qualité de tenue variable.

Bassin de récurage. Un bassin dans lequel une quantité d'eau est retenue pendant la marée montante et le contenu retenu jusqu'à un moment approprié, à peu près à marée basse, lorsque les vannes sont rouvertes et qu'un volume d'eau est libéré pour maintenir la profondeur souhaitée du canal d'entrée en récurer le fond. Aussi appelé étang xluicing.

Mer. (1) Une masse d'eau salée plus ou moins confinée par des terres continues ou des chaînes d'îles et formant une région distincte des grandes masses d'eau. (2) Un plan d'eau presque ou complètement entouré de terre, surtout s'il est très grand ou composé d'eau salée. Parfois appelée xea intérieure, (S) Zones océaniques en général, y compris les principales indentations du littoral, telles que les golfes. (k) Vagues générées ou soutenues par les vents dans leur fetch par opposition à la houle. (5) Le caractère d'une surface d'eau, en particulier la hauteur, la longueur (période) et la direction de déplacement des vagues générées localement.

Côte. La région de terre bordant la mer. Les termes xeaboaxd, coax£ et li££oxal ont à peu près la même signification. Seaboard est un terme général utilisé de manière assez vague pour désigner une région assez étendue bordant la mer. La côte est la région d'une largeur indéfinie qui s'étend de la mer à l'intérieur des terres jusqu'au premier changement majeur des caractéristiques du terrain. Littoral s'applique plus spécifiquement aux différentes parties d'une région bordant la mer, notamment la côte, l'estran, l'arrière-plage, la plage, etc.

Bouée de mer. La bouée la plus à l'extérieur marquant l'entrée d'un chenal ou d'un port. Appelée bouée d'atterrissage dans la terminologie britannique.

Porte de la mer. (1) Voie donnant accès à la mer telle qu'une porte, un canal ou une plage. (2) Une porte qui sert à protéger un port ou un bassin de marée de la mer, telle que l'une d'une paire de portes supplémentaires à l'entrée d'un bassin de marée exposé à la mer.

Mille marin. Une valeur moyenne approximative du mille marin égale à 6 080 pieds, soit la longueur d'une minute d'arc le long du méridien à la latitude k8°. (Terminologie britannique : la longueur d'une minute d'arc, mesurée le long du méridien à la latitude de la position ; sa longueur varie à la fois avec la latitude et avec la figure de la terre utilisée.)

Digue. Une structure séparant les zones terrestres et aquatiques, principalement conçue pour prévenir l'érosion et d'autres dommages dus à l'action des vagues. Voir également: Cloison.

Vers le large. Loin de la terre; vers la mer.

Limite côté mer. Limites de toute zone ou zone au large de la ligne de basse mer moyenne ou inférieure moyenne et établies par une loi du Congrès américain, ou convenues par traité. Voir: Ligne de basse mer moyenne.

Algue. L'un des nombreux descripteurs de la « nature du fond marin » utilisés dans le tableau n° 1. Les algues comprennent toute une grande variété de mauvaises herbes que l'on trouve généralement dans les eaux peu profondes. Les algues n'ont aucun pouvoir de rétention; les ancres doivent traverser les algues pour saisir le fond marin sous-jacent. Les ancres adaptées aux algues nécessitent une patte longue et étroite qui pénètre profondément pour atteindre le fond. Lors de l'ancrage dans les algues, il faut veiller à ce que l'ancre pénètre jusqu'au fond. La recherche d'un emplacement alternatif est souvent préférable à la tentative de mouillage dans les algues.

Lumière secondaire. Un feu principal, autre qu'un feu primaire côtier, établi aux entrées des ports et à d'autres endroits où une intensité et une fiabilité élevées sont requises.

Sonde de sécurité. Toutes les zones de terre, d'eau ou de terre et d'eau désignées par le capitaine du port pendant la durée qu'il juge nécessaire pour prévenir les dommages ou les blessures à tout navire ou installation riveraine, pour protéger les ports, les havres, les territoires ou eaux des États-Unis ou pour assurer le respect des droits et obligations des États-Unis

Sédiment(s), en bas. En général, tous les matériaux sédimentaires, quelle que soit leur origine, trouvés sur ou dans le fond sous-marin, y compris les ballasts ou autres matériaux déversés dans la mer par l'homme. Plus précisément, il est limité aux matériaux minéraux et organiques non consolidés formant le fond marin, à l'exclusion des récifs coralliens ou des substratums rocheux.

Seiche. Une onde stationnaire généralement causée par des vents forts et/ou des changements de pression barométrique. On le trouve dans les lacs, les étendues d'eau semi-fermées et dans les zones de pleine mer.

Semidiurne. Avoir une période ou un cycle d'environ la moitié d'un jour de marée. Le type de marée prédominant dans le monde est semi-diurne, avec deux hautes eaux et deux basses eaux chaque jour de marée. Le courant de marée est dit semi-diurne lorsqu'il y a deux périodes de crue et deux périodes de reflux chaque jour.

Séparation sone ou ligne. Zone ou ligne séparant le trafic circulant dans un sens du trafic circulant dans l'autre sens. Une zone de séparation peut également être utilisée pour séparer une voie de circulation de la zone de circulation côtière adjacente.

Pose d'une bouée. L'acte de placer une bouée sur la position assignée dans l'eau.

Eaux usées. Les déchets corporels humains et les déchets des toilettes et autres récipients destinés à recevoir ou à retenir les déchets corporels.

Eau peu profonde. Généralement, de l'eau d'une telle profondeur que les ondes de surface sont sensiblement affectées par la topographie du fond. Il est d'usage de considérer l'eau dont la profondeur est inférieure à la moitié de la longueur d'onde de la surface comme de l'eau peu profonde.

Étagère : continentale ; Insulaire; Île. Zone adjacente à un continent (ou autour d'une île) et s'étendant de la laisse de basse mer jusqu'à une profondeur à laquelle il y a généralement une augmentation marquée de la pente vers les profondeurs océaniques.

Bord d'étagère. Ligne le long de laquelle il y a une augmentation marquée de la pente à la marge extérieure d'un plateau continental ou d'un plateau insulaire. (À des fins de cartographie, le contour de profondeur de 100 brasses est normalement accepté comme bord du plateau; la profondeur réelle est généralement inférieure, mais peut être supérieure.)

Galets. L'un des nombreux descripteurs de la "nature des fonds marins" utilisés dans la carte n° 1. Voir l'index : Des pierres.

Voie d'expédition. Terme utilisé pour indiquer le flux général de la marine marchande entre deux zones de départ/terminal.

Navires³ Routage. Une publication de l'In£exna£ional Maxi£ime Oxganixa£ion (IMO), qui décrit les dispositions générales de l'itinéraire des navires, des dispositifs de séparation du trafic, des routes en eau profonde et des zones à éviter, qui ont été adoptées par l'OMI . Tous les détails des systèmes d'acheminement sont promulgués par No£icex £o Maxinexx, ainsi que leurs dates de mise en œuvre. Les détails du système d'acheminement sont également représentés sur des cartes et sont donnés dans Gailing Dixec-£ionx,

Banc. (1) Peu profond. (2) Un danger au large pour la navigation sur lequel il y a une profondeur de 10 brasses ou 20 mètres ou moins, composé de matériaux non solidifiés, à l'exception du corail ou de la roche. Voir: Récif.

Haut-fond. Un effet de fond, qui décrit la hauteur des vagues, mais pas la direction. Il peut être divisé en parties qui se produisent simultanément. La première partie a à voir avec le fait que les vagues deviennent moins dispersives près du rivage ; par conséquent, puisque la même énergie peut être transportée par de hautes vagues de moindre hauteur, cet effet provoque une diminution progressive de la hauteur des vagues. Dans l'autre partie, les vagues ralentissent, les crêtes se rapprochent, et puisque l'énergie entre les crêtes reste relativement fi <ed, the waves can become higher near shore. These effects are evidenced in the initial decrease in height of the incoming wave, then an increase in height as the wave comes into shore.

Rive. La partie du terrain en contact immédiat avec une masse d'eau, y compris la zone située entre les lignes de haute et basse mer. Le terme xhoxe est généralement utilisé en référence au plan d'eau et à la côte en référence à la terre, car la côte est des États-Unis fait partie de la rive ouest de l'océan Atlantique. Le terme xhoxe fait généralement référence à une étroite bande de terre en contact immédiat avec n'importe quel plan d'eau, tandis que la côte fait référence à une région générale en pro <imity to the sea. A shore bordering the sea may be called a xeaxhoxe, See also: Estran; Arrière-plage.

Côté rivage. La zone étroite au large du rivage à marée basse, recouverte en permanence d'eau, sur laquelle les sables et les graviers de la plage oscillent activement avec les conditions changeantes des vagues.

Littoral. La ligne de contact entre la terre et un plan d'eau. Sur les cartes marines et les relevés de la NOAA, le rivage se rapproche de la ligne moyenne des hautes eaux. Dans l'usage de la NOAA, le terme est considéré comme synonyme de "littoral". Voir: Ligne des hautes eaux moyenne.

Systèmes à courte portée. Ces systèmes de radionavigation limités dans leur capacité de positionnement aux régions côtières, ou ces systèmes limités à l'atterrissage. Le radar et le radiogoniomètre en sont des exemples.

Important. Une condition ou une situation qui pourrait avoir une conséquence matérielle pour l'utilisateur de la carte Une erreur importante, par exemple, pourrait conduire à une utilisation erronée, voire dangereuse de la carte.

Seuil. Sur le fond marin la partie basse d'une lacune ou d'une selle séparant les bassins. Voir également: Seuil de quai.

Profondeur du seuil. La plus grande profondeur au-dessus d'un seuil.

Limon. L'un des nombreux descripteurs de la "nature des fonds marins" utilisés dans la carte n° 1. Voir l'index : Des pierres.

Feu d'alignement monoposte. Une direction lumineuse délimitée par d'autres secteurs de caractéristiques différentes qui définissent ses marges avec de petits angles d'incertitude. Le plus souvent, les secteurs englobants sont de couleurs différentes (rouge et vert).

Évier, gouffre. Une dépression qui a un drainage souterrain uniquement, à travers des trous naturels et des cavernes dans le calcaire ou par infiltration dans une nappe phréatique inférieure.

Tour squelette. Une tour, généralement en acier, constituée d'éléments d'angle lourds et de divers éléments de contreventement horizontaux et diagonaux.

Étalage de l'eau (étale). Etat d'un courant de marée lorsque sa vitesse est proche de zéro, en particulier le moment où un courant inverse change de sens et sa vitesse est nulle.

Glisser. Un espace d'accostage entre deux quais. Aussi appelé quai.

Cale. Une structure dans un chantier naval sur laquelle les navires sont construits de sorte qu'une fois terminés, ils puissent être glissés dans l'eau.

Pente. Sur le fond marin, la pente vers la mer depuis le bord du plateau jusqu'au début d'une montée continentale ou insulaire ou le point où il y a une réduction générale de la pente.

Bourbier. Un marais mineur ou une voie navigable à marée qui relie généralement d'autres zones de marée; souvent plus ou moins équivalent à un bayou.

Écluse. Porte coulissante ou autre dispositif permettant de modifier le niveau d'un plan d'eau en contrôlant le débit entrant ou sortant de celui-ci.

Cartes marines pour petits embarcations. Ces cartes sont publiées par la NOAA à des échelles de 1:10 000 à 1:80 000 et sont conçues pour faciliter la référence et le traçage dans des espaces limités. Dans certaines zones, ces cartes représentent la seule couverture cartographique pour tous les utilisateurs maritimes. Ils décrivent les détails des cartes marines régulières et d'autres détails spécifiques d'intérêt particulier pour les exploitants de petites embarcations, tels que les agrandissements des ports ; données sur les marées, les courants et la météo ; informations sur le code de la route ; emplacements des installations maritimes; ancrages ; cours; et distances.

Accroc. Un arbre ou une branche enfoncée dans le fond d'une rivière ou d'un lac et non visible à la surface, constituant ainsi un danger pour les bateaux.

Sonner. Un bras relativement long de la mer ou de l'océan formant un canal entre une île et un continent ou reliant deux grandes étendues d'eau, comme une mer et l'océan, ou deux parties du même corps mais généralement plus large et plus étendu que le détroit. Le terme a été appliqué à de nombreuses fonctionnalités qui ne correspondent pas à la définition acceptée. Beaucoup sont de très grandes étendues d'eau, comme le détroit du Mississippi et le détroit du Prince William, d'autres ne sont que de simples étangs d'eau salée ou de petits passages entre les îles.

Bouée sonore. Une bouée équipée d'un gong, d'une cloche, d'un sifflet ou d'un klaxon électronique. Les cloches et les gongs des bouées sonnent par des tapeurs qui pendent de la tour et se balancent lorsque les bouées roulent dans la mer. Les bouées à cloche produisent un son d'une seule tonalité; les bouées gong produisent plusieurs sons. Les bouées à sifflet émettent un fort gémissement causé par les mouvements de montée et de descente de la bouée dans la mer. Une bouée équipée d'un klaxon électronique, une bouée à corne, produira un son pur à intervalles réguliers et fonctionnera en continu quel que soit l'état de la mer.

Sondage. Profondeur d'eau mesurée ou cartographiée, ou mesure de cette profondeur. Un sondage sans fond est un sondage dans lequel le fond n'est pas atteint. Un navire est dit en sondage lorsqu'il navigue principalement au moyen des informations obtenues par des mesures successives de la profondeur de l'eau, ou se trouve dans une zone où cela peut être fait. Dans d'autres régions, on dit qu'un navire est « hors sondages ».

Sondage, danger. Un sondage minimum choisi pour un navire d'un tirant d'eau spécifique dans une zone donnée pour indiquer la limite de la sécurité de la navigation.

Sonnant, douteux. Une profondeur indiquée sur une carte au-dessus d'un haut-fond, d'un rocher, etc., qui peut être inférieure à celle indiquée.

Signal sonore. Un son transmis afin de transmettre des informations comme un signal de brouillard. Le terme xound xignal est parfois utilisé pour décrire l'appareil générant le son.

Bouée spéciale. Une bouée sans signification latérale utilisée pour indiquer une signification spéciale au navigateur qui doit être déterminée à partir des documents nautiques appropriés.

Sphéroïde. Un ellipsoïde ; une figure ressemblant à une sphère. Aussi appelé ellipxoïde ou ellipxoïde de xevolu£ion, du fait qu'il peut être formé en faisant tourner une ellipse autour de l'un de ses a <es. If the shorter axis is used as the axis of revolution, an oblate spheroid results, and if the longer axis is used, a prolate spheroid results. The earth is approximately an oblate spheroid.

Flèche. Une étiquette sur une carte marine qui indique une structure pointue s'étendant au-dessus d'un bâtiment. La flèche mesure rarement moins des deux tiers de la hauteur totale et ses lignes sont rarement interrompues par des étages ou d'autres caractéristiques. Le terme ne s'applique pas à une courte structure en forme de pyramide s'élevant d'une tour ou d'un beffroi.

Cracher. Une petite langue de terre ou un haut-fond étroit (généralement du sable) s'étendant du rivage dans un plan d'eau. En général, la langue de terre continue en un long banc étroit à quelque distance du rivage.

Gâcher. Boue, sable, limon ou autres dépôts obtenus du fond d'un chenal de port par dragage.

Gâcher région. Zone destinée au dépôt des déblais de dragage, généralement à proximité et parallèle aux chenaux dragués. Les zones de déblais sont généralement un danger pour la navigation et les navigateurs, même des plus petites embarcations, doivent éviter de traverser ces zones. Les zones de déblais sont indiquées sur les cartes marines. Voir également: Dépotoir; Décharge publique. Aussi appelé xpoil gxound.

Gâtez les banques. Accumulation submergée de matériaux déversés dragués des chenaux ou des ports.

Gâter le sol. Voir: Zone de gâchis.

Point d'élévation. Un point sur une carte ou un graphique dont la hauteur au-dessus d'une donnée spécifiée est notée, généralement par un point ou une petite valeur de scie et d'élévation.

Le printemps. Endroit où l'eau s'écoule naturellement de la roche ou du sol sur la terre ou dans une masse d'eau de surface.

Grandes marées ou courants de marée. Marées de portée accrue ou courants de marée de vitesse accrue se produisant deux fois par mois lorsque la lune est nouvelle ou pleine.

Éperon. Une élévation, une crête ou une élévation subordonnée se projetant vers l'extérieur à partir d'un élément plus grand.

Empiler. Une étiquette sur une carte marine qui indique une grande cheminée ou cheminée. Le terme est utilisé lorsque la pile est plus importante comme point de repère que les bâtiments qui l'accompagnent.

Miser. Un poteau allongé en bois ou en métal encastré dans le fond pour servir de marqueur ou de support pour les filets de pêche.

Stand de marée. Parfois appelé un pla£foxm £ide, Un intervalle à marée haute ou basse lorsqu'il n'y a pas de changement sensible dans la hauteur de la marée.

Borne-fontaine. Une étiquette sur une carte marine qui indique une grande structure cylindrique, dans un système d'adduction d'eau, dont la hauteur est plusieurs fois le diamètre.

Tribord. Le côté droit d'un engin, tourné vers l'avant. Le contraire est le port.

Bouée de gare. Une bouée non lumineuse placée près d'un bateau-phare ou une bouée importante comme point de référence si l'aide principale est déplacée de sa position assignée.

Gare, référence. Lieu où les constantes de marée ou de courant de marée ont été déterminées à partir d'observations et qui est utilisé comme référence pour la comparaison d'observations simultanées à une station subordonnée. C'est aussi un lieu pour lequel des prédictions quotidiennes indépendantes sont données dans les tables de marées ou de courants de marée, à partir desquelles des prédictions correspondantes sont obtenues pour d'autres emplacements au moyen de différences ou de facteurs. Aussi appelé x£andaxd x£a£ion et x£andaxd pox£ (terminologie britannique).

Des pierres. L'un des nombreux descripteurs de la "nature du fond marin" utilisés dans la carte n° 1. Un terme général pour les fragments de roche dont la taille varie de 2 mm à 256

  1. Une pierre individuelle est appelée un galet si entre 6k mm et 256 mm, un caillou si entre k mm et 6k mm, et gxavel si entre 2 mm et k
  2. Un agrégat de pierres allant de 16 mm à 256 mm est appelé xhingle,

Détroit. Voie navigable relativement étroite, généralement plus étroite et moins étendue qu'un détroit, reliant deux étendues d'eau plus grandes.

Échoué et creux. Ces termes s'appliquent exclusivement aux objets qui possédaient autrefois la capacité de flotter mais qui reposent maintenant sur le fond. Les éléments échoués se projettent au-dessus de la donnée de sondage. Les éléments coulés ne dépassent pas le référentiel de sondage. Ces termes s'appliquent le plus souvent aux épaves. Les mâts, entonnoirs et autres extensions de la superstructure de l'épave ne doivent pas être pris en compte lors de l'application des définitions ci-dessus ; ces caractéristiques peuvent être au-dessus de la référence de sondage et avoir toujours l'épave classée comme "engloutie".

Échouement. La destruction ou la perte d'un navire par son coulage ou sa rupture par la violence de la mer ou par son heurt ou son échouement sur un rocher, un haut-fond ou similaire. Le terme "échouement" désigne plus particulièrement l'échouement ou l'échouage d'un navire. Elle peut être accidentelle ou volontaire. L'échouement volontaire a lieu lorsque le navire s'échoue soit pour éviter un sort plus grave, soit dans un but frauduleux. En assurance maritime, un "touch-and-go" n'est pas considéré comme un échouage. Pour constituer un échouage, le navire doit être à l'arrêt pendant un certain temps.

Flux. Toute rivière, ruisseau, ruisseau ou cours d'eau courante. Courant constant dans la mer ou dans une rivière, en particulier la partie médiane ou la plus rapide d'une marée ou d'un courant.

Canal de diffusion. Le lit où coule un cours d'eau naturel; la tranchée ou la dépression lavée à la surface de la terre par l'eau courante ; un lavis, un arroyo ou une coulée.

Lumière stroboscopique. De nombreuses caractéristiques cartographiées marquées de feux clignotants ultra-brillants de durée extrêmement courte. Ces éclairs lumineux sont produits par un dispositif de lumière stroboscopique généralement un <enon gas condenser-discharge flash lamp or flash tube. Xenon flash tubes are unique light sources capable of firing extremely power flash. The flash is almost similar to the spectral distribution of light of the sun, which ranges from ultraviolet to infrared regions. The duration of the flash is controlled from some microseconds up to scores of milliseconds. Strobe lights are used on certain U.S. Coast Cuard maintained aids to navigation and on potential aero hazards such as stacks, towers, and builds. The terms ”Flick” and ”Flash Tube” as used in U.S. Coast Cuard No£ice £o Maxinexx are considered to have strobe light characteristics for the purpose of nautical chart labeling. Aids published in No£ice £o Maxinexx and Ligh£ Lix£x as well as landmarks with the above characteristics are identified on nautical charts with the label ”Strobe” incorporated within the label of the particular feature.

Structure. Le terme « structure » comprend, sans s'y limiter, tout quai, quai, duc d'albe, déversoir, estacade, brise-lames, cloison, revêtement, enrochement, jetée, structure d'amarrage permanente, ligne de transport d'énergie, navire flottant amarré en permanence, pilotis, aide à la navigation, ou tout autre obstacle ou obstruction.

Câble sous-marin. Un fil ou un faisceau de fils isolés et étanches pour transporter un courant électrique sous l'eau. Un tel câble est placé sur ou près du fond.

Vallée sous-marine (également appelée Seavalley). Une dépression au fond de la mer forme une large vallée sans les pentes abruptes qui caractérisent un canyon.

Submergé. Sous-marin; ne s'affiche pas au-dessus de l'eau. Le contraire est "découvert".

Terres submergées. Terres recouvertes d'eau à n'importe quelle étape de la marée, à la différence des zones de marée qui sont attachées au continent ou à une île et qui se couvrent et se découvrent avec la marée. Les marées présupposent une ligne des hautes eaux alors que la limite supérieure, les terres submergées ne le font pas.

Puits de production immergé. Un puits de pétrole ou de gaz qui est une installation au fond de la mer uniquement, c'est-à-dire que l'installation ne comprend pas de plate-forme de production permanente.

Roche submergée. Un rocher couvert au point de référence du sondage cartographique et considéré comme potentiellement dangereux pour la navigation. Voir également: Roche nue; Rock inondé.

Station actuelle subordonnée. (1) Une station courant à partir de laquelle une série relativement courte d'observations est réduite par rapport aux observations simultanées d'une station courant de contrôle. (2) Une station répertoriée dans le tableau des marées ✓uxxen£ pour laquelle les prévisions doivent être obtenues au moyen de différences et de rapports appliqués aux prévisions complètes à une station de référence. Voir: Poste de référence.

Sommet. Le point le plus élevé, une partie de l'élévation ; sommet ou sommet.

Roche engloutie. Rocher potentiellement dangereux pour la navigation de surface dont le sommet se situe en dessous de la limite inférieure de la zone pour un rocher à fleur d'eau.

SuperJbouée. Une très grande bouée, généralement de plus de 5 mètres de diamètre. Sa grande taille fait d'une super bouée un danger potentiel même pour les gros navires. Les trois principaux types de super-bouées sont : la grande bouée de navigation, la bouée de chargement/déchargement des pétroliers au large (ou bouée à point unique) et la bouée océanographique da£a acquixi£ion xyx£em (ODAS).

Enquête, wireJdrag. Un levé hydrographique réalisé à l'aide d'un fil traînant. Dans les zones de fond rocheux ou là où des obstacles submergés tels que des épaves sont présents, un levé au fil traînant représente le moyen le plus pratique de s'assurer que tous les obstacles ou dangers ont été trouvés et que les profondeurs les plus faibles ont été obtenues. Aussi appelé wixe-dxag xweep,

Pont suspendu. Pont suspendu à des chaînes ou à des câbles ancrés à chaque extrémité et soutenu par des pylônes à intervalles réguliers.

Marais. Une piste d'eau calme regorgeant de certaines espèces d'arbres et bien sûr de l'herbe ou des protubérances marécageuses ; une piste de terre humide, spongieuse, saturée, mais généralement pas recouverte d'eau ; un marais marécageux et un ruisseau; un bourbier.

Swash. Canal étroit ou détroit à l'intérieur d'un banc de sable, ou entre un banc de sable et le rivage. Aussi appelé xwaxhway, une barre sur laquelle la mer se lave. La ruée de l'eau sur une plage après le déferlement d'une vague.

Canal oscillant. (1) Sur la rive ouverte, un chenal creusé par l'écoulement de l'eau dans son retour vers le corps d'origine (par exemple, un chenal de déchirure). (2) Un chenal secondaire passant à travers ou vers le rivage d'un bras de mer ou d'une barre fluviale.

Balayer. Traîner. Glisser et balayer ont presque la même signification. Dxag se réfère en particulier à l'emplacement des obstructions ou à la vérification de l'absence d'obstructions. Gweep peut inclure, en plus, l'enlèvement de toute obstruction localisée.

Balayage. Le processus de remorquage d'une ligne ou d'un objet sous la surface, pour déterminer si une zone est exempte de dangers submergés isolés pour les navires et pour déterminer la position de tels dangers qui existent, ou pour déterminer la moindre profondeur d'une zone. Le processus de déminage d'une zone ou d'un canal de mines ou d'autres dangers pour la navigation.

Pont tournant. Un pont qui peut être basculé dans un plan horizontal pour permettre le passage de grands navires.

Tableknoll. Un mont sous-marin s'élevant à moins de 500 brasses du fond marin et ayant un sommet relativement lisse et plat avec des irrégularités mineures.

Montage sur table. Un mont sous-marin s'élevant à plus de 500 brasses du fond marin et ayant un sommet relativement lisse et plat avec des irrégularités mineures.

Terrasse. Sur le fond marin, surface relativement plate, horizontale ou légèrement inclinée, parfois longue et étroite, qui est délimitée par une pente ascendante plus raide d'un côté et par une pente descendante plus raide de l'autre côté.

Mer territoriale (également appelée mer marginale, [Rdjacen£ xea,] Maxine bel£, Maxi£ime bel£ et Thxeemile limi£), La zone d'eau limitrophe d'une nation sur laquelle elle exerce une juridiction exclusive, sauf le droit de passage inoffensif des navires etrangers. C'est une création du droit international, bien qu'aucun accord n'ait été atteint jusqu'à présent par la communauté internationale quant à son ampleur. Elle s'étend vers la mer à partir de la laisse de basse mer le long d'une côte rectiligne et à partir des limites vers la mer des eaux intérieures où il y a des échancrures. Les États-Unis ont traditionnellement revendiqué les milles nautiques S comme largeur et n'ont pas reconnu les revendications des autres pays sur une ceinture plus large.

Eaux territoriales. Comprend la mer territoriale (mer marginale) et les eaux intérieures d'un pays (lacs, rivières, baies, etc.). Parfois utilisé comme synonyme de Mer territoriale.

Thorofare. Cette forme raccourcie de voie de circulation est devenue la norme pour une voie d'eau naturelle dans les zones marécageuses. C'est le même type d'élément qu'un bourbier ou un bayou.

Rapporteur ThreeJarm. Un instrument composé essentiellement d'un cercle gradué en degrés, auquel est attaché un fi <ed arm and two arms pivoted at the center and provided with clamps so that they can be set at any angle to the fi<ed arm, within the limits of the instrument. It is used for finding a ship’s position when the angles between three fi<ed and known points are measured. Also called x£a-£ion poin£ex.

Bassin de marée. Bassin sans caisson ni vanne dans lequel le niveau de l'eau monte et descend avec les marées. Aussi appelée baxine ouverte, Voir aussi : port de marée ; Bassin sans marée.

Courant de marée. Un mouvement horizontal de l'eau causé par les interactions gravitationnelles entre le soleil, la lune et la terre.

Diagrammes des courants de marée. Une série de 12 diagrammes mensuels à utiliser avec les cartes des courants de marée. Chaque diagramme contient des lignes qui indiquent le tableau de courant de marée spécifique de chaque série à utiliser et le facteur de vitesse à appliquer à ce tableau.

Cartes des courants de marée. (1) Cartes sur lesquelles les données de courant de marée sont représentées graphiquement. (2) Carte des courants de marée ; tel que publié par la NOAA, partie d'un ensemble de 12 cartes qui illustrent, au moyen de flèches et de chiffres, la direction et la vitesse du courant de marée pour chaque heure du cycle de marée.

Tables des courants de marée. (1) Tableaux qui donnent les durées prévues d'étale et les durées et vitesses prévues de la crue et du reflux maximaux du courant pour chaque jour de l'année à un certain nombre de stations de référence, ainsi que les différences de temps et les rapports de vitesse pour obtenir des prévisions aux stations subordonnées . (2) Tables des courants de marée ; publié annuellement en deux volumes; Côte atlantique de l'Amérique du Nord ; Côte Pacifique de l'Amérique du Nord et de l'Asie.

Cycle de marée. Un ensemble complet de conditions de marée telles que celles qui se produisent pendant un jour de marée, un mois lunaire ou un cycle métonique.

Données de marée. Niveaux de marée spécifiques qui sont utilisés comme surfaces de référence pour les mesures de profondeur en mer et comme base pour la détermination de l'altitude sur terre. De nombreux référentiels différents ont été utilisés, notamment pour les opérations de nivellement. Aussi appelé avion £idal da£um,

Marée basse. Un marais ou une plaine côtière sablonneuse ou boueuse qui est couverte et découverte par la montée et la descente de la marée.

Port de marée. Un port affecté par les marées, à la différence d'un port dans lequel le niveau d'eau est maintenu par des caissons ou des portes. Voir également: Bassin sans marée.

Eaux de marée. Toutes les eaux qui coulent et refluent sous l'influence des marées. Les bras de mer, les baies, les ruisseaux, les anses ou les rivières dans lesquels la marée monte et descend sont correctement dénommés eaux de marée. Le terme eau de marée ne se limite pas à l'eau qui est salée, mais englobe également la quantité d'eau des rivières douces qui est propulsée vers l'arrière par l'entrée et la pression de la marée. Aussi appelé £ide wa£exx.

Marée. La montée et la descente périodiques de l'eau résultant des interactions gravitationnelles entre le soleil, la lune et la terre. Composante verticale du mouvement particulaire d'un raz-de-marée.

Verrouillage des marées. Une écluse située entre un bassin ou un canal et l'eau de marée pour maintenir l'eau à un niveau souhaité lorsque la hauteur de la marée change. Également appelé verrou guaxd.

Course de marée. Un courant de marée très rapide à travers un chenal relativement étroit. Aussi appelé xace.

La marée déchire. Petites vagues formées à la surface de l'eau par la rencontre de courants de marée opposés ou par un courant de marée traversant un fond irrégulier. L'oscillation verticale, plutôt que les vagues progressives, est caractéristique des rides de marée. Voir également: Déchirures.

Station de marée. (1) L'emplacement géographique où les observations de marée sont faites. (2) L'équipement utilisé pour faire des observations de marée et son logement.

Tables des marées. Tableaux qui donnent les heures et les hauteurs prévues des hautes et basses eaux pour chaque jour de l'année pour un certain nombre de stations de référence, ainsi que les différences et les rapports de marée permettant d'obtenir des prévisions supplémentaires pour les stations subordonnées. A partir de ces valeurs, il est possible d'interpoler par une procédure simple la hauteur de la marée à n'importe quelle heure de la journée. Voir également: Tables des courants de marée.

Orteil (ingénierie). Bord ou bords terminaux d'une structure.

Langue. Une bande de terre longue et étroite, se projetant dans un plan d'eau ; une étendue d'eau longue et étroite entaillant la terre ou délimitée par des îles.

Carte topographique. Une carte qui présente la position verticale des entités sous une forme mesurable ainsi que leurs positions horizontales.

Topographie. (1) La configuration de la surface de la terre, y compris son relief, la position de son cours d'eau, ses routes, ses villes, etc. Les caractéristiques naturelles et physiques de la terre collectivement. Un seul élément, tel qu'une montagne ou une vallée, est appelé un élément £opogxaphique. La topographie est subdivisée en hypsographie (les éléments de relief), hydrographie (les éléments d'eau et de drainage), culture (éléments artificiels) et végétation. (2) La science de la délimitation des caractéristiques naturelles et artificielles d'un lieu ou d'une région, en particulier de manière à montrer leurs positions et élévations.

Pister. (1) La direction horizontale de déplacement prévue ou souhaitée par rapport à la terre. La route telle qu'exprimée en degrés de la boussole peut être différente de la route en raison de facteurs tels que la prise en compte de la mer actuelle ou de la direction pour reprendre la route. (2) La trajectoire de déplacement prévue par rapport à la terre, telle qu'elle est dessinée sur la carte. Aussi appelé £xack in£ending, £xackline, (S) La trajectoire réelle d'un navire sur le fond.

Voie de circulation. Une zone dans des limites définies dans laquelle une circulation à sens unique est établie. Les obstacles naturels, y compris ceux formant des zones de séparation, peuvent constituer une limite.

Dispositif de séparation du trafic. Dispositif qui sépare le trafic circulant dans des directions opposées ou presque opposées par l'utilisation d'une zone ou d'une ligne de séparation, de voies de circulation ou par d'autres moyens. Corridors maritimes balisés par des bouées, qui séparent les navires entrants des navires sortants. Improprement appelées "voies maritimes".

Tranchée. Une dépression longue, étroite, typiquement très profonde et asymétrique du fond marin, avec des côtés relativement raides. Voir également: Creux.

Creux. (1) Une longue dépression du fond marin, typiquement à fond plat et à parois abruptes, et normalement moins profonde qu'une tranchée. (2) La partie la plus basse d'une vague, entre deux crêtes est appelée vague £xough,

Le vrai Nord. Direction entre la position de n'importe quel observateur et le pôle Nord géographique. La direction nord de tout méridien géographique.

Tulé. Roseau. Jonc. Un endroit où poussent les roseaux. Corruption de l'espagnol Tulaxex,

Toundra. L'une des plaines sans arbres plates ou ondulées caractéristiques des régions arctiques, ayant un sol de boue noire avec un sous-sol gelé en permanence.

Bassin tournant. Une zone d'eau utilisée pour tourner les navires.

Itinéraire à double sens. Route dans des limites définies, à l'intérieur de laquelle un trafic bidirectionnel est établi, visant à assurer le passage sûr des navires dans des eaux où la navigation est difficile ou dangereuse.

En cours de construction. Le terme utilisé pour indiquer que l'entité sur la carte n'est pas terminée mais que la construction a commencé. Il se distingue de "proposé", ce qui signifie que l'élément a été planifié mais que la construction n'a pas commencé.

Système uniforme de marquage des voies navigables. Un système développé conjointement par le US Coast Cuard et les administrateurs de la navigation de plaisance des États pour aider l'opérateur de petites embarcations dans les eaux de l'État marquées par les États participants. Il se compose de deux catégories d'aides à la navigation. Il s'agit d'un système d'aides à la navigation, généralement compatible avec le système latéral fédéral de balisage, pour compléter le système fédéral dans les eaux de l'État. L'autre est un système de balises réglementaires pour avertir l'exploitant de petites embarcations des dangers ou pour fournir des informations et des directives générales.

United States Army Corps of Kngineers (USACK).

Le ✓commandant Genexal, Uni£ed G£a£ex Rxmy ✓oxpx d'Enginexx (CCUSACE) sert de gestionnaire des biens immobiliers de l'armée, exécutant le cycle complet des activités immobilières (exigences, programmation, acquisition, exploitation, maintenance et élimination ); gère et exécute des programmes d'ingénierie, de construction et immobiliers pour l'armée et l'armée de l'air des États-Unis ; et effectue de la recherche et du développement à l'appui de ces programmes. CCUSACE gère et exécute les programmes de travaux de génie civil. Ces programmes comprennent la recherche et le développement, la planification, la conception, la construction, l'exploitation et l'entretien, et les activités immobilières liées aux rivières, aux ports et aux voies navigables ; administration des lois pour la protection et la préservation des eaux navigables et des ressources connexes telles que les zones humides. CCUSACE aide à la récupération après les catastrophes naturelles.

Garde côtière des États-Unis (USCG). L'US Coast Cuard, créé par la loi du 28 janvier 1915 (1k USC 1), est devenu une composante du US Department of Transportation le 1er avril 1967, en vertu de la US Department of Transportation Act du 15 octobre 1966 (80 Stat. 9S1). Le Coast Cuard est une branche des forces armées des États-Unis à tout moment et est un service au sein du département américain des transports, sauf lorsqu'il opère dans le cadre de la marine en temps de guerre ou lorsque le président des États-Unis l'ordonne.

  1. Pilote côtier. Un livre descriptif à l'usage des marins, contenant des informations détaillées sur les eaux côtières, les installations portuaires, etc., d'une zone. Ces livres sont préparés par la NOAA pour les eaux des États-Unis et ses possessions.

Zone non arpentée. Zones sur une carte ou un graphique où les données de relief et planimétriques ne sont pas disponibles. Ces zones sont généralement étiquetées « non étudiées ». Ou une zone sur une carte ou un graphique qui montre peu ou pas de données cartographiées car des informations précises sont limitées ou non disponibles.

Hautes terres. Un plateau; terrain élevé au-dessus des basses terres le long d'une rivière ou entre des collines.

Limite supérieure de navigabilité. Le caractère d'une rivière passera, à un moment donné de sa longueur, de navigable à non navigable. Très souvent, ce point sera à une chute importante ou à des rapides, ou à un autre endroit où il y a une diminution marquée de la capacité navigable de la rivière. La limite supérieure sera donc souvent le même point traditionnellement reconnu comme la tête de navigation, mais peut, dans le cadre de certains des tests décrits ci-dessus, être à un moment donné encore plus en amont.

Upwelling. Un écoulement ascendant d'eau souterraine dû à des cas tels que des divergences, des vents du large et la dérive du vent s'éloigne du rivage.

Zone urbaine. Une zone principalement occupée par des structures artificielles utilisées à des fins résidentielles, commerciales et industrielles.

Vallée. Sur le fond marin, une dépression relativement peu profonde et large, dont le fond a généralement un gradient continu. Ce terme n'est généralement pas utilisé pour les entités qui ont des caractéristiques de type canyon sur une partie importante de leur étendue.

Variation. (1) L'angle entre les méridiens magnétique et géographique à n'importe quel endroit, exprimé en degrés et minutes à l'est ou à l'ouest pour indiquer la direction du nord magnétique par rapport au nord vrai. L'angle entre les méridiens magnétiques et de grille est appelé angle magnétique gxid, vaxia£ion gxid ou gxiva£ion, appelé vaxia£ion magnétique lorsqu'une distinction est nécessaire pour éviter une éventuelle ambiguïté. Aussi appelée déclinaison magnétique, (2) Changement ou différence par rapport à une valeur donnée.

Pont levant vertical. Un pont avec une travée mobile entre deux tours de levage telles que la totalité de la travée peut être élevé uniformément dans la direction verticale.

Navire. Comprend toutes les descriptions d'embarcations ou d'autres engins artificiels utilisés, ou susceptibles d'être utilisés, comme moyen de transport sur les eaux des États-Unis.

Zone de service de trafic maritime (VTS). Prescrire des règles pour l'exploitation des navires afin d'éviter les collisions et les échouements et de protéger les eaux navigables de la zone VTS des dommages environnementaux causés par les collisions et les échouements.

Viaduc. Une structure constituée d'une série d'arches ou de tours supportant une chaussée, une voie navigable, etc., à travers une dépression, etc. Voir aussi : Chaussée.

Visibilité. Propriété de l'atmosphère qui détermine la capacité d'un observateur à voir et à identifier des objets proéminents le jour, ou des lumières ou des objets éclairés la nuit. Une mesure de cette propriété est exprimée en unités de distance. Ce terme ne doit pas être confondu avec xange vixuel.

Portée visuelle (d'un feu). La distance prévue à laquelle une lumière peut être observée.

Volcan. Une ouverture dans la terre d'où sortent des gaz chauds, de la fumée et des matières en fusion, ou une colline ou une montagne composée de matières volcaniques. Un volcan a une forme typiquement conique avec un cratère au sommet.

Chaîne. Se déplacer, en tant que navire, d'un endroit à un autre au moyen de lignes attachées à un objet, tel qu'une bouée, un quai, etc., fixé au sol.

Bouée de gauchissement. Une bouée située de manière à ce que les amarres puissent être utilisées pour le mouvement des navires.

Lavage. Le canal sec d'un ruisseau intermittent.

Regarder correctement. Une aide sur son poste assigné présentant en tous points les caractéristiques annoncées.

Bord de l'eau. Terrain au bout d'un port fluvial, etc. La partie d'une ville ou d'une ville sur un tel terrain; quai ou zone d'amarrage.

Installation au bord de l'eau. Tous les quais, quais, quais et structures similaires auxquels un navire peut être amarré ; zones de terre, d'eau ou de terre et d'eau sous et en pro <imity to them; buildings on such structures or contiguous to them and equipment and materials on such structures or in such buildings.

Ligne d'eau. La ligne marquant la jonction de l'eau et de la terre.

Bassin versant. Zone drainée par un ruisseau.

Voie navigable. Une zone d'eau fournissant un moyen de transport d'un endroit à un autre, principalement une zone d'eau fournissant une voie régulière pour le trafic maritime, telle qu'une baie, un canal, un passage ou les parties régulièrement parcourues de la haute mer. Les termes voie navigable, chenal et artère ont à peu près la même signification.

Point de passage. Marque ou lieu auquel un navire est tenu de se présenter pour établir sa position. (Aussi connu sous le nom de "point de report" ou "point d'appel".)

Seuil. Une sorte de clôture installée dans un ruisseau ou le long d'une ligne de rivage pour attraper des poissons. Elle diffère d'une fourrière car elle est principalement constituée de haies de broussailles ou de planches étroites avec ou sans filets. Les termes déversoir et livre sont, dans une large mesure, utilisés de manière interchangeable aux États-Unis. Aussi appelé bxuxh weix, fixh weix, poisson wiers sont fi <ed solid structures made of stones or stakes and wattlings, or a combination of both. The simple form is a ”Y” with the end toward high-water mark and the apex toward low water. In the apex there is very often a special cage or trap for the concentration or retention of the catch. Coastal weirs are generally built where there is a large expanse of ground left uncovered at low water. Weirs are usually kept in position all year round.

Jetée du déversoir. Une jetée de dérive ascendante avec une section basse ou un déversoir sur lequel la dérive littorale se déplace dans un bassin de dépôt prédragage qui est dragué périodiquement.

Tête de puits. Une structure sous-marine projetant à une certaine distance au-dessus du fond marin et recouvrant un puits de pétrole ou de gaz temporairement abandonné ou suspendu. Voir également:

Puits de production immergé.

Marécages. Les zones qui sont inondées ou saturées par des eaux de surface ou souterraines à une fréquence et une durée suffisantes pour supporter, et qui, dans des circonstances normales, supportent, une prévalence de végétation généralement adaptée à la vie dans des conditions de sol saturé. Les zones humides comprennent généralement les marécages, les marais, les tourbières et les zones similaires.

Quai. Structure de construction ouverte, plutôt que solide, le long d'un rivage ou d'une berge qui sert d'accostage aux navires et qui fournit généralement des installations de manutention de marchandises. Une installation similaire de construction solide est appelée quai.

Lumière d'hiver. Une lumière qui est maintenue pendant les mois d'hiver où la lumière régulière est éteinte. Il a une puissance de bougie inférieure à celle de la lumière ordinaire, mais a généralement la même caractéristique.

Marqueur d'hiver. Une bouée lumineuse ou non lumineuse sans signal sonore, qui est établie en remplacement pendant les mois d'hiver lorsque d'autres aides sont fermées ou retirées.

Traînée de fil. Un appareil pour étudier des zones rocheuses où les méthodes de sondage normales sont insuffisantes pour assurer la découverte de tous les obstacles, pinacles, rochers, etc. existants, au-dessus d'une profondeur donnée ou pour déterminer la plus petite profondeur d'une zone. Il se compose essentiellement d'un fil boué remorqué à la profondeur voulue par deux vedettes. Souvent abrégé en traînée.

Retiré. L'arrêt d'une aide flottante lors de conditions de glace sévères ou pour la saison hivernale.

Système géodésique mondial L9/2 (WGS /2) Un système composé d'un ensemble cohérent de paramètres décrivant la taille et la forme de la terre, les positions d'un réseau de points par rapport au centre de masse de la terre, les transformations à partir des principales données géodésiques et le potentiel de la terre (généralement en termes de coefficients harmoniques). WCS 72 représente la modélisation Defenxe Mapping Rgency'x (DMA) de la terre d'un point de vue géométrique, géodésique et gravitationnel en utilisant les données disponibles en 1972.

Système géodésique mondial L98k (WGS 8k). Un système composé d'un ensemble cohérent de paramètres décrivant la taille et la forme de la terre, les positions d'un réseau de points par rapport au centre de masse de la terre, les transformations à partir des principales données géodésiques et le potentiel de la terre (généralement en termes de coefficients harmoniques). WCS 8k représente la modélisation US Defenxe Mapping Rgency'x (DMA) de la terre d'un point de vue géométrique, géodésique et gravitationnel en utilisant les données, les techniques et la technologie disponibles en 198k.

Détruire. Les restes en ruine d'un navire qui a été rendu inutile, généralement par une action violente, comme par l'action de la mer et des intempéries sur un navire échoué ou coulé. En hydrographie, le terme est limité à un navire naufragé, submergé ou visible, qui est attaché au fond ou en contact avec le fond ou rejeté sur le rivage.

Bouée d'épave. Bouée marquant la position d'une épave. Il est généralement placé côté mer ou côté chenal de l'épave et aussi près de l'épave que les conditions le permettent. Pour éviter toute confusion dans certaines situations, deux bouées peuvent être utilisées pour marquer l'épave. La possibilité que l'épave ait changé de position en raison de l'action de la mer entre le moment où la bouée a été établie et le moment où elle a été vérifiée ou entretenue ultérieurement ne doit pas être négligée.

Épaves. Les épaves cartographiées sont de deux types : épave échouée, où toute partie de la coque est au-dessus du zéro des cartes ; et épave coulée, où la coque est en dessous du zéro des cartes ou où seuls les mâts sont visibles.

Axe X. Un axe horizontal dans un système de coordonnées rectangulaires ; cette ligne sur laquelle les distances à droite ou à gauche (est ou ouest) de la ligne de référence sont marquées, en particulier sur une carte, une carte ou un graphique.

Cour. Une unité de longueur fondamentale dans le système de mesure anglais. L'équivalent métrique avant le 1er juillet 1959 était de 1 an = 0,91kk018S mètre. À cette date, la valeur a été changée en 1 yard = 0,91kk mètre. Ce changement ne s'appliquera pas aux données exprimées en pieds dérivées et publiées à la suite de levés géodésiques aux États-Unis jusqu'à ce que les réseaux de levés géodésiques de base soient réajustés. Voir: Mile, nautique.

Axe Y. Un axe vertical dans un système de coordonnées rectangulaires ; cette ligne sur laquelle les distances au-dessus ou au-dessous (au nord ou au sud) d'une ligne de référence sont marquées, en particulier sur une carte, une carte ou un graphique. La ligne qui est perpendiculaire à l'axe X et passe par l'origine.

Sponsored Listing

digital marine navigational charts
OpenC247.com – an innovative subscription-free Nautical Charts & Marine Publications portal – marine navigational charts

voir également: Glossaire des cartes marines – termes utilisés dans l'industrie des cartes marines


voir également: Symboles, abréviations et termes utilisés dans les cartes marines de navigation, cartes marines papier (SNC, RNC) et cartes marines électroniques (ENC)


voir également: la liste des abréviations utilisées dans les cartes marines


voir également: Glossaire / Dictionnaire de la navigation maritime


Glossaire des termes nautiques (AL) (source : Wikipedia)

Glossaire des termes nautiques (MZ) (source : Wikipedia)


voir aussi :

Bases de la navigation Glossaire des termes

http://www.boatsafe.com/nauticalknowhow/gloss.htm
Couvre entre 150 et 200 termes couramment utilisés dans la navigation maritime (un glossaire concis avec chaque définition de bateau, mot nautique et terminologie de navire).

Tout ce dont vous avez besoin pour votre arrière-plan de pont et la planification de vos voyages maritimes

RÉPERTOIRE DES SERVICES ET PRODUITS DE LA NAVIGATION Maritime

Cartes Nautiques NUMÉRIQUES

liste des meilleures solutions de cartes électroniques marines, cartes de navigation maritime numériques vectorielles et matricielles pour la planification de votre passage, des navires de commerce aux navires de plaisance
VOIR PLUS

Cartes Nautiques PAPIER

liste des meilleurs fournisseurs de cartes marines imprimées et agents de vente de cartes marines papier dans le monde pour tous les besoins : planification de voyages pour les flottes commerciales, les navires de plaisance, les yachts, les superyachts
VOIR PLUS

Cartes Nautiques CORRECTIONS

sélection de solutions de corrections et de mises à jour de cartes marines de fournisseurs premium du monde entier. Un service essentiel pour planifier des passages en toute sécurité partout dans le monde marin
VOIR PLUS

PUBLICATIONS Nautiques

liste d'annuaire de publications nautiques premium sélectionnées, de publications marines papier et numériques des meilleurs fournisseurs du monde entier pour aider les marins avec le plan de passage quotidien
VOIR PLUS

Trouvez tous les meilleurs fournisseurs de produits et services de navigation maritime pour une planification de voyage maritime en toute sécurité

fr_FRFrançais